Please upgrade your browser for the best possible experience.

Chrome Firefox Internet Explorer
×

La voie du chasseur


Descole's Avatar


Descole
02.26.2012 , 12:25 PM | #1
Bonjour à tous!
Un petit élan de RP consacré au personnage d'un ami.
Histoire nommée "La voie du chasseur".
Prologue
Personnages:
-Le commandant impérial
-L'enseigne impérial
-Dark Caldera

Prologue
Du rouge dans la nuit bleue


La chaleur étouffante du désert de Tatooine emplissait peu à peu le bunker impérial.
Le commendant s'efforçait d'élaborer un plan d'action, épongeant la sueur de son front.
Un silence de mort régnait dans la salle du commandement et le stress de l'impérial était de plus en plus palpable.
-Enseigne!
-Oui, commandant?
-Dans combien de temps arriveront ils?
-Je ne saurais le dire, commandant, ils devraient déjà être ici.
A cet instant, les pupilles du malhereux enseigne commencèrent à se dilater. Un manque d'oxygène le poussa à se tenir la gorge. Une étreinte invisible, toujours plus forte, asphyxiait le jeune impérial.
Une main sortit de l'ombre, derrière son corps maintenant soulevé dans les airs. D'une sèche rotation de poignet, la main du visiteur brisa la nuque de sa pauvre victime.
Bien que chaque homme et chaque femme présents dans ce bunker sachent à qui ils avaient affaire, l'individu se fit connaitre en entrant dans la pièce, suivi de ses deux apprentis.
-Les Sith ne doivent pas. Ils font. Ce sera tout, enseigne.
-D Dark Caldera! Nous attendons vos ordres.
Toute l'assistance deumeurait figée. Les battements de coeur demeurauent les seuls sons audibles de tout le désert.
Ce seigneur Sith qui semait la mort et la terreur autour de lui était venu se pardre en plein désert pour une bonne raison: Il suivait sa proie.
-Vous l'avez localisé?
-O Oui, excellence! Il s'est caché il y a quelques mois dans le village isolé de Mos Esken, au nord.
Le Sith laissa éclater aux yeux de tous sa profonde satisfaction.
Tournant le dos au commandant, il traversa la pièce de long en large, comme pour calmer son impatience.
-Enfin, je peux me venger de cet infâme cancrelat qui m'a mis en échec tant de fois! Il payera au centuple l'humiliation que j'ai subi!
Rassemblant tout son courage pour interrompre Cadera dans sa tirade, le chef des opérations interpela le seigneur Sith.
-Quand devront nous attaquer, excellence?
-Dans l'heure! Pourquoi attendre des siècles alors que la victoire est à portée de main?!
-Très bien, excellence, je prépare les troupes à...
-Les troupes? Mais c'est inutile, mon cher. Que tous les êtres vivants de ce bunker s'emparent d'une arme, n'importe laquelle, et me suivent!
-Mais, Excellence... la plupart de ces enseignes ne savent pas se battre...
Le sang de toute l'assistance se gela lorsque les prunelles rouge sang du seigneur Sith fixèrent celles de l'impérial.
-Une objection, commendant?...
Ce dernier ravala sa salive, avant de bredouiller des excuses.
-N Non, excellence, aucune.
-Fort bien! Nous aons beaucoup à faire.
Mos Esken se trouve à quelques kilomètres d'ici. Rassemblez les motojets, nous partons.
Et c'est ainsi que la silencieuse et sombre nuit désertique fut illuminée de rouge.
A l'avant du cortège de motojets, Dark Cadera et ses deux apprentis conduitaient d'une main et tenaient leurs sabres couleur de sang droit, vers l'horizon bleutée du désert de Mos Esken.

Descole's Avatar


Descole
02.26.2012 , 12:31 PM | #2
Premier chapitre
Personnages:
-William Longstride
-Léo Longstride
-Luke Longstride
-Lane Longstride
-Dark Caldera
-Les soldats
-Dark Kher
-L'inquisiteur
-Le surveillant
-Les acolytes

Chapitre 1
La rafle

-William? Bouge! On va être en retard!
Mon petit frère me devançait de quelques mètres déjà. Faut dire que c'est moi qui portait le plus lourd...
-Désolé, c'est mon œil qui me lance encore.
-Moi aussi, mon implant me fait mal de temps en temps... Papa m'a filé des médocs. Tiens, prends ça.
-Merci. Bon, aller, on se dépêche.
Des deux soleils de Tatooine, un seul était encore visible dans le couchant depuis la muraille de Mos Esken.
Notre retard ne nous à pas empêchés de nous asseoir asseoir quelques minutes au bord du mur pour contempler ce magnifique crépuscule, disparaissant dans le firmament de sable.
-Léo?
-Ouais?
-C'est pas ce soir que papa revient?
-J'crois que oui. Parait qu'il a récolté une des plus belles primes de sa vie! On va enfin pouvoir quitter ce caillou!
-Mouais... A part l'absence de hutts, j'ai jamais vraiment compris ce que Coruscant avait de plus que Tatooine...
-C'est vrai que ce genre de spectacle est magnifique, mais pense un peu à la vie qu'on aura là bas! Plus de journées entières à récupérer des droïdes pour un hutt débile, plus d'esclavage!
-OK, c'est la capitale de la république, mais 'parait qu'elle a été saccagée par l'Empire.
-On s'en cogne. Bon, aller, viens, là on est vraiment à la bourre!
On s'est mis à courir à travers Mos Esken en direction de la maison.
Mos Esken était l'une des rares villes de Tatooine où il faisait bon vivre, et où le hutt qui la dirigeait était plus stupide que cruel.
Les hauts murs qui entouraient le village l'avaient plongé dans une pénombre de soirée rafraîchissante.
Les foyers commençaient à s'allumer, et la maison n'était plus très loin.
A peine entré, j'ai pu voir Léo se jeter sur un type en armure. Quand il se décida enfin à s'enlever du milieu, j'ai pu reconnaître le chasseur de primes.
-Papa!
-Comment ça va, mon grand?!
Ça faisait plusieurs mois qu'on avait pas vu notre père. Depuis qu'il avait acheté et affranchi notre mère pour l'épouser, il s’absentait souvent pour de logues durées pour avoir assez d'argent et aller sur Coruscant redémarrer une nouvelle vie.
-Léo m'a dit que ton implant te faisait mal. Montre ça...
A chaque fois qu'il examine mon implant, je souffre le martyre. Léo avait de la chance. Le sien était sur le front. Le mien remplace mon œil droit...
-C'est bien ce que je pensais... Le revêtement s'effrite un peu. Bois ça. Je vais te l'enlever et le réparer. Pendant ce temps, ne sort pas. Va plutôt aider ta mère, petit Jedi!
C'était le surnom amusant qu'il avait trouvé pour Léo et moi.
Faut dire que nos implants servaient à cacher nos dons dans la Force.
On a jamais su d'où ils venaient... Mais il fallait les cacher si on voulait rester avec notre famille.
Une demi heure plus tard, mon père revint, triomphant, avec cette sphère oculaire remise à neuf.
-Aller, faut la remettre avant que l’anesthésiant se dissipe.
Voi...Lààà... C'est bon. Tu devrait remettre ton bandeau. Aller, à table! Un prime comme ça, ça se fête!

-On va pouvoir partir de Tatooine Luke?
-Ouais ma chérie! On part sur Coruscant! Un bel avenir nous attend!
Bientôt le nom des Longstride sera connu de la galaxie entière!

-Ça tu t'en est déjà chargé, papa!
Mon père était un chasseur de primes très réputé du côté de la république. Parait qu'il aurait même eu des contrats avec le Grand Maître Jedi Satele Chan.
-Bon aller! Je lève mon verre à notre nouveau départ! Et aux douze ans de William!
Sa déclaration fut accueillie de cris de joie et la soirée continua dans une bonne humeur générale.
J'ai entendu un proverbe l'autre jour...
Fais gaffe ou tu marches dans le désert. Le sarlacc guette...
J'aurais préféré passer des siècles au fond d'un sarlacc plutôt que de vivre cette nuit là...
On avait terminé le repas, Léo allait se coucher. J'étais retourné regarder les étoiles depuis la muraille de Mos Esken.
Le désert sous la voûte étoilée était vraiment magnifique.
-Alors? On regarde sa chère Tatooine pour le dernière fois?
Mon père m'avait rejoint, un paquet de toile à la main, regardant lui aussi l'horizon sablonneux baigné de lumière au clair de lune.
-Tu m'a fait peur!
-Désolé. C'est beau non?
On s'est tous les deux allongés pour regarder le ciel bleu marine parsemé d'étoiles.
-Tu crois qu'on peut voir Coruscant d'ici?
-HA HA HA! Je crois pas, non.
...Tatooine va te manquer hein?

-Ouais... Plus qu'à Léo en tout cas...
-Rien ne nous empêche de revenir faire un tour pour les vacances.
Il me cogna l'épaule d'un air amusé.
-Tien, c'est pour toi.
Piqué de curiosité, je dépliai la vieille toile avec impatience et maladresse. Lorsque ce fut chose faite, je pus contempler, au centre du carré de tissu l'un des deux blasters de mon père. Un magnifique "Peace Maker" modifié.
-Mais... T'en a pas besoin?!
-Mon père m'a légué deux blasters comme celui ci. Mais je n'en utilise qu'un. Il est temps qu'il te revienne. Lorsque Léo aura atteint ton âge, il recevra l'autre.
Fou de joie, je me jetai dans ses bras après avoir remballé le blaster.
Remis en tailleur pour scruter l'étendue de sable infinie, je remarquai d'étranges lumières rouges à quelques centaines de mètres, suivies d'étendards.
-Papa? C'est quoi ça là bas?
-Attends... C'est quoi ce truc?...
Bordel de merde!!!! Rentre tout de suite!!

-Mais qu...
-RENTRE!!!!
Sans comprendre ce qui se passait, je courais comme un dératé à travers le village. Une grande menace devait arriver à en juger la réaction de mon père...
Au bout de quelques minutes, il revint à la maison, dit quelque chose à ma mère, prit son blaster et ressortit.
Dehors, des cris de panique, la fuite d'une foule et des tirs de blasters se faisaient entendre.
Me penchant par la fenêtre du deuxième étage, je voyais mon père, encerclé par toujours plus de soldats impériaux, les tuant les uns après les autres. Avant de mourir, presque chaque soldat donnait l’alerte aux autres.
-IL EST ICI!!! RENFORTS!!!!
Je redescendait au rez de chaussée, et, sans trop réfléchir, j'empoignai le Peace Maker que mon père venait de me léguer. J'avais déjà eu cette arme en main avant qu'elle ne m'appartienne. Depuis mon plus jeune âge mon père m'entraînait au tir.
Une fois dehors, j'ai réussi à abattre deux soldats, par surprise jusqu'à ce que Léo agrippe mon gilet pour me tirer dans la maison.
-A quoi tu joues?! T'es malade ou quoi?
-C'est toi qui demandes ça?! On s'est pas entraînés pour rien, abruti! C'est le moment de tirer là!
-Tu as douze ans et j'en ai dix! Si t'a eu ces deux soldats, c'était un coup de chance! Tu va y laisser ta peau!
Notre dispute fut interrompue par un éclair rouge traversant la rue, illuminant l'espace d'un centième de seconde la pièce sans lumière.
Un hurlement se fit entendre. Terrifié par la voix que je croyais avoir reconnu, j'ai voulu me jeter au dehors pour savoir ce qui se passait.
Avant que j'aie pu le faire, mon père est entré dans la sombre pièce, chancelant. Il se tenait les côtes gauches de la main droite et s appuyait sur le mur de la main gauche.
-Partez! Partez d'ici! Fuyez! Loin!
Il s'effondra au sol, laissant apparaître sur son armure un trou carbonisé en face du cœur.
Comme pour briser le silence de mort que règnait, une sombre silhouette pénétra dans la pièce, accompagnée d'un bourdonnement malsain. Un son que j'avais déjà entendu une fois, et une seule, lorsque mon père nous avait protégé d'un Jedi renégat.
Le son d'une lame énergétique.
La pièce sombre fut aussitôt baignée d'une malsaine lueur rouge sang. Une lueur émanant de l'arme du fou qui avait assassiné mon père.
-Mais qu'avons nous là?! Alors comme ça ce gêneur avait une petit famille!
Je sais pas si c'était l’instinct, mais il ne s'est pas écoulé une seconde avant que ma mère ne se jette sur le Sith.
D'un revers de sabre, l'agresseur la renvoya vers le fond de la pièce avant de lui envoyer son arme dans le buste.
Je sais pas trop ce qui c'est passé dans ma tête d'ado à ce moment là... Si j'avais eu quelques minutes pour réfléchir, j'aurais sans doute adopté l'hypothèse qu'il valait mieux mourir que de faire ce que j'ai fait.
Sans que nos parents le sache, on s’entraînait tous les jours à la décharge à utiliser la télékinésie.
Le Sith fut surpris de voir son sabre sortir du buste de ma mère pour revenir lui trancher le bras droit.
D'an un excès de rage, le Sith m'envoya de la foudre kinétique.
Alors que j'allais perdre connaissance, il s'arrêta, comme si sa raison avait pris pas sur sa rage, et sortit en marmonnant.
-Très intéressant...
Quelques minutes plus tard, six soldats vinrent nous chercher. Nous étions seuls, au milieu de cette pièce ou reposait les cadavres de nos deux parents, n'osant pas crier, n'osant pas pleurer, n'osant pas respirer.
On s'est laissés faire, complètement tétanisés.
On traversait le village, d'habitude si calme, si joyeux... On faisait même pas attention aux entraves qu'on avait aux mains.
On est monté dans une navette qui a décollé quelques secondes après notre arrivée.
Il y avais une vitre à l'endroit où les militaires nous avaient "entreposés". On pouvait voir s'éloigner cette chère Tatooine qu'on aurait quitté d'une manière ou d'un autre, bien que j'aurais préféré que ce soit l'autre...
Pendant quelques secondes on a vu cette boule de sabre rétrécir, et les deux soleils poindre à sa surface.
Le vaisseau est passé en vitesse lumière, après quoi une planète rouge orangée s'est imposée à notre vue.
Toutes les pièces du puzzle prenaient place.
Cet enfoiré voulait faire de nous des Sith.
Les mêmes que lui... Les mêmes que l'assassin de notre famille et de notre existence.
Il voulait qu'on intègre les rangs de ces malades endoctrinés et qu'on serve leur foutu empire jusqu'à la mort.
A cet instant, on s'est juré de faire payer à ces chiens de Sith le centuple de la traînée de sang et de larmes qu'ils laissent derrière eux.

Korriban... Comment décrire cet endroit... Un désert de sable imprégné de sang où règnent la folie, l'arrogance et la cruauté...
L'académie Sith reposait sur les ossements des recalés. C'est ainsi que les malades du conseil noir ont conçu leur système dans leurs esprits dérangés.
Bref, ça faisait déjà cinq ans qu'on devait subir les idées Sith à longueur de journée, mais on s'était habitués, sans pour autant succomber à leurs principes.
Faut avouer que les cours d'armes étaient moins barbants que les cours de philo sur le code Sith...
-Dis, vermine! De quel droit ne suis tu pas les instructions de ton professeur?!
L'inquisiteur qui se chargeait de notre "endoctrinage" m'avait tiré de ma réflexion. Excédé par son attitude, j'ai pas pu m'empêcher de répondre violemment.
-Parce que je m'en cogne! C'est clair là?!
-Comment osez vous?! Je suis las d'essayer d'inculquer le noble code Sith dans vos caboches inférieures et imperméable à toutes formes d’intelligence!
-C'est vous qui dites ça?!
Dans un élan d'humanisme, j’espérais qu'un bon crochet lui ferait comprendre l'inutilité de son boulot. Manque de bol, il l'a mal pris.
Il s'est relevé et m'a soulevé dans les airs par la gorge.
Les autres élèves, d'apparence tétanisés, profitaient à fond du spectacle. Si j'avais été miraluka, j'aurais pu les voir hurler tels des bêtes "DU SANG! ENFIN DU SANG!!!!"
L'inquisiteur pensait surement m'avoir vaincu, mais c'était sans compter Léo qui arrivait par derrière et qui lui balança de la foudre Sith à la gueule. Une fois cet imbécile à terre, je m'emparai de son sabre et le blessai mortellement. Léo l'acheva en lui brisant la nuque par télékinésie. L'inquisiteur était étendu là, raide mort.
D'un coup, l'un des acolytes bondit de son siège en hurlant!
-PWOOOOAAAAA!!!! Dans vos gueules! Par ici la monnaie! Je vous ai eu à cinq contre un les gars!!!
-Tu paries sur la mort d'un autre?!
-D'accord, c'était un enfoiré de première, mais c'est pas une raison!
Un silence malsain envahit la salle.
Le plus imposant des acolytes s'avança.
-Alors, vermine, on se rebelle? Tu veux goûter de ma lame?
-Je sais pas si t'a remarqué, abruti, mais un: On vient de buter un surveillant, et deux: je viens d'acquérir un tout nouveau sabre laser. Tu penses faire le poids?
-Tais toi! C'est pas parce qu'on raconte des histoires exagérées sur toi que tu dois te la péter! Bats toi comme un Sith!
-A tes risques et périls, sans cervelle.
Ivre de rage, l'acolyte se mit en position offensive.
S'il y a bien un cours dans lequel je ne dormais pas, c'était le cours d'armes. D'après mon instructeur, je me débrouillais vraiment pas mal... Plutôt doué pour la forme V. Selon lui, j'aurais même développé une variante. Allez savoir...
Quoi qu'il en soit, ça m'a été d'un grand secours face à l'acolyte, qui a perdu sa main avant d'avoir pu attaquer.
-Rhaaaaaaaaa! J'vais te tuer!!! J'VAIS T'TUER!!!!
-C'est pas ce que j'aurais dit dans ta situation...
J'avais aucune envie de lui donner le coup de grâce, mais il allait surement être châtié avec une extrême sévérité pour avoir perdu ce duel. Je comprendrai jamais les Sith.
Il fut sans doute sauvé par l'irruption d'un autre surveillant dans la salle, probablement alerté par les bruits de combats.
-Qu'est ce qu'il se passe ici?! Mais... Je le crois pas!
Vous deux, venez avec moi!

Au fur et à mesure qu'on avançait dans les sombres couloirs de l'académie, je réalisai qu'on venait quand même de buter un Sith...
Depuis quelques mois déjà, on avait compris que le conseil noir ne pouvait pas se passer de nous, comme si on avait une sorte de talent caché qu'ils voulaient exploiter.
Ils avaient intérêt à pas se faire d'illusions: Le jour ou on serait devenus assez puissants, on aurait fui Korriban en massacrant chaque être vivant sur notre passage.
Dire que les Sith ont non seulement détruit ma famille, mais aussi les valeurs humanistes, héritées de mes parents.
Précédé par le surveillant, dont on devinait plus la peur que la colère, on arrivait dans un étroit couloir menant à un sombre bureau.
A peine étions nous arrivés qu'une voix grinçante nous accueilli d'un ton menaçant.
-Surveillant. Vous étiez censé gérer les débordements de ces deux imbéciles.
-Seigneur Kher, je vous assure que...
-Que quoi?!
Se levant de son siège tourné vers le mur la silhouette d'une Sith un peu âgée apparut, le teint blanc et les yeux rouges. Pas besoin d'être miraluka pour deviner son penchant pour le côté obscur.
-Que ces garnements provoquent l'académie entière est une chose, mais aujourd'hui, ils ont tué un instructeur!
-Seigneur Kher, pitié, j... Urgh...
Quelques secondes plus tard, le surveillant était mort, étouffé par la vieille Sith.
-Ecoutez moi, vous deux!
Votre comportement commence à devenir problématique au plus haut point!

-Vous croyez qu'on a pas compris que vous avez besoin de nous?! On a pas encore compris pourquoi, mais ce qui est sur, c'est qu'un acolyte ordinaire avec notre comportement aurait pas fait long feu ici.
-Si vous nous épargnez, y'a bien une raison.
-Nous savions que vous finiriez par le comprendre. C'était inévitable. De ce fait, vous avez pris goût à provoquer tout Sith qui croise votre chemin. Pourquoi pas après tout, cela entretient votre haine...
Emmerder tous ces malades me servait de défouloir depuis plusieurs moi déjà. Plus à moi qu'à Léo, même s'il y prenait goût lui aussi.
-Malgré votre stupide attitude, vous êtes désormais assez expérimentés pour passer les épreuves finales.
-Génial, encore des tombeaux miteux...
-Détrompez vous, acolyte. Une épreuve spéciale a été organisée pour les élèves dont les progrès dépassent les espérances.
Une épreuve en plein air, dans le désert de l'est!

J'avais déjà entendu parler de cette épreuve, réservée à l'élite des acolytes. Le participant devait survivre en plein désert sans nourriture ni eau, tant qu'il n'avait pas trouvé un coffre renfermant son futur cristal de sabre laser.
Le seul acolyte à y avoir survécu y était devenu fou, et plus puissant aussi. A tel point qu'il renversa son tout nouveau maître en un tour de main, puis sombra dans l'alcool et périt d'un coma éthylique...
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
02.26.2012 , 12:37 PM | #3
Second chapitre
Personnages:
-William
-Léo
-Dark Kher
-Les acolytes
-Dark Caldera

Chapitre 2
Le monstre de vangeance



Quelques jours plus tard, nous étions lâchés, mon frère et moi, au centre de ce désert hostile.
Quand la navette fut partie, il n'y avait que le sable, couleur de sang, et ce jusqu'à l'horizon, pourtant si lointain.
La journée est passée très lentement, sous un soleil ardent. Léo avait presque perdu la vue à cause de la réverbération du soleil sur le sable. Il pourrait voir de nouveau dans quelques jours, mais le moment était vraiment mal choisi.
Nos estomacs criaient famine dans la claire nuit sur le désert, au sable maintenant devenu bleu sous la pâle et rafraîchissante lueur de la lune. Il n'y avait aucun être vivant quel qu'il soit dans ce désert à part nous.
Donc, aucun ennemi, si ce n'est la faim et la soif.
Faim qui nous empêchait de dormir. On s'est donc décidés à continuer de chercher le coffre. Puisqu'on ne pouvait pas se reposer, autant profiter de la douce fraîcheur de la nuit.
Les jours et les nuits se succédaient, nous étions encore et toujours plus fatigués, affamés et assoiffés.
Une nuit, on finit par remarquer, à quelques centaines de mètres de là une vive lueur couleur de feu.
On s'est approchés à toute vitesse mais discrètement de ce qui ressemblait à un feu de camp.
Cachés derrière un rocher, on a pu observer l'individu originaire de cette lumière.
Il avait l'air d'un acolyte, comme nous.
Devant son feu, il mangeait avec férocité une grosse pièce de viande.
Sans chercher à comprendre, poussés par la faim, on empoignait nos sabres d'entrainement pour l'attaquer.
-Attends... Mais... William!! Stop!
Bien que chuchotés, ces mots décrivaient à merveille la terreur qui c'était emparée de mon frère.
-Re... Regarde...
Il pointait du doigt la jambe de l'acolyte, puis les flammes de son feu de camp.
Je réalisai avec stupeur que le combustible employé n'était autre que la robe Sith de l'individu, maintenant en vêtements simples.
Je mis plus de temps à apercevoir le plus horrible.
La jambe de l'acolyte était bandée, mais le sang s'en échappait encore à flots. Au dela du bandage, plus rien.
Je réalisai avec horreur que la pièce de viande dévorée par ce pauvre affamé n'était autre que sa jambe.
On est restés bien vingt minutes pétrifiés derrière ce rocher, tandis que l'estropié continuait de bâfrer sans tenir compte de sa douleur.
-J'ai une raison de haïr les Sith à ajouter à ma liste.
Sans en comprendre la raison, on devinait que ce pauvre gars était dans le même cas que nous.
Un hurlement nous fit tressaillir.
Relevant à peine la tête par dessus le rocher, on assistait au plus triste des spectacles.
Une autre acolyte venait d'assassiner le premier par derrière, finit la viande sans en connaitre l'origine, puis repartit au pas de course.
On venait de comprendre. Cette épreuve soit disant individuelle (sauf pour Léo et moi) était en fait des éliminatoires. Un cruel jeu de survie ou régnait cette seule règle sauvage: Mangé ou être mangé.
Encore sous le choc, on repartait, terrifiés, dans une direction, n'importe laquelle, pourvu qu'elle nous éloigne de ce ce feu et nous conduise à ce maudit coffre.
Deux jours plus tard, la faim était totalement insupportable.
Terrassés par la chaleur du soleil, on rampait presque contre le sable de sang.
Au bout de quelques heures, on finit par apercevoir un canyon, au loin. Arrivés au bord de l'immense ravin, on s'est penchés pour juger de la profondeur.
Une insupportable puanteur nous pris ne nez à peine la tête passée au bord du précipice. On vit avec horreur les corps d'au moins une dizaine d'acolytes au fond, inertes.
C'était pas difficile de deviner pourquoi il s'y étaient jetés...
-Les pauvres...
-Ils sont mieux là où ils sont maintenant. Aller, viens, faut trouver ce satané coffre.
J’espérais qu'on soit les seuls survivants, parce que le cri poussé par Léo aurait pu réveiller tout les morts du désert.
-WIILLIAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAM!!!!!!!!!!!
Redoutant le pire, je retournai à toute allure vers le précipice. Mon frère courait vers moi, les yeux baignés de larmes. Des larmes de joie.
Léo courait vers moi, les larmes aux yeux, la faim et la soif oubliées.
-Viens voir!!! Vite!!!!
Il s'est penché au bord de la falaise pour la seconde fois, montrant du doigt un coffre blindé marqué du sceau impérial sur une très mince corniche, en contrebas.
Finalement, il pouvait y avoir une tout autre explication à l'accumulation de cadavres au fond du ravin.
-Tiens moi la main, je descend le chercher.
-T'es malade?!
-Tu vois un autre moyen? J'arrive pas à le déplacer par la Force et je suis le plus agile des deux. Tiens moi, je l'attrape et je le remonte.
Sans trop le vouloir, je me devais d'approuver cette alternative, aussi périlleuse soit elle.
Tenant le bras gauche de Léo de mes deux mains, je me tenais aussi stable que je pouvais tandis que ce dernier n'était plus qu'à quelques centimètres de la mallette blindée.
Il tendait le bras autant qu'il pouvait, balancé dans le vide par un courant d'air engouffré dans le profond canyon.
Au bout de quelques secondes qui nous parurent des heures entières, il parvint à saisir le coffret.
Relevant le bras d'un air victorieux, il clama sa victoire le plus fort qu'il put.
-Je l'ai eeeuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu!!!!
-Super! Je t'applaudirai presque!
-N'y penses surtout pas! Remonte moi!
A cet instant, je sentis une botte appuyer voilement sur ma nuque, me clouant au sol, Léo toujours accroché à mon bras.
-Nan, ne le remonte pas!
-Putain! Will, c'est la fille de l'autre soir!
-Merde! Enfoirée!
-Taisez vous, arrivistes! Toi, lances moi le coffret!
-Pour que tu nous butes juste après?! Crève!
-Je sais que tu supporterais pas de voir ton frère souffrir, dit elle avec un sourir malsain.
A cet instant, elle m'envoya une décharge dans la tête. La douleur était intense, mais je devais pas le montrer, ça risquait de faire craquer mon frère.
-E CHU TA!
Loin d'être déstabilisé, il me fit signe qu'il avait un plan.
-Eh toi! Tu sais d'où elle venait la viande que t'a bouffé l'autre soir?!
-Q'est ce que ça peut me foutre?!
-Le gars que t'as assassiné était en train de bouffer sa jambe!
Rien q'au relâchement léger de la pression de son pied sur mon corps allongé, je la sentais un minimum déstabilisée.
-Tu le veux, le coffret?! Le voilà!!
A ces mots, il balança la boîte de duracier à la tête de l'acolyte, pour mieux lui envoyer de la foudre Sith de sa main maintenant libre.
Dans un hurlement de douleur, la jeune apprentie bascula dans le vide, la tête la première, le corps encore parcouru d'arcs électriques pourpres.
Une fois Léo hissé au dehors du gouffre, il laissa éclater un hurlement de joie.
Le coffret allait enfin dévoiler son contenu, à la fois connu de tous et mystérieux.
La boîte de métal blindée renfermait une balise de signalisation et deux cristaux rouge sang.
-Y'a deux cristaux?!
-Ces enfoirés étaient surs de l'issue...
-Bon, je serais pas contre un bon gueuleton à l'académie.
-Te réjouis pas trop vite, va surement y avoir une tonne de cérémonies avant qu'on puisse enfin se remplir le ventre et boire un coup...
Quelques minutes après qu'on ait activé la balise, une navette fit son apparition dans le ciel rouge.
Une fois à l’intérieur, on a étés accueillis et félicités par cinq soldats impériaux. Ils nous ont filé de l'eau et de la viande.
On s'est jetés dessus et avons fini le reste du trajet en dormant.
A notre arrivée, le comité d’accueil était réuni: Les soldats faisaient presque une raie d'honneur, au bout de laquelle se trouvait la vieille Sith chargée de nous gérer pendant cinq ans, mon maître d'armes, et un autre Sith voilé, dans le coin de la pièce, adossé au mur.
Voir arriver deux acolytes couverts de sable, de sang et à moitié endormis au milieu de ce carde était pour le moins contrasté.
-Félicitations, acolytes! Vous avez survécu à cette terrible épreuve!
-Pas grâce à vous! On était pas censés être seuls?!
-Ah, ça. Les ennemis que vous avez pu rencontrer sur votre route étaient des rebuts, on leur avait promis une seconde chance s'ils survivaient au désert. Pour ajouter un peu de challenge.
-J'vais t'en montrer, du challenge, harpie! Dégaine!
Retenu tant bien que mal par mon frère, je failli me jeter sur la vielle Kher, sabre à la main. Mon maître d'armes me regardait d'un air à la fois fier et amusé.
-Voyons, il est un peu tôt pour cela. Vous passerez votre ultime épreuve en compagnie de votre nouveau maître.
-Notre nouveau maître?
L'inquisiteur au fond de la salle se remis droit à l'appel de son nom. Sa large capuche laissait à peine entrevoir sa peau plus blanche que la lune et un sourire sadique. Ce n'est que lorsqu'on a pu le voir de face que la haine commença à émaner de nous.
De sa manche droite raccourcie sortait un bras robotisé de combat.
-NOTRE NOUVEAU MAÎTRE???!!!!!!!!!!
-Je vous présente le seigneur Caldera. Vous serez désormais ses deux apprentis.
Je sentais le moment venu. Ce moment pour lequel j'avais fait bouillonner ma rage durant cinq ans.
Avec un hurlement animal je fonçai vers l'assassin de ma famille, précédé par Léo.
A ma grande surprise, le Sith eu malgré tout plus de mal que prévu à nous renvoyer contre les murs, électrocutés.
-Toujours aussi impulsif, Banner. Tu mérite ta réputation de terreur de l'académie.
Ivre de rage, je tenais à peine sur les pieds, encore étourdi par la décharge.
-Banner n'a jamais existé, enfoiré! Mon nom c'est William LONGSTRIDE!! Ce nom que tu as tenté de faire disparaître va refaire surface en mettant fin à ta misérable et inutile vie!
-Q'on lui administre un sédatif et qu'on le transporte jusque dans la navette pour l'ultime épreuve. J'ai du travail.
J'ai ressenti une vive piqûre dans la nuque, puis je me suis réveillé quelques heures plus tard. Par le hublot du vaisseau de transit, je voyais poindre peu à peu le soleil d'une planète qu'il me semblait reconnaître.
Ce n'est que lorsque le second soleil apparut que l'horreur me tira des effets engourdissant du sédatif. Tatooine.!
Ce dégénéré nous envoyait passer notre ultime épreuve sur Tatooine!
Il n'était pas difficile de deviner la suite du programme. La navette a atterri à Mos Esken. On a tous les deux traversé le village entouré de soldats de choc.
Ce village, autrefois si paisible était à présent écrasé par le joug de l'Empire. Tous ces visages dont pas un ne manque à ma mémoire. Ils étaient tristes. Joyeux cinq ans plus tôt, ces pauvres villageois vivaient dans l'oppression.
Au bout de la rue que je redoutai d'emprunter se trouvait notre maison. Deux soldats impériaux en gardaient l'entrée.
-William... Non... Même un Sith n'aurait pas osé...
-Reste calme, Léo, moi aussi j'ai envie de faire la peau à cet enfoiré, mais le moment venu, il regrettera de ne pas nous avoir tués ce soir là.
Arrivés devant la vieille maison dont émanait une puanteur insupportable, nous fumes accueillis par une voix familière.
-Vous voici fin prêts pour l'ultime épreuve de votre formation, mes chers apprentis! Vous pouvez retourner dans votre ancien "terrier", au cas où vous seriez nostalgique. A près quoi nous pourrons débuter.
-Vous avez commis une erreur monumentale en nous prenant comme apprentis, Caldera. Votre fin est plus proche que vous le croyez!
-Ecoutez donc ce morveux! Aller, dépêchez vous.
Pendant qu'on passait la porte de la sinistre baraque, l'un des gardes nous souffla, sans pour autant broncher.
-Courage, petit.
L'instant d'après, il fut frappé par une foudre Sith d'une extrême violence.
Genoux à terre, souffrant le martyre, il hurlait.
-Pitié, Seigneur Caldera! Pitié, je disais ça comme ça!
L'éclair redoubla d'intensité, et le pauvre soldat se tordait de douleur.
-RHAAAAAAAAAAAA!
Il fut enfin délivré par la mort au bout de quelques minutes, quand le Sith commençait à s'ennuyer.
Sans un bruit, on est entré dans ce qui fut durant de nombreuses années notre foyer. Deux squelettes blanchis jonchaient sur le sol.
L'un d'eux portait un Peace Maker dans la main gauche. Léo ne put s'empêcher de laisser échapper des larmes. Moi, je privilégiais la rage, plutôt que la tristesse, je refusai de sortir l'image de Caldera de mon esprit. Cette haine me servirait d'arme, le moment voulu. La plus terrible qui puisse exister. La plus dévastatrice: Le désir de vengeance.
On a chacun pris un des blasters, plus le jetpack de mon père dissimulé sous ma robe Sith, puis on est ressortis dans la rue, maintenant noire de monde.
Tous ces villageois avaient étés rassemblés de force.
Il étaient maigres, certains étaient malades, hommes, femmes et enfants.
Au milieu de cette foule silencieuse, le Sith prit la parole.
-Chers citoyens impériaux! Je suis ici en ce jour pour commémorer la glorieuse campagne de l'Empire menée en ces lieux il y a cinq ans.
Pour ce faire, j'ai amené ici les deux survivants du carnage qui s'était emparé de cette rue. Les voici! Ils ont gagné en puissance, pour votre plus grand plaisir!

On redoutait le pire, debout en bas de l'estrade ou s'était hissé le tyran Sith.
-Acolytes! Approchez!
Tenez vous l'un à l'autre?

Cette phrase puait l'arnaque à des centaines de parsecs.
Sans même attendre la réponse, il se pencha à notre oreille et chuchota doucement.
-Battez vous. A mort.
Léo fut surpris de cet ordre, malgré ce qu'il savait déjà de cet enfoiré de Sith.
-Pourquoi?!
-Parce que si l'on veut devenir un Sith, on ne doit pas s'encombrer du fardeau des relations humaines, qui ne font qu'altérer la puissance de la haine pure!
-On a jamais voulu devenir des Sith! C'est là le problème, ordure!!
Comme un seul homme, on s'est jetés sur l'inquisiteur avec une férocité monumentale.
C'était le moment qu'on attendait depuis cinq ans. A l'inverse de tous les abrutis de l'académie, ce dément n'hésiterait pas à nous tuer tous les deux. Il était impossible de faire marche arrière. Mais notre rage était plus grande encore que sa puissance dans le côté obscur.
J'ai eu plus de chance que mon frère lorsque j'ai réussi à faire couler le premier sang, celui de sa joue.
Sans que j'y prête attention, notre ennemi avait porté un coup fatal au dernier membre encore en vie de ma famille brisée.
Au sol, tentant de contenir le sang qui s’échappait à torrent de sa blessure, il me fit signe de l'écouter.
-Will... Venge les!... Venge...Nous...
Dès l'instant où les yeux de mon défunt petit frère furent clos, le mien se rouvrit, laissant échapper quelques larmes plus brûlantes encore que du magma, et découvrant ma prunelle, ébène d'ordinaire, devenue rouge feu.
Sans un mot, sans une quelquonque parole adressée à celui qui avait anéanti toute personne qui ait pu m'aimer, et qui regardait la scène, comme pour se distraire, je me retournai lentement, un désir de vengeance grandissant, et empli du côté obscur.
En dix ans, j'avais plus appris du blaster que du sabre laser en cinq ans.
A la grande surprise de Caldera, j'ai dégainé et vidé mon chargeur dans sa direction avant qu'il puisse utiliser son sabre, explosant son bras cybernétique, son sabre et sa main.
Après l'avoir empoigné par le col, je l'ai amené avec le jetpack en haut de la muraille est, celle qui donnait sur un ravin insondable.
Les pieds au bord du vide, un blaster en joue sur lui, l'inquisiteur fit sa dernière déclaration.
-Tu penses certainement m'avoir vaincu. Mais c'est l'inverse même!! J'ai atteint mon objectif!!
-Ferme la, ordure!
-Regarde toi! Tu n'est plus qu'un monstre de rage et de haine!! La rage te suinte de la peau!! Le monstre que je voulais créer!! Et un jour, tu te tournera vers ce destin qui est le tien! Celui d'un puissant seigneur Sith voué au côté obscur!
Je ne pouvais plus tenir d'avantage. Je lui ai balançé un missile incendiaire du jetpack histoire de le faire taire, et il entama sa longue chute, enflammé, dans un hurlement glacial.
Je me retournai vers la ville. Les habitants, et même la plupart des soldats s'étaient rebellés et avaient pris le dessus sur la garde Sith.
Dans mon unique œil encore intact, le feu laissa place à l’ébène.
J'avais, pour la première fois, goûté au point culminant du côté obscur. Ma vendetta était accomplie. Je n'avais plus nulle raison de retourner dans l'obscurité.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
02.26.2012 , 12:39 PM | #4
Désolé pour les éventuelles fautes de frappe...
Le prochain bientôt sur le forum.
A la prochaine!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Aeluthian's Avatar


Aeluthian
02.26.2012 , 06:27 PM | #5
Très intéressant ! Y'a de l'idée, mais aussi des trucs assez courants, mais je n'ai pas trouvé ça particulièrement lourd ^^

Pour les fautes, c'est vraiment des erreurs de frappe, ou des trucs tout bête : relis-toi, et tu les retireras tout seul à mon avis ^^

Sinon, je pense que tu n'es pas forcé de dire la classe de ton personnage, parce que, du coup, on se doute direct de ce qui ne va pas arriver (et qui semble logique, à la fin). Enfin, je dis ça, parce que j'aime bien les effets de surprise, mais c'est une question de choix.


Sinon, j'attendrais patiemment la suite aussi longue soit-elle ! (j'ai bien fait des trucs méga-longs, moi aussi ^^)
Il y a émotion, mais je suis sans regret.
Il y a sérénité, mais la sagesse, je l'ai trouvée.
Il y a victoire, mais ma passion est utilisée et contrôlée.
Il y aura des morts, car je maîtrise l'art de la Force de tous côtés.

Descole's Avatar


Descole
02.27.2012 , 05:42 AM | #6
Merci pour ton commentaire.
Pour ce qui est du titre et de l'effet de surprise, en fait, ce ne sont que les deux premiers chapitres, il y en a beaucoup plus en rédaction.
Donc, comme le fait qu'il devienne chasseur n'était pas une finalité, je pensais pas que ça gâcherait un effet de surprise, désolé...
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Aeluthian's Avatar


Aeluthian
02.27.2012 , 07:42 AM | #7
Non non, pas de soucis ^^
C'est une question de choix, qui est elle-même justifiée. Je n'ai fait que partager un point de vue (et le récit n'en devient pas nul à cause de ça).

( Par contre, c'est prologue. L'épilogue, c'est après le récit... )
Il y a émotion, mais je suis sans regret.
Il y a sérénité, mais la sagesse, je l'ai trouvée.
Il y a victoire, mais ma passion est utilisée et contrôlée.
Il y aura des morts, car je maîtrise l'art de la Force de tous côtés.

EricorDrakil's Avatar


EricorDrakil
02.29.2012 , 10:17 AM | #8
Bonne introduction, surtout que ce n'est pas banal de commencer une histoire de chasseur par...la formation sith ! Original.
Ce que je reprocherais à ton originalité, par contre, c'est cette histoire de vengeance. Dans les fictions, il n'y a rien de plus banal. Surtout lorsque l'on parle du coté Obscur de la Force.
Il faut savoir que les Siths, et toutes les autres factions usant du coté Obscur ne sont pas forcément foncièrement mauvais. L'univers étendu regorge de Siths pour les-quels la fin prévaut sur les moyens, tout simplement.

Spoiler


Par contre, tu commet une énorme faute, que je me dois de corriger. A lire ton post, tu connais quelque peu l'Univers Etendu, tu connais la Règle des Deux, donc Darth Bane.
Mais tu te trompe lourdement sur la chronologie. A l'heure où se passe ton histoire, Darth Bane est âgé de...-1300 ans environ ! La règle des deux n'est donc absolument pas incluse dans la tradition Sith, à cette époque. Certains nomment même Revan comme le premier Annonciateur de la règle des deux, lorsque Malak tente de le tuer dans KotOR.
C'est la raison pour laquelle tu vois, dans tOR, une telle profusion de Seigneurs Siths, de Darths, etc. D'ailleurs, si tu faisait les scénarii des classes Siths, tu verrais qu'on observe de nombreux Seigneurs qui coexistent avec leurs anciens Maîtres. Chose qui ne se voit plus dans l'univers étendu après l'apogée de Darth Bane.
Ne voit pas dans la vidéo "Le Retour", où le Seigneur Malgus tue Darth Vindican (et prend ainsi le titre de Darth), une vision de la règle des deux. Ce meurtre est une punition de l'échec du maître, car l'Empire est une méritocratie. Tu n'y possède ta place que par ton mérite. L'échec n'y est pas une option.

Spoiler


Bref, mis à part ces deux reproches, et quelques fautes d'orthographe, de syntaxe (mais pas bien méchantes) et un style un peu maladroit quelques fois, ton RP est bon, engageant, et j'ai envie d'en connaitre la suite

Descole's Avatar


Descole
02.29.2012 , 12:26 PM | #9
Bonjour.
Pour commencer, je suis terriblement désolé pour l'erreur de chronologie.
Je suis atterré, je vais corriger ça au plus vite et ça ne se reproduira pas.
Quand au fait que les sith ne soient pas foncièrement mauvais, je suis tou à fait d'accord, je joue même un sorcier sith lumière V.
Il me fallait juste une introduction dramatique.
A propos des fautes de frappe et de syntaxe, c'est que quand je suis pris dans l'écriture, j'écris au fur et à mesure que j’imagine, donc, fautes de frappe et de syntaxe.
Et j'étais tellement pressé de poster que je me suis pas relu....
-honte-

EricorDrakil's Avatar


EricorDrakil
03.01.2012 , 09:03 AM | #10
C'est bien mon ami. ton entrainement Sith t'as permis d'apprendre à ramper devant le Conseil Noir des Siths. =P

[KikooMode] EL ET OU LA SUIT ???? [/KikooMode]

Je comprend ton empressement de poster, et ton erreur chronologique est acceptable. De nombreuses personnes oublient pourquoi le jeu s'appelle "the OLD republic". Mais, si tu ne les a pas encore lu, je t'invite à lire les romans passionnant du cycle de Darth Bane