Actus Communauté

03.06.2015

L'épreuve finale

Lana Beniko se réveilla les paupières lourdes, l'esprit et le corps endoloris contre la pierre froide du tombeau de Tulak Hord. Combien de temps avait-elle dormi ? D'après la tension dans ses membres, pas assez. Mais elle craignit d'avoir dormi plusieurs jours. La faim lui tiraillait le ventre, mais Lana l'ignora. Elle avait besoin de repartir, de poursuivre ses recherches. Si elle restait là, elle ne deviendrait qu'une relique sans vie de plus dans ce tombeau. Une terre noire recouvrit les ongles de Lana lorsqu'elle fit un effort pour se redresser. L'air vint assécher ses lèvres déjà gercées.

"Tu es réveillée", observa une voix rauque. Lana avait oublié qu'elle n'était pas seule.

Bensyn était agenouillé à l'entrée de l'alcôve qu'ils avaient choisie pour se reposer, sa peau rouge de Sith au sang pur facilement reconnaissable. Kagan, toujours endormie, était lovée à côté de lui, le visage dissimulé derrière ses longs cheveux bruns. Ils étaient tout ce qu'il restait du groupe d'acolytes.  

"Oui", répondit Lana d'une voix qui lui semblait étrangère. "Comment va-t-elle ?"

"Son état est stable". Bensyn repoussa les cheveux qui tombaient sur le visage de Kagan, révélant une entaille profonde sur ses jolis traits. "Ça va laisser une cicatrice."

"Personne ne survit aux épreuves sans en être marqué à vie". Lana avait le regard perdu dans le vague. Elle pensait à la manière dont les limaces k'lor les avaient encerclés. Lana avait essayé de dégager un passage pour les autres acolytes, mais ils avaient perdu Greck et Kagan avait failli y rester. Son bras lui faisait toujours mal après avoir fendu les corps sinueux de ces vers.

Si Harkun les voyait maintenant... Lana serra les dents en imaginant le rire sardonique du surveillant. Cet homme était un sadique. Lana avait tenu bon tandis qu'il éliminait les plus faibles, se disant que c'était normal. Elle avait gardé le silence pendant qu'il les insultait, les frappait et les forçait à s'affronter entre eux. Pourquoi elle, la fille de l'un des entrepreneurs les plus connus de Dromund Kaas, aurait-elle dû se soucier d'un groupe d'esclaves ?

Parce qu'ils étaient Sith et qu'ils avaient résisté à tout ce qu'Harkun leur avait infligé. Ils l'avaient impressionnée et Lana voulait voir le visage d'Harkun lorsqu'il découvrirait qu'ils avaient travaillé ensemble pour achever son épreuve finale et trouver le casque de Tulak Hord, tâche selon lui impossible.

Kagan remua. Bensyn l'aida à s'asseoir. "Tu peux bouger ?"

Elle sourit. "Je n'ai pas le choix."

Bensyn offrit son épaule à Kagan et ils sortirent tous les trois de l'alcôve. Sa vibrolame en duracier à la main, Lana les guida le long d'un passage obscur qui, elle l'espérait, les conduirait à la chambre renfermant l'armure de Tulak Hord. Le tombeau de ce Sith, autrefois empli de mystères, avait été presque entièrement dépouillé par les voleurs et l'Académie, mais certaines zones n'avaient pas encore été explorées. En déchiffrant les symboles gravés dans les murs en pierre, Lana avait deviné que leur destination devait se trouver devant eux.

Même les pas les plus légers faisaient bouger les pierres descellées par le passage du temps. Lana réprima un éternuement quand la poussière envahit son nez et ses poumons, plissant des yeux pour voir le chemin.

"Il nous faut de la lumière", murmura Kagan derrière elle.

Lana hésita. Dans leur état, ils ne survivraient pas à une autre attaque.

Devinant l'hésitation de Lana, Bensyn ajouta : "Les créatures viendront avec ou sans lumière. Autant les voir approcher."

Lana céda et sortit un cristal lumineux de son sac. Mis à part les débris d'une colonne effondrée qui jonchaient le sol, le couloir était dégagé. Kagan, la peau pâle et moite, grimaça tandis que Bensyn et Lana l'aidaient à franchir les débris. Lana essayait de réguler les battements de son cœur. Si elle voulait réussir, elle devait se concentrer sur sa tâche et canaliser sa peur en une énergie plus productive.

Lorsqu'ils atteignirent l'extrémité du passage, Lana leva le cristal dans les airs pour avoir une meilleure vue de la chambre. Elle soupira. La pièce était en ruines. Des tablettes brisées jonchaient le sol. Des statues, endommagées et oubliées, semblaient prêtes à s'effondrer au moindre contact. La fouille de la chambre prendrait des heures, mais si le casque s'y trouvait, cela en valait la peine.

"Kagan, repose-toi un peu. Bensyn et moi allons enlever les plus gros débris." L'acolyte était sur le point de protester, mais Bensyn l'implorait déjà de s'asseoir.

Lana ferma les yeux et utilisa la Force pour canaliser le peu d'énergie qu'elle possédait pour déplacer une des tablettes sur le côté.

"Tu es sûre qu'il est ici ?" demanda Bensyn, le souffle alourdi par la concentration.

"Je ne suis sûre de rien, répondit Lana. Mais c'est notre seule piste."

Ils travaillèrent en silence, déplaçant les débris les uns après les autres jusqu'à ce que la pièce commence à prendre forme. D'après ce qu'il restait des plaques, Lana déduisit que cette chambre renfermait certains des artefacts les plus précieux de Tulak Hord. Le casque devrait s'y trouver. Elle espérait seulement qu'il n'était pas écrasé sous les pierres. Alors qu'elle soulevait un buste sculpté, Lana sentit Bensyn se raidir à côté d'elle et se précipiter sur sa vibrolame.

"Reculez !" cria une voix derrière elle.

Lana se retourna et vit une Zabrak, sale et agitée de tremblements, une dague pressée contre le cou de Kagan. Bien que de fabrication grossière, la lame était tout à fait capable de tuer Kagan en un instant. Bensyn maintenait sa position, les mains tremblantes. Les yeux de la Zabrak, deux énormes billes, allaient de Lana à Bensyn. Du sang séché formait une croute autour de sa bouche.

"Nous ne vous voulons aucun mal", dit Lana en levant les mains.

Les paupières de la Zabrak étaient fines, presque translucides. Elle fixa ses yeux sombres sur Lana, évaluant la menace qu'elle représentait. Kagan haletait, sa peur était palpable.

"Comment vous appelez-vous ?" demanda Lana d'une voix douce et apaisante.

La peau sale se tendit alors que la Zabrak réfléchissait à la question. Quand elle parla, ce fut d'une voix frustrée et effrayée. "Vous cherchez, encore et encore. Comme de petits rats-womps au nez frétillant, vous touchez et éraflez ce qui ne vous appartient pas. Ce qui ne vous appartiendra jamais. Il y a un prix. Un prix à payer pour tenir ces choses. Ces trésors. Un prix que vous n'avez pas payé. J'étais comme vous, avant."

"Vous étiez un acolyte ?" demanda Bensyn.

La Zabrak fixa le vide devant elle, perdue dans ses souvenirs. "Mais ensuite j'ai payé le prix. Je..." La lame s'écarta légèrement du cou de Kagan.
Kagan en profita pour lancer son coude dans le nez de la Zabrak. Du sang noir éclaboussa son visage. Bensyn et Lana se couvrirent les oreilles quand un cri aigu remplit la chambre. Des pierres et des fragments des vieilles statues volèrent dans les airs et une pluie de poussière s'abattit sur eux.

"Kagan !" Bensyn tendit la main, agrippant la fille qui rampait pour s'éloigner de la Zabrak qui se tordait de douleur.

Lana se jeta sur sa vibrolame. Les mains serrées sur la poignée, elle se plaça au-dessus de la silhouette difforme et gémissante. Des mains grises aux ongles ébréchés se débattaient, essayant d'arrêter la douleur et le saignement. Lana déglutit ; la Zabrak dégageait une odeur de viande pourrie. Alors qu'elle levait son épée pour frapper, Lana sentit la morsure inhabituelle de la pitié. Elle déduisit aux haillons et à ce qu'il restait des vieilles bottes d'entraînement de la Zabrak qu'elle avait été comme eux. Un acolyte venu s'enfoncer dans le tombeau.

Lana abaissa son arme et murmura : "La paix est un mensonge, il n'y a que la passion."

La Zabrak écarquilla les yeux, la douleur oubliée. "Par la passion... j'ai la puissance."

"Par la puissance, j'ai le pouvoir", répondit la voix grave de Bensyn dans un écho.

Kagan leva les yeux sur lui puis les reporta sur Lana et la Zabrak. "Par le pouvoir, j'ai la victoire."

Ensemble, les quatre acolytes récitèrent la fin du code. "Par la victoire, je brise mes chaînes. La Force me libérera."

Le silence était aussi tendu et fragile que les murs en ruine autour d'eux. Lana s'écarta de la Zabrak. "Pars !"

Elle s'en alla en escaladant les décombres, serrant la dague contre sa poitrine. Bensyn s'approcha de Lana, regardant la Zabrak se précipiter dans les ténèbres. "Était-ce une bonne idée ?"

"Probablement pas", reconnut Lana. "Mais c'est l'une des nôtres."

Les muscles de la mâchoire de Bensyn se crispèrent. "Je fais le guet. Trouve le casque."

Lana se remit au travail, enlevant les débris dans la chambre. Lorsque son esprit fut trop fatigué pour se concentrer, elle fit rouler les pierres jusqu'à en avoir les paumes engourdies et à ressentir des palpitations au niveau des articulations. Il n'y avait pas de place pour le temps dans la Vallée des Seigneurs Noirs. Il s'évanouissait comme son énergie et son ambition. Lana était sur le point de s'effondrer quand elle le vit dans un coin : le casque de Tulak Hord. Ses pieds la portèrent jusqu'à lui. Un soupir s'échappa de ses lèvres sèches. "Je... Je l'ai trouvé."

Bensyn leva la tête, mais Kagan ne bougea pas. "Quoi ?"

Lana ferma les yeux, se laissant envahir par le soulagement tandis qu'elle touchait la surface douce du casque en métal. Les doigts tremblants, elle le souleva et l'apporta aux autres acolytes. "Il est là."

Bensyn passa délicatement ses doigts le long des rainures et des fissures du casque. Un sourire inhabituel se dessina sur son visage. "Regarde, Kagan..."

Elle lutta pour ouvrir les yeux, mais Bensyn lui leva le bras pour qu'elle puisse sentir leur triomphe. "On peut rentrer chez nous ?"

"On peut rentrer chez nous", affirma Lana.

Impatients de remonter à la surface, ils décidèrent de se mettre immédiatement en route. Kagan s'appuya sur Bensyn et Lana prit la tête du groupe, serrant un bras protecteur autour de leur trésor. Elle s'efforça de ne pas penser aux limaces k'lor ni à la pâleur extrême de Kagan. Ils allaient y arriver. Elle devait y croire.

Ils passèrent devant l'alcôve et empruntèrent un autre tunnel dans l'espoir d'éviter les nids. En entendant leur respiration irrégulière, Lana regarda Bensyn et Kagan par-dessus son épaule. Il la portait à présent. La plaie au front de Kagan était grasse et dégageait une odeur sucrée. "Vous voulez qu'on..."

"Avance !" aboya Bensyn. Ils ne pouvaient rien faire pour elle ici.

À la seconde où Lana se retourna, un corps squelettique fondit sur elle depuis les ombres. Elle tomba à la renverse, l'avant-bras transpercé par une douleur vive. Des jambes osseuses la piétinèrent. Lana écarquilla les yeux lorsqu'elle vit une dague familière s'enfoncer dans la poitrine de Kagan. Les lèvres pâles de son amie s'ouvrirent pour prendre une dernière bouffée d'air avant de s'effondrer sans vie dans les bras de Bensyn. Le Sith avait les yeux fixés sur la mare de sang grandissante.

La Zabrak retira la dague et fendit l'air dans la direction de Lana. "Le prix !" hurla-t-elle en tendant le bras vers le casque de Tulak Hord. Sans hésiter, Lana fit une roulade pour s'écarter et pointa sa vibrolame sur le cou de la Zabrak. Elle l'atteignit dans un ignoble craquement. Le corps émacié s'effondra sur le sol, inerte.

Bensyn tomba à genoux. Le sang de Kagan avait recouvert son armure. Ses yeux, entrouverts, regardaient derrière lui. Lana sentit sa rage transpercer le choc. Il saisit les épaules de Kagan et ferma les yeux.

Elle se prépara à son attaque. Mais elle ne vint jamais. Lana sentit sa colère se dissiper aussi vite qu'elle était apparue. Bensyn serra le corps de Kagan contre sa poitrine et fit un effort pour se relever. "Allons-y !"

"Bensyn... Elle..."

"Quand on est entrés dans le tombeau, tu as dit qu'on ne pourrait réussir que si on travaillait ensemble... Tu avais raison. On a trouvé le casque." Deux doigts rouges fermèrent les yeux de Kagan. "On va sortir de cet endroit ensemble."

Lana acquiesça d'un hochement de tête. Elle jeta un dernier regard à la Zabrak étendue à ses pieds. Puis elle reprit le chemin vers la surface.

TRUSTe Privacy Certification