Please upgrade your browser for the best possible experience.

Chrome Firefox Internet Explorer
×

La voie du chasseur


Descole's Avatar


Descole
08.16.2012 , 03:14 AM | #41
Décidément, on peut pas dire que je sois ponctuel... Mais bon, je suppose que je ne suis pas le seul à avoir déserté le forum pour la Course aux Acquisitions.
J'espère que vous me pardonnerez, mais c'est pas tous les jours que ce produit un truc pareil, et c'est pourquoi je vais essayer d'en profiter un max avant que ça se termine.
Merci à tous pour votre patience.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
08.21.2012 , 11:35 AM | #42
Seizième chapitre!
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Grany
-Ghen
-Rennock
-Lek
-Les hommes de la Ronce de Sang
-L'officer dashade


Chapitre 16
La terreur du Cartel


Un soleil de plomb pesait sur la totalité de l'immense cercle de sable. Vers le centre, un cratère rempli d'hypermatière et parsemé de débris de duracier.
J’avançai lentement vers Sinners, sans aucune arme en main, les yeux fermés. Ce dernier voyait son assurance diminuer au fur et à mesure que je me rapprochais. Lorsque nous ne fumes plus qu'à un mètre l'un de l'autre, il se prépara à bloquer mon poing dans son gigantesque corps flasque.
Ce à quoi il ne s'était pas attendu, c'était à l'uppercut de télékinésie qui l’empêcha d'absorber mon coup, et l'envoya valser au bord du cratère rempli de carburant radioactif.
D'une charge propulsée, je me suis placé devant lui, j'ai attiré mon Peace Maker à ma main et l'ai braqué sur son pied.
-Je connais le point faible des gen’daï! Si l'on te détruit plus vite que tu ne te te régénère, tu finis par disparaître, ce qui sera le cas si je te fais tomber dans ce cratère.
Sinners eut un long temps de réflexion, mais au bout de presque une minute, il finit par jeter ses armes à mes pieds, se redressant de toute sa hauteur.
-En effet, je suis à votre merci. Je m'avoue vaincu.
Je savais pertinemment qu'il était assez rusé et rapide pour se sortir de cette merde, mais il n'en fit rien, il accepta simplement sa défaite. J'avais gagné cette chasse.
Mon compagnon wookiee arrivait vers nous et lâcha un soupir de soulagement.
-(Eh ben! On l'aura mérité celui là!)
On emportait donc le corps de Balorr, tournant le dos au gen'daï et son vaisseau en ruine.
Au détour d'un croisement, le chef des géonosiens vint nous trouver pour nous féliciter et nous raconter combien Balorr était un gladiateur valeureux. Tout ça, je le savais déjà, bien que j'éprouve de la peine pour tous ces admirateurs qui venaient de perdre leur champion.
Ghen avait pris les devants. Il devait arriver au vaisseau. Lorsque je finis par atteindre la porte du hangar, Sinners m'attendait, les bras croisés devant le Tempête de Cendres, immobile, tel une statue.
Sans plus d'usages, il engagea une conversation plutôt inattendue.
-Vous êtes bien William Longstride? Fils de Luke Longstride?
Je ne saurais dire quel sentiment j'ai ressenti à cet instant précis. Surprise? Ça, c'était sur... Colère?... Non. Tristesse? Peut être.
-Comment tu peux savoir ça?!
-Votre père était sans doute encore plus connu que vous ne le pensiez. Lors de mes premières chasses, je l'ai rencontré . J'ai du faire équipe avec lui pour abattre un gros gibier. Il est devenu mon mentor.
Après quoi on a continué à faire équipe pendant à peu près quinze ans, puis, un jour il m'a annoncé qu'il avait rencontré une esclave qu'il avait affranchi, votre mère, je suppose.
Il m'a dit qu'il ne serait plus en mesure de partager les gains pendant quelques temps. Ça se comprend.

Il s'arrêta durant quelques secondes, puis baissa la tête, d'un air compatissant.
-Malheureusement, j'ai appris la terrible nouvelle d'il y a onze ans.
Mais il se redressa, brusquement. Ses yeux d'ambre luisants d'un intense espoir.
-Quand je vous ai vu me projeter grâce à la Force tout à l'heure, j'ai su que vous étiez son fameux fils, sensible à la force, avec votre implant sur l'œil. Vous êtes l'héritier des Longstride!
Le gen'daï venait de m'en apprendre une bonne! Papa ne m'avait jamais parlé de lui... Il devait avoir ses raisons.
-Longstride. J'ai une faveur à vous demander.
En souvenir de celui qui fut votre père et mon ami, puis-je me joindre à vous en tant qu'équipier pour la Grande Traque?

Sans le vouloir, je venais de faire de ce terrible adversaire un allié, et mieux, un ami. Et puis, d'un point de vue pratique, l'aide d'un gen'daï ne serait vraiment pas de trop!
-Tu es le bienvenu Sinners! Je suis ravi que tu nous accompagne.
-Moi de même. Même si je ne pourrais être gagnant, je participerai toujours à la Grande Traque pour y aider son futur vainqueur.
J'imagine que le colosse voyait mon père à travers moi. Il croyait dur comme fer en ma réussite.
Ce que j'arrivais moins à imaginer, c'est la réaction de l'autre boule de poil bourrue quand elle verrai notre nouvel allié.
Une fois dans le vaisseau, tandis que Hina annonçait la venu du nouveau membre, il me fallait trouver réponse à une question qui me prenait la tête depuis ma rencontre avec le gen'daï.
-Dis, Sinners, je me demandais un truc.
-Allez-y.
Toi et tes semblables peuvent vivre des millénaires. Alors pourquoi tu t'implique dans un monde ou tu ne peux que rencontrer des personnes qui mourront bien avant toi?
-Ah... Eh bien, en fait, c'est la raison pour laquelle les gen’daï vous paraissent si rares. Ils restent entre eux.
Je n'en ai pas l'air, mais j'arrive aux terme de mon existence. Je suis déjà âgé de 3420 ans. Et j'ai appris il y a vingt ans que je n'en avait plus que plus que pour un siècle à peu près.

L'explication de Sinners fut interrompue par les grognements intempestifs d'un certain wookiee.
-(WYLLIAM!! Je rêve là! Mais c'est pas possible, tu les accumules aujourd'hui!)
-C'est quoi, encore, ton problème, Ghen?!
-(Mon problème, c'est que tu viens de faire entrer l'ennemi chez toi! Tu crois qu'il veut t'accompagner?! Tu parles! Il va tous nous buter pendant notre sommeil et faire passer notre butin pour le sien! Et avec ton vaisseau en bonus!)
Le wookiee semblait vraiment avoir pété les plombs. Je jetai un œil sur notre nouveau membre d'équipage. Il était plus qu'évident qu'il prenait le discours du wookiee comme une insulte.
-(Et puis merde! On a déjà pas assez de place, et tu invites un alien de trois mètres à venir camper ici?! C'est pas une ménagerie!)
C'en était trop. La fièreté du gen'daï ne pouvait en entendre d'avantage.
-Effectivement, ce n'est pas une ménagerie. Je propose qu'on fasse un détour par Kashyyk pour déposer cette boule de poils trop bruyante.
-(RÉPÈTE ÇA!)
Chacun des deux géants menaça l'autre de son poing. Mais malgré toute sa force et toute son ingénierie, il était évident que le wookiee ne faisait pas le poids.
Rennock revenait de l'atelier, sur un siège roulant de son invention. Il tenta d'atténuer le conflit entre Ghen et le nouveau venu.
On avait échappé à la catastrophe. Si Rennock n'était pas mercenaire, il aurait fait fortune dans la diplomatie. Le wookiee repartait vers "sa" chambre, jurant sans interruption.
Sinners demeurait les bras croisés, près le l'holoterminal qu'ils auraient bien pu fracasser dans leur baston.
En espérant oublier l'attitude pitoyable de mon compagnon, j'essayais de reprendre la conversation avec Sinners.
-Désolé, il ne fait confiance à presque personne. Si on peut appeler ça du réalisme, je crois qu'il est un peu trop réaliste...
Et donc, tu disais qu'il te restait environ un siècle, c'est ça?

-Exactement. Et alors je me suis dit que je pensait "seulement un siècle" alors que des milliards de milliards d'autres êtres pensent "encore un siècle à vivre".
Ces 100 dernières années, j'ai voulu les passer comme un centenaire les aurait passées: l'occasion unique de vivre une vie parmi les autres êtres vivants de cette galaxie. J'ai donc effacé ma mémoire et je suis devenu un chasseur de primes pour connaître enfin une vie d'aventures et d'action. Enfin, tout cela, je le sais grâce à un auto enregistrement que j'ai visionné par accident.
Mais l'effacement de ma mémoire m'a procuré un sentiment de bonheur, qui a remplacé le sentiment de stress à la fin d'une vie. Et cet enregistrement n'y a rien changé.

-Comment ça?
-Ce sentiment de bonheur qui est demeuré même après le visionnage de l'enregistrement, car, même si cet holo me disait que j'avais vécu ces 3400 années, je n'en avais aucun souvenir.
Imaginez que vous retrouviez un vieil holo de vous même vous disant que vous aviez vécu plusieurs millénaires avant. Ça changerai quelque chose?

-Je vois.
-Et depuis vingt ans je vis une vie parfaite de chasseur de primes, courant après la gloire et la fortune, aux côtés de votre paternel.
-Je n'avais pas imaginé les choses sous cet angle...
-J'ai hâte de traquer votre prochaine cible, capitaine!
Encouragé par son enthousiasme, j'établissait la liaison avec Lek. Soudain, je remarquai que mon étrange rêve ne s'était pas encore avéré.
-Ah! Mon chasseur préféré! Alors, puisque vous êtes en vie, je dois en déduire que vous avez vaincu Balorr?
-Contrat rempli!
-Ravi de l'entendre! C'était loin d'être simple, ça faisait longtemps que quelqu'un n'avait pas survécu à une cible coriace plus un rival coriace!
Le rival en question prit ma place devant Lek.
-Le rival n'est plus un problème.
Non sans générer la surprise du maître chasseur, il éprouvait le besoin de montrer qu'il m'avait rejoint.
-Eh bien! Vous êtes à chaque fois plus surprenant!
Bon, parlons de votre quatrième cible. Je vous préviens, c'est du lourd, cette fois ci!

-Encore plus lourd que Balorr et Sinners?
-Non, le rival n'ai rien de vraiment extraordinaire cette fois ci, mais méfiez vous quand même.
Je vous parle de votre cible. Vous devrez vous rendre sur Nar Shadda et détruire celui que l'on surnomme "La Terreur du Cartel". Je pense que son surnom parle pour lui.

-En effet, ça va me fendre le cœur de traquer un emmerdeur de hutts.
-Faites attention à vous. Je ne vous donnerais aucune information, l'holonet s'en chargera. Bonne chance!
-Merci, Lek. A plus!
L'holo était éteint je me retournai vers l'équipage, se tenant derrière moi dans le silence le plus complet. Je remarquai d'ailleurs que notre petite twi'lek s'était habituée bien vite au vaisseau et à ses occupants, bien que Sinners lui fasse un peu peur. Cette dernière se précipita d’ailleurs vers un ordinateur pour chercher des infos sur cette "terreur".
Grany la regardait les bras croisés, avec la fièreté d'un père qui regarde son enfant grandir.
En me retenait de rire, je lui fit signe de venir.
-C'est bien, Zinny se sent déjà mieux, non?
-Tu parles! Elle triche déjà au pazaak et prend Ren pour une peluche géante!
-Ça fait chaud au cœur. Et elle a pas lâché un mot sur sa famille? Non?
-Non. Mais c'est bizarre, à part moi et Ren, elle veut se confier à personne, un peu méfiante.
-Bah, ça viendra, elle a été traumatisée, c'est normal. Enfin. Tu me donnera les résultats de la recherche holonet, moi, je vais sur Nar Shadda.
-Pas la peine, on y est déjà. Ren a programmé la destination.
-Super. Bon, on fa voir les infos que la petite a trouvé sur cette teigne du cartel.
La petite twi'lek sortait du cockpit à toute vitesse pour aller se réfugier dans une des chambres, suivie par Grany.
Rennock vint me trouver, et me fit signe de venir le voir.
Il me montra l'écran d'un des ordinateurs du cockpit.
-Lek nous a pas menti. C'est du lourd, cette fois. Regarde ça: Daeng Rah, jadis esclave wookiee, pilote de chasseur émérite au service du cartel, s'est retourné contre ses maîtres après avoir libéré, armé, et entraîné des milliers d'esclaves. Un putsch comme le cartel n'en avait jamais vu. Des centaines de chasseurs ont pris d'assaut le QG d'une organisation de hutts, une pièce maîtresse du cartel, et ont massacré tous les hutts et leurs loyalistes.
Il a établi son quartier général à cet endroit même. Il n'est pas le chef d'un gang, mais d'une armée. Une armée d'anciens esclaves, nettoyeurs comme combattants, et armés jusqu'au dents. Autre que "la terreur du cartel", il se faut aussi appeler "Ronce de sang" partout sur Nar Shadda.

-Je l'aime bien, ce type!
-Attention: C'est peut être un ennemi du cartel et le libérateur de millions d'esclaves, mais c'est loin d'être un enfant de chœur.
Tous ces ennemis, il les massacren sans aucune pitié, même ceux qui suivent les ordres. Quand aux hutts qui oseraient s'interposer, il leur réserve des tortures bien pires que les leurs.
Ce taré a passé presque une demi-vie à haïr les hutts, et maintenant, il défoule toute sa rage sur la lune des contrebandiers comme une pluie de météores. Ses soldats on une impression de liberté, mais il en a fait des outils de guerre, rien de plus.

Je n'en revenais pas. Seulement à la fin de la seconde manche de la Grande Traque, on me demandait de buter un taré possesseur d'une armé personnelle... Si la cible de la dernière manche était encore pire, j'avais du souci à me faire.
-Voilà pour le cours d'histoire. Bon. Signes distinctifs: poils noirs, petite taille, hétéro-chromique: Un œil vert, un autre bleu. Se bat avec du matos de jongleur de feu. C'est tout.
-T'inquiète, un type qui a renversé un rouage entier du cartel doit pas être dur à trouver.
-Ouaip. D'autant plus que chacun de ses subordonnés possède un tatouage de ronce rouge sur le visage.
Presque toute l'équipe s'était réunie, même Ghen, toujours grommelant. Seuls Grany et Zinny étaient restés en bas.
-Bon. Je vous cacherais pas que les mandaloriens nous envoient presque en mission suicide. Mais si on arrive à jouer serré, on pourra atteindre le cerveau sans avoir à affronter l'armée. Qui vient?
Hina leva bien haut la main de son unique bras.
-Ça fait trop longtemps que je suis dans ce vaisseau à prendre la poussière!
-Vendu! Quelqu’un d'autre?
Loin de surprendre l'équipe, le gen'daï se porta volontaire.
-Je dois faire mes preuves pour me montrer digne du nouvel équipage dont je fais partie. J'en suis!
-Moi aussi, je viens. Je meurs d'envie d'affronter la Ronce de Sang!
Ghen était déjà retourné bouder dans ma cabine, et Grany voulait rester avec Zinny. Mais on avait déjà une bonne équipe.
On allait sortir du vaisseau pour parcourir une planète ou seule règne la loi des hutts pour y débusquer un pilote jouant les francs-tireurs avec une armée entière à sa solde. Rien que ça...
A peine la porte du vaisseau ouverte, le bruit de Nar Shadda assourdissait déjà mes oreilles.
Mais une fois arrivé à l’extérieur du spatioport, quelque chose me choqua. Le paysage. C'était celui de mon rêve.
Tout collait: le décor, les perles bleue et verte, comme les yeux de mon ennemi, et le géant de fumée noire pouvait correspondre à sa fourrure noire...
Mais je préférais être sur plutôt que de risque de compromettre la mission pour un cauchemar.
On a pris un taxi pour se rendre sur le territoire de la Ronce de Sang, bien que le droïde ait voulu nous extorquer un bonus pour embarquer un talz en speeder sur un taxi...
L'équipe a donc fini par arriver devant le territoire de ma cible. Difficile de ne pas se faire remarquer quand on trimbale un paraplégique en speeder, un Jedi manchot et un géant de trois mètres.
Les gardes à l'entrée étaient conformes aux descriptions: ceux qui ne portaient pas de casque avaient la face tatouée d'un amas de ronces rouges.
-Qui est là?!
-On est des fabriquant d'armes et on veut passer un accord avec votre chef.
-Hey, Len.
-Quoi?
-Ben regarde! Une Jedi... Un gen'daï... Un talz paraplégique... C'est eux!
-Putain! T'es raison! Va sonner l'alerte!

D'une façon qui m'échappait, la cible était au courant de notre venue et avait un réseau d'espionnage plus perfectionné que je le pensais. Heureusement, il existe les Jedi pour ce genre de situation.
-On est vos prisonniers et vous allez nous conduire à votre chef.
-Vous êtes nos prisonniers, on va vous conduire à notre chef.
On traversait donc le territoire de la Ronce de Sang. En apparaissant comme prisonniers, les autres patrouilles n'auraient pas pu nous chercher des puces.
Tout se déroulait parfaitement jusqu'à ce que l'un des hommes de main de Daeng Rah nous barre la route. Son tatouage était différent des autres. Il couvrait uniquement la moitié de son visage et était fait avec beaucoup de soin et de précision.
-Len! Comment ça va? Alors, c'est qui, ces visiteurs?
C'était un dashade, un assassin insensible aux pouvoirs de la Force, plutôt svelte, à la peau noire métallistee. Il était évident qu'il était officier.
-Ils sont nos prisonniers et on va les conduire à notre chef.
-C'est étrange, il y a quelques problèmes dans ta démarche. Un: ce n'est pas aux gardes d'escorter les prisonniers, mais aux patrouilles grises. Deux: Ils sont toujours armés et sans entraves. Trois: Personne n'appelle la Ronce de Sang "notre chef".
Tu m'expliques?

Le sourire d'amusement du dashade prouvait qu'il avait tout compris depuis longtemps. Il voulait simplement s'amuser.
-Ils sont nos prisonniers et on va les conduire à notre chef.
Touché, coulé. Ils allaient attaquer et il fallait fuir si on ne voulait pas finir entre les griffes de Daeng.
-On s'arrache!
Le dashade attrapa ses deux blasters et sonna l'alerte générale de sa voix caverneuse.
On courait vers la sortie de toutes nos forces, abattant le maximum de gangsters. Certains ne savaient pas bien tirer, c'est pourquoi ils misaient sur leur avantage numérique: ils se jetaient sur nous pour tenter de nous faire trébucher.
Ren pouvait s'en sortir, mais il lui était inconcevable de fuir quand le reste de l'équipage se faisait prendre il congelait des paquets entiers de gardes. Sinners Repoussait de toutes ses forces les ennemis s'accrochant à lui, les envoyant voler plus loin. Hina repoussait un maximum de monde avec sa télékinésie et je faisais de même. Mais chacun finit par trébucher et on finit ensevelis sous une masse d'ennemis.
C'était la fin.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
09.05.2012 , 10:10 AM | #43
Dix-septième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Rennock
-Sinners
-Anko Scaar
-Grany
-V7
-Les rêves
Le droïde chirurgien
-Deang Rah

Chapitre 17
Le choc des extrêmes

Je ne sais combien de temps a duré ma torpeur. Heures, jours, semaines? Mais le rythme lent du sommeil forcé fut interrompu un bref instant par une sensation étrange. Je venais de heurter ce qui semblait être le sol, bien que j'avais encore les yeux clos. Mais c'est en les ouvrant que ma surprise fut totale. L'obscurité demeurait. Une obscurité complète, noire, comme à l’intérieur d'une pièce sans porte ni fenêtres.
J'a un instant cru que j'étais devenu aveugle, puisque mes autres sens fonctionnaient à merveille. Mais je fus tiré de mon doute par quelqu'un, ou quelque chose dont j’ignore encore le nom.
-Eh bien, tu t'es perdu?
La voix venait de derrière moi.
Lorsque je me retournai, j'aperçu une silhouette, en long manteau ocre, et encapuchonné.
Tout, hormis cette entité, n'était que ténèbres. Je sentais le sol, parfaitement plane, j'entendais la voix, la respiration et les battement de cœur de l'être inconnu, je sentais une odeur d'explosion, de cendres, et une température très froide.
-Qui êtes vous?! C'est encore un de ces foutus rêves?!
-Je crois bien que oui...
Il me tourna le dos et se volatilisa, pour réapparaître dans mon dos, la bouche près de mon oreille.
-Mais est-ce pour cette raison...
Je dégainai mon sabre et tentai le blesser. Disparu...
Je ne le voyais plus nulle part, mais j'entendais sa voix bouger.
-Que ce que tu vis en ce moment...
Me fiant à mes oreilles, j'essayais d'atteindre cet homme étrange. Sans succès. Jusqu'à ce que sa tête apparaisse devant la mienne, en un éclair.
-Est irréel?
Sa capuche ombrageait toujours autant son visage, bien que je puisse apercevoir ses yeux, étincelants de rouge. Il disparut aussitôt. Sa voix résonnait maintenant depuis toutes les directions, résonnante, puissante.
-Aujourd'hui, Wylliam, je ne suis pas ton ennemi.
Je ne dispose que de peu de temps, c'est pourquoi je vas te donner un conseil.

-Ce n'est qu'un rêve! T'es qu'une création de mon cerveau!
-Effectivement. Mais tu sais bien que certaines zones de l'esprit de chacun sont nébuleuses, insaisissables, indéchiffrables. De ce faut, je suis comme un inconnu pour toi.
En toi sommeille une puissance sans égal. Une puissance que tu porte depuis l'aube de ta vie.

Il était apparu devant moi. Une angoisse profonde me serrait les entrailles, à propos de son discours sur l'inconscient. J'avais l'impression d'être mon propre ennemi.
-Puissance amplifiée par la chance que tu a eue de bénéficier de la formation Sith.
La rage déferla en moi sur ses derniers mots. Mon sabre laser avait disparu. Je pointai mon blaster sur son front, engouffrant mon canon dans l'ombre de sa capuche.
-De la chance?! DE LA CHANCE?!
Il sourit, laissant apparaître ses dents de fauve, blanches et grinçantes, dans sa barbe brune et dense.
-On se reverra très vite.
J'appuyais sur la détente, mais il était déjà parti. Je ne voyais plus mes mains. Seul mon tir de blaster, d'un violet profond, s'enfonçait dans le décor noir, toujours intense et lumineux.
Puis, une déchirure se fit entendre. Le tir avait atteint quelque chose, et, au loin, une longue ligne horizontale se dessina, blanche et lumineuse.
Elle s’élargit peu à peu pour prendre la forme d'un œil mi clos. C'était ma paupière qui s'ouvrait. Mes rêves étaient décidément de plus en plus bizarres.
L'intense lumière qui m'aveuglait se dissipa au bout de quelques secondes pour laisser paraître sa source: un spot de lumière chirurgical.
Un droïde médical se pencha sur moi, puis déclara peu après
-"Sujet=Réveillé//Sédatif supplémentaire=Administré"
-Qu'est ce que?...
Ma paupière se refermait, et je replongeait dans les ténèbres.
Quand je me suis réveillé, ma vue était trouble. Les sons que je parvenais à percevoir étaient atténués et imprécis. Devant moi, des centaines, des milliers de néons luisant d'une intense lumière, tous plus flous les uns que les autres. Ma vue revenait peu à peu. J'arrivais à distinguer le trafic de speeders. J'étais tout au bord d'une plateforme d'amarrage, protubérance d'un énorme bastion flottant au dessus du territoire de la Ronce de Sang. J'essayais de me lever, mais mes mains comme mes pieds étaient entravés de menottes. A mes côtés, tous mes compagnons, dans la même situation contemplaient le spectacle qui s'offrait à eux, ne sachant que faire. Quand je regardai ce paysage pour la seconde fois, une vive terreur s'empara de moi. Ces néons...ces bâtiments... Ces speeders... Nous étions à l'endroit exact de mon rêve. Cette fois ci, j'étais certain. Mais il était trop tard.
Les autres ne s'étaient pas aperçu de mon réveil. Sur cette plateforme, planant au dessus du sol de Nar Shadda, un silence de mort compensait le tumulte et l'agitation visibles en contrebas.
Ren fut le premier à s’apercevoir que j'étais conscient.
-Eh! Tous! Wylliam s'est réveillé!
Tous les regards se sont tournés vers moi. Hina semblait morte d'inquiétude.
-Il n'y a pas de mort... Il n'y a que...
Elle récitai le code Jedi à longueur de temps depuis quelques minutes.
Basculant vers l'arrière avec souplesse, Sinners parvint à se déplacer pour que, peu à peu, une ronde soit formée quand les autres l’eurent imité.
-Vous pensez qu'il va nous arriver quoi?
-Je sais pas... A vrai dire, je suis plutot étonné d'être encore en vie.
-Ils vont peut être nous laisser mourir ici.
Soudain, une voix résonna depuis l'autre bout de la passerelle.
-Ça m'étonnerais...
Une autre chasseuse de primes. Mandalorienne. Elle avait l'air particulièrement amochée.
-Toi, là. T'es mon rival, je suppose? T'as enfin fini par arriver.
-Qu'est ce que tu veux dire?
Étrangement, ses pieds étaient demeurés libres de mouvements. Ce dont elle profita pour se rapprocher de nous.
-Anko Scaar, mandalorienne. J'étais déjà sur Nar Shadda quand mon maître chasseur m'a annoncé ma cible. Je voyais cette avance comme une aubaine. C'était un mauvais tour du destin... Rien de plus.
-Expliquez vous.
-Voyez vous, l'armée de cette pourriture de wookiee est tellement étendue qu'il est scientifiquement impossible d'infiltrer son QG. La couverture était le seul moyen d'y pénétrer. Mais j'ai été grillée par une saloperie de Dashade. Je pensais qu'ils allaient me tuer. Mais c'est là que j'ai compris que mon avance allait se payer cher.
Toujours plus curieux, chacun des membres du groupe écoutait la mandalorienne avec la plus grande attention.
-Visiblement, cet enfoiré de wookiee aime le spectacle. Ils mon gardée prisonnière tout ce temps "en attendant que l'autre arrive"... Ils m'ont fait des choses... Atroces...Juste pour s'amuser!
Une terreur intense venait de s'emparer de chacun, vite remplacée par la colère.
De plus près, on pouvait en effet le voir. Elle était couverte de bleus et de cicatrices, vêtues de loques et la seule chose qui pouvait la rendre mandalorienne était le tatouage sur son front.
-Donc, s'ils ont tout arrangé pour qu'on se retrouve tous ici, ça m'étonnerais qu'ils nous laissent pourrir.
Et pourtant, si elle savait...
Le gang de la Ronce de Sang nous a laissé plusieurs jours sur cette plateforme, à crever de faim et de soif.
Je ne sais combien de temps ça a duré. Je suis resté des heure entières, dos au sol, à contempler le ciel rouge de Nar Shadda. J'avais déjà passé de longs moments sans manger, lors de ma période d'errance au fond de Coruscant, mais cette faim et cette soif ne me rappelaient qu'une chose: Korriban. Et cela ne faisait qu’accroître ma haine et ma frustration de m'être fait prendre.
Sous le ciel vermeil de Nar Shadda, il est difficile de compter les jours qui passent, et ce, particulièrement quand on est affamés, assoiffés, et laissés pour mort sur une plateforme isolée.
On n'a eu pratiquement aucune conversation durant ce long temps d'attente, comme si nos multiple maux et notre désespoir nous anésthésiait doucement.
Nous dormions à des rythmes irréguliers, enfin, quand on y arrivait... Les rares fois ou je parvenais à oublier ma faim et ma soif pour me réfugier dans le sommeil étaient telles des oasis en plein désert. Aucun de mes rêves, même les prémonitoires, n'avait eu l'air aussi réel que lors de l'apparition de cet être étrange.
Soudain, je me réveillais de nouveau sur cette même plateforme, les entrailles tailladées par la faim, et la sécheresse aux lèvres. Je voyais trouble, aveuglé par ma santé et par les millions de néons. Presque tous mes compagnons dormaient, Sinners demeurait dans la même position qu'à notre arrivée, en tailleur, la tête haute. A cet instant, mon seuil de douleur avait dépassé celui de Korriban, à tel point que mon envie d'en finir outrepassa de loin mes rêves et mon instinct de survie. Je réussis à ramper tant bien que mal vers le bord, jusqu'à ce que ma tête pende dans le vide.
Ce vide m'attirait, comme un aimant attire le métal ou comme un buffet attire un hutt. Ce vide m'apparaissait comme la clé de ma délivrance. Ma décision était prise. Je me préparais à basculer quand une voix retentissante m'interrompit dans mon élan.
-Longstride! Arrêtez immédiatement!
Cette voix était résonnante, hachurée et profonde. C'était celle de Sinners.
-La douleur vous rend fou! Ressaisissez vous!
-Qu'est ce que tu peux en savoir?! T'es quasiment invincible!
-Ce n'est pas parce que je n'ai aucun pont vital que je ne souffre pas de la torture! Cette constitution est peut être un atout, mais la douleur n'en est que plus vive et plus longue!
Je ne savais que dire. Il avait raison: La faim, la soif et l'épuisement m'avaient rendu à moitié fou.
-Ne détruisez pas ce que votre père a construit pour vous! Je vous l'interdis!!!
Il n'avait toujours pas bronché. Dans la même position depuis je ne sais combien de temps, n'ayant même pas tourné la tête pour parler. Ma fatigue finit par prendre le dessus une nouvelle fois, puis je sombrai dans un sommeil intense.
Quelques heures plus tard, j'eus un instant l'impression de me réveiller, mais le décor tout autour de moi n'indiquait qu'une chose: Je rêvais une fois de plus.
Atour de moi, d'immenses tours, et un ciel rouge-orangé éclatant, éclairé par un soleil à son crépuscule. Non loin se trouvait la tour du Sénat, sur Coruscant. C'est alors que je finis enfin par prêter attention à la situation improbable dans laquelle je me trouvait. J'étais debout, en équilibre sur le cockpit de mon vaisseau, à l’extérieur. Plus étrange encore: le temps semblait s'être arrêté. Tout était figé. Les speeders, les habitants, mon vaisseau, et même la traînée de fumé qui s'en échappait.
Le Tempête de Cendres était un récif dans cet océan de vide. Je n'avais nulle part où aller. Je devais donc me résoudre à attendre la suite de ce rêve sans doute prémonitoire. Presque une heure a semblé s'écouler dans ce silence parfait. Dans ce monde figé, une étrange atmosphère d'hostilité semblait régner. Comme si un ennemi insensible au gel du temps pouvait surgir à tout instant.
Soudain, le temps sembla reprendre son cours normal. Mon vaisseau continua sa course folle entre les tours de Coruscant. Je dus faire appel à la Force pour rester sur le vaisseau, qui ralentit soudain, alors que l'on approchait d'un bâtiment qui m'était familier. Je finis par me rendre compte que ce n'était pas mon vaisseau qui ralentissait, mais le cours du temps lui même. Cette baisse de vitesse me permis de récupérer mon équilibre. Je me retournai pour tenter de reconnaître les lieux, et pour au final m’apercevoir que j'étais pris en chasse par cinq chasseurs identiques, qui semblaient se comporter comme un seul.
Le ralentissement du temps me permettait d'esquiver sans problème les tirs de canon, contrairement à mon vaisseau. L'un des chasseurs poussa sur ses moteurs pour se rapprocher de moi. Lorsque nous fumes au même niveau, son cockpit explosa, et de la rafale de flamme bondit un mandalorien en armure brune, armé de deux longes lames effilées en cortose. Il se jeta sur moi et enchaîna les coups avec une vitesse effroyable. Je parvenais tant bien que mal à parer ses attaques de mon sabre mais il parvenait à me taillader l'armure, et bientôt, ce serait ma chair. Je réussis à bloquer ses lames, croisées entre mes gants, mais il fit exploser un engin qui nous propulsa chacun en arrière. Mes jambes basculèrent dans le vide. Je tentai de me hisser sur le vaisseau. Mais mon ennemi s'était déjà relevé. Il s'avança vers moi, et, sans perdre plus de temps, appuya mes doigts de sa semelle, et parvint à me faire lâcher une main. Il commençait à écraser la seconde, mais c'est alors que le vaisseau se mit soudain à monter verticalement le long de la tour. Plaqué contre la proue du Tempête de Cendres, j'avais peu de chances de tomber. Mais mon ennemi, debout sur le cockpit n'était pas dans le même cas. Il entama une chute libre, percuta un speeder et alla s'écraser dans les bas fonds. Un seul détail ne collait pas avec la situation: L'effroyable fou rire alors qu'il tombait.
Le vaisseau finit par traverser le toit vitré de la tour, et je me retrouvai propulsé à l'autre bout de la pièce. Une pièce... remplie de faune et de flore. Je parvins enfin à reconnaître cet environnement, pourtant si familier. J'étais dans la salle de médiation d'Iskalios. Alors que je tentais de reprendre mon souffle et d'évaluer les dégâts sur mon vaisseau, un mandalorien en armure bleue standard se jeta sur moi, sabres en main. Les mêmes armes que celles de mon précédent adversaire. La même stature, la même façon de se battre.
-Je t'ai vu mourir!
-Peut être. Je me souviens plus... Mais de tout façon, est ce que c'est une raison pour que je ne revienne pas?!
-Mais t'es taré, toi!
-Ouais! Et alors?!
Se servant des arbres comme appui, il se jetai sur moi, lames en avant, rebondissait, et chargeait encore.
Toujours plus fragile, mon armure tailladée n'allait plus tenir très longtemps. Je réussis à esquiver un de ses assauts et ses lames allèrent se planter dans un arbre, quelques mètres derrière. Tandis qu'il tentait de les retirer, je dégainais mon Peace Maker et le braquai sur sa nuque, il se figea, puis éclata de rire.
-Tu me laisses une petite minu...
Il n'eut pas le temps d'achever sa demande. Cette fois ci, je devais m'assurer de sa mort. Mais après tout... J'étais dans un rêve...
Mon vaisseau s'était pas écrasé chez Iskalios sans raison. Je courais dans les couloirs. Je n'avais qu'à suivre la piste: des cadavres de mandaloriens jonchaient le sol jusqu'au hall. Dix en tout. Dans la grande salle combattaient Iskalios et le mandalorien, équipé d'une armure encore différente. Non mandalorienne, cette fois... Ils se jetaient l'un sur l'autre, mais mon rêve s'interrompit brusquement par une voix familière dans les hauts parleurs de la plateforme. V7.
-Maître! Maître! Répondez, je vous en supplie! Un regrettable incident s'est produit il y a peu! Maî...
-Ta gueule V7! Wylliam! Si tu entends ce message, reviens au vaisseau immédiatement!
C'était la voix de Grany...
-On s'est fait enfermer dans la chambre! Quelqu'un a pris possession du vaisseau! On n'a pas de hublot et on peut pas savoir si le Tempête de Cendres et toujours sur Nar Shadda! On va tenir un maximum de temps avec les rations, mais dépêches toi!
Le gang avait du prendre mon holocom et passer ce message par les hauts parleurs. Ces méthodes ressemblaient presque à celles de Caldera...
Soudain, une voix, réelle cette fois ci, se fit entendre depuis la porte de la plateforme.
-Ah la la... C'est pas mignon, ce gosse qui se prend pour un grand?
La lumière ne me montrait que la silhouette de l'intéressé.
Un imposant corps de wookiee, entouré de gardes.
-La Ronce de Sang...
Scaar serrait les dents. Laissant paraître toute l'intensité de sa haine envers ce chef de gang.
Il se rapprochait d'un pas lent et lourd. Laissant peu à peu le ciel rouge et nuageux de Nar Shadda dévoiler son apparence.
Les gangsters se faisaient de plus en plus nombreux, comme pour assister à une exécution. Le dashade était présent, lui aussi.
Les gardes nous empoignèrent pour nous ranger en ligne au bord de la plateforme, dos au vide.
Daeng était enfin visible. Son poil était d'un noir de jais, couvert de ce qui ressemblait plus à un drapeau qu'à un manteau.
Il s'approcha de nous, laissant luire sous le ciel écarlate l'éclat de ses yeux vairons. Mais j'étais persuadé d'avoir déjà vu cette silhouette et cette démarche.
-Voici donc les quatre imbéciles qui ont cru intelligent de se faire passer pour des prisonniers pour arriver jusqu'à moi! Bravo, franchement bravo! Ha ha ha ha ha!
Cette voix ne faisait que renforcer mon doute, mais c'est quand j'ai compris qu'il en était de même pour chacun de mes compagnons que la terrible vérité m'est apparue.
-GHEN?!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
09.11.2012 , 01:36 PM | #44
Hey! Salut les gens! Je voulais simplement faire une annonce, à propos de la parution des chapitres de la Voie du Chasseur, car, à la suite de la rentrée des classes, je ne pourrai plus travailler la fan fiction que le dimanche... Eh oui, les cours, le BAC, tout ça... Donc, les chapitres suivants paraîtront normalement le dimanche en fin de journée. Bonne lecture!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
09.16.2012 , 08:58 AM | #45
Dix-huitième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Renneock
-Sinners
-Anko Scaar
-Daeng
-Les gangsters

Chapitre 18
La fin justifie les moyens

Toute l'équipe était restée démunie, bouche bée. Il était plus que clair qu'Hina ne pouvait même y croire.
-Espèce d'enfoiré!
J'essayais de me dégager de toutes mes forces, mais les liens étaient trop solides.
-Ah là là... T'es vraiment un ingénu, Longstride... Mais, tu sais, j'ai pourtant essayé de t'ouvrir les yeux plusieurs fois, mais t'en a fait qu'à ta tête.
-"Ce sera plus q'une question de temps avant qu'on te poignardes dans le dos"... Je t'ai largement surestimé, Ghen! T'es pas à un coup bas près...
Un énorme éclat de rire retenti sur toute la plateforme. Lorsque son fou rire lui passa, le traître reprit la parole.
-"Surestimé"? Je crois pas, non. Je dirais plutôt le contraire. Sinon, comment expliquer que tu te sois introduit sur mon territoire comme une fleur?
La tristesse et la déception de toute l'équipe était telle qu'on en avait oublié notre faim, notre soif, et même notre peur.
-Mais pourquoi tu fait tout ça Ghen?!
-Aaaah, Hinonomé, la Jedi miraculée. Toujours gentille, prévenante, à l'écoute des autres... Ça me fait de la peine de de devoir te tuer, tu sais? Remarque, Naïve comme t'es, tu n'aurais pas survécu ailleurs que sur Tython!
-Ghen, si tu touches à un seul de tes cheveux, je te massacrerai avec mes dents, s'il le faut!!
-Tu me fais rire! Et puis arrêtez de m'appeler Ghen. Je ne suis pas Ghen Daar, mais Daeng Rah.
Le wookiee semblait très fier de son anagramme à la con... La haine déferlait en moi et aussi en Sinners, plus que chez les autre victimes de Daeng.
-Tu révolutionne les canons de l'humour, Ghen...
-Sinner, Sinners, Sinners... S'il y en a un que je n'aurais par contre aucun regret à massacrer, c'est bien toi.
Il se dirigea vers la mandalorienne, se tint debout devant elle, les bras croisés.
-Toi et cette petite imbécile qui a cru pouvoir m'assassiner en se faisant passer pour une recrue...
Elle le toisait d'un regard de braises brûlantes de haine et de désir de vengeance.
-Vois tu, lorsque j'ai appris que la Grande Traque allait débuter, je me suis enduit de cette saloperie de teinture brune, mis des lunettes et me suis caché sur Kashyyk, le temps que ça passe.
Putain, t'arriverais pas à imaginer la surprise quand je t'ai rencontré sur ce caillou minable.
Quand j'y repense... Cette coïncidence! T'accompagner dans la Grande Traque était la meilleure couverture qui soit. Mais mon tour a fini par arriver. Il fallait t'éliminer, toi et ton rival. J'ai survécu à la Grande Traque! Je suis et je serais toujours la Ronce de Sang! L'immortelle terreur du Cartel!

-Ouais, ouais... Te faire passer pour un autre et rester chez l'ennemi pour lui tirer dans le dos... En fait, t'es juste un gros lâche.
Au bout de quelques secondes de silence, le wookiee, visiblement profondément atteint par l'insulte de Scaar, balança un coup de pied qui la fit basculer dans le vide.Elle entama sa chute dans un hurlement capable de faire frémir la totalité de Nar Shadda.
Le wookiee revint vers le reste de l'équipage.
-Il a fallu que la Grande Traque fasse de nous des ennemis, mais tu sais, au fond, t'étais un gars sympa, Longstride.
-Et c'est pour ça que tu vas tous nous tuer?!
Il demeurait debout, les bras toujours croisés, dos à l'assistance et au bord du vide. Son rire retentit une nouvelle fois sur toute la passerelle, découvrant un sourire d'amusement sur le visage de chacun de ses gangsters.
Il s'avança vers moi, me souleva par les cheveux et me colla violemment le visage contre une vitre, près de l'entrée du bunker volant.
-Les autres, oui, mais pas toi. Tu es une perle trop rare pour qu'on te détruise.
Sans mes cheveux pour dissimuler la partie droite de mon visage, la vérité apparut telle un braisier dans mon esprit: Je portai le même tatouage que le lieutenant dashade, représentation précise et ouvragée d'un amas de ronce écarlates sur le moitié de ma face.
-Pour exploiter au mieux tes capacités, on va te bourrer de stims et peut être même t'injecter quelques saloperies rakgoules pour pouvoir t'utiliser. Un chasseur de primes détenant un pouvoir avec la Force d'origine inconnue, ça se trouve pas comme ça!
Il me frappa amicalement sur l'épaule, puis me souleva pour m'envoyer valser au centre de la plateforme.
-On t'a tout fait pour faire de toi un super-soldat: intraveineuses de kolto, greffes de cortose dans la peau, prothèse auto régénératrice à la place de cet implant inutile.
Il sortit de sa manche mon ancien globe cybernétique fabriqué par mon père, et le brisa sous mes yeux.
Voir cet objet, souvenir de son compagnon, être détruit par cette vermine de Daeng était plus q'insupportable pour Sinners. Il brisa ses liens dans un hurlement de rage et fonça tête baissée vers le wookiee, envoyant par dessus bord d'un mouvement de bras tout garde osant s'interposer.
Le wookiee esquissa un large sourire de satisfaction et de ses manches jaillirent deux chaînes augmentées de masses d'arme.
-Enfin un peu d'action!
Les sphères aux extrémités de ses chaines auraient à peine pu êtres soulevées par plusieurs humains, mais il fit tournoyer ses chaines avec une aisance remarquable. Sinners se rapprochait, et on regardait, impuissants, tandis que les gangsters fuyaient la plateforme.
-Le chef s'énerve! On s'arrache!
Quand Sinners fut assez près, les armes du traître prirent subitement feu, et deux sphères enflammées décrirent des cercles autour de lui avec une incroyable célérité.
L'une d'elles entra en collision avec la cuisse du gen'daï, laissant sa profonde empreinte dans le duranium. Il riposta en attrapant au vol l'une des chaînes de son adversaire, qu'il s'empressa de briser de sa force seule.
Le wookiee détacha la chaîne inutile pour l'envoyer dans le vide. Il saisit une grenade qu'il envoya sur Sinners, rependant une fumée à l'odeur malsaine.
Mais Sinners n'en avait que faire. Bondissant du nuage rouge, il se jeta sur Daeng, porté par sa rage. Il était à présent trop près pour recevoir sa masse enflammée, mais son adversaire le propulsa plus loin à l'aide d'un détonateur.
-Un seul coup! Si je parviens à te porter ne serais-ce qu'un seul coup, la victoire sera mienne!
-Essaie toujours! Tes babillages m'agacent, traître!
N'ayant que faire de la menace de Daeng, il se jeta sur lui et chargea de toutes ses forces, mais lorsque la boule enflammée le percuta, il prit subitement feu.
-Malédiction!
Il recula de quelques pas, chancelant.
-Pratique, ce gaz adhésif combustible! Ses molécules inflammables se sont accrochées à toi lorsque tu l'as traversé! Maintenant, tout le gang va pouvoir admirer la chute de ta carcasse enflammée!
Le gen'daï se redressa, et hurla de toute sa hauteur.
-Tu crois pouvoir me vaincre avec le feu?! Tu risques d'être surpris, traître!
Un vent violent se mit à émaner des orifices de son armure, et finit par éteindre le feu qui le recouvrait.
Le wookiee semblait perdre de plus en plus d'assurance.
-Tu as fait joujou?! A mon tour!
Il pointa ses deux bras en direction de son adversaire, paumes face à lui, et de nombreux mini-missiles en sortirent pour se précipiter vers son adversaire, laissant une traînée de flammes dans leur sillage.
Sinners semblait attacher beaucoup d'importance à l'autre faculté de son corps flasque. Il cachait des armes dedans, et à tel point qu'il parvenait à dissimuler des lance-fléchettes dans ses mains.
Lorsque les flèches finirent par atteindre le wookiee, elles laissèrent s'échapper de leur compartiments de grandes quantités de gaz, qui s'enflammèrent aussitôt grâce aux traînées de flamme des fléchettes.
Une déflagration entoura instantanément le wookiee, qui posa un genou à terre. Ses hommes de main semblaient s'inquiéter de plus en plus.
-N'INTERVENEZ PAS!
Sinners balança ses bras vers l'arrière et son adversaire fut envoyé dans les airs pour retomber lourdement quelques mètres plus loin. Les traînées de flammes étaient en fait des chaines enflammées.
Daeng, le poil et la peau brûlés jurait est toussait du sang. Le colosse tirait encore et encore sur les câbles enflammés, affaiblissant encore et encore son adversaire. Mais c'est alors que ce dernier, s’apercevant que Le gen'daï était au bord du vide, déclencha un détonateur à ondes en envoya l'envoya valser dans le vide. Entraîné par le poids de son adversaire dont les câbles le tenaient encore, il fut précipité vers le bord et réussit à s'accrocher tant bien que mal au bord.
-Si je chute, tu chutes avec moi, Traître!
-Tu peux faire une crois là dessus!
Sur ces paroles, il saisit un cutter à fusion de sa ceinture et sectionna les câbles qui lui perçaient le buste.
Tandis que Sinners chutait sans un bruit à travers les trafics de speeders, le traître se hissait péniblement sur la plateforme.
-SINNERS!!!
Faisant mine d'ôter la poussière de sa fourrure, il se mir à rire.
-Eh ben, il m'aura bien fait chier celui là.
Mais c'est alors que les fléchettes de sa victimes, toujours plantées dans son torse, se mirent à clignoter.
-Eh merde...
Il en arracha tant qu'il put dans un cri de douleur, et parvint à échapper aux explosions.
-Bon? C'est fini? 'l'aura été coriace, le gen'daï!
Tous les gardes étaient revenus, et leur chef se dirigea vers le bord. Lorsque ses pieds furent au bord du vide, il contempla son empire, puis se retourna vers moi.
-Tu vois, Longstride, y'a qu'une seule différence entre toi et moi.
Il tendit les bras de chaque côté, comme pour me montrer l'immensité de son empire.
-Une différence fondamentale...
Une lueur plus vive que les néons se faisait de plus en plus proche alors qu'il parlait.
-Tu vois, c'est que pour moi...
C'était un speeder en flammes, comme celui de mon rêve. Presque tous les gangsters avaient remarqué la présence du speeder, et fuyaient la plateforme. Deang, obnubilé par son discours n'y prêtait aucune attention.
Il me sembla distinguer une forme en équilibre sur le speeder... Sinners!
-La fin justifie les moyens!
A peine la wookiee avait-il achevé sa phrase que le vaisseau en flamme s'abattit sur la plateforme, la faisant vaciller.
Il reprenait lentement ses esprits tandis que le gen'daï nous libérait.
-Sinners! Tu peux pas imaginer à quel point...
Il posa sa main sur mon épaule, avec une telle force non contrôlée qu'il aurait pu me la déboîter si je ne portais pas d'armure.
-L'heure n'est pas aux réjouissances, capitaine. Nous devons éradiquer cette épidémie tant que nous le pouvons. Occupez vous du traître, nous allons éliminer ses troupes.
Ce gen'daï était de loin l'un des êtres les plus droits et admirables que j'aie pu croiser.
-Compris! On se retrouve ici!
Le reste de l'équipage se jetai avec une rage titanesque sur les gangsters tentant de sortir par la porte. Rennock, même privé de son speeder abattait des ennemis par dizaines.
-Finalement, tu m'auras offert un beau combat, Wylliam...
Daeng s'était relevé. Il cracha au sol une salive imprégnée de sang, s'essuya la bouche avec l'avant bras et avança vers moi.
-Tu as perdu le droit de m'appeler comme le ferais un ami, Ghen.
Il s'empara d'une imposante vibrolame dans son dos tandis que je dégainais mon Peace Maker et fonça vers moi avec rage.
Par pur excès de confiance, il nous avait laissé notre équipement. Je fis appel à tout mon arsenal pour stopper cette pourriture, mais il continuait à avancer, chaque explosion le rendant plus énervé. Je le voyais ressortir de chaque déflagration de plus en plus rapide. Lorsqu'il fut à portée, il se contenta d'essayer de m’assommer avec le pommeau de sa lame. Le temps que je me relève, il s'était emparé de mon arme. Sourire aux lèvres, il faisait tournoyer le pistolet autour de son doigt.
-Lâche ça... C'est ta dernière chance, pourriture.
-Hahahaha! Parce que tu crois que je vais le lâcher?!
D'un revers le bras, il lança le blaster fendre l'air au dessus du vide.
-RHAAAAAAAAAA!
Mon quota de haine était franchi. Je courus me placer face à lui et m'agrippai à sa fourrure avec une haine sans limites.
Nous étions au bord du vide, chacun empoignait l'autre de toutes ses forces. On est restés plusieurs secondes immobilisés, jusqu'à ce que je fasse un bond de côté, nous précipitant tous deux dans le vide.
La tête en bas, toujours agrippés l'un à l'autre, on se rouait de coups autant que possible.
-Tu te crois malin?! Rien de ce que tu pourra me faire n'a d'importance! Je suis immortel!
-On verra si tu seras toujours immortel après une chute d'un kilomètre!
On continuait notre chute sans cesser notre pugilat, mais un cri retentit soudain.
-WYLLIAM!
Un speeder nous suivait, avec à son bord, mes trois coéquipiers, dont Hina qui m'attirait à elle par la Force.
-Je crois que c'est fini pour toi, raclure!
Me servant de son lourd corps comme appui, je bondis aussi haut que possible, et, aidé de la télékinésie, je réussi à atterrir sur le speeder. Mais ce n'était pas encore fini: Dans un éclat de rire, Daeng déploya le tissu qui l’enveloppait, qui était en fait un planeur. La force de l'air le projeta vers le haut et il tenta de s'échapper.
-Poursuis-le!
-T'es sur de ce que tu fais?!
-Oui! Vitesse max!
Je me hissai vers l'avant du speeder, sabre laser en main. C'est alors que le wookiee fit subitement demi tour, armé jusqu'au dents.
-PERSONNE NE PEUT ME VAINCRE! JE GAGNERAI TOUJOURS!
-AMÈNE-TOI!
Les deux objets volants se sont croisés l'espace d'un centième de secondes il était parvenu à percer la carlingue du speeder, mais mon sabre avait porté un coup fatal à sa hanche, sectionnant du même coup des ailes de tissu.
Il chutai, tournoyant dans les airs sans pour autant lâcher ses armes.
-On se reverra, Longstride! Plus tôt que tu ne le penses!
Impossible de savoir s'il était bel et bien fou à lier ou s'il avait un dernier as dans sa manche. Mais lorsqu'il percuta le sol, toute sa vitalité s'en alla à n'en point douter. Son cadavre gisait au milieu de la large et sombre rue. Les centaines de gangsters décrivaient un cercle autour de la scène, regardant avec horreur la mort de leur chef.
Une fois le corps, chargé sur le speeder, Sinners s'adressa à l'assistance.
-Nous avons vaincu votre meneur et pris possession de son bastion volant! Dites à vos hommes de nous remmener notre vaisseau et nous ne tuerons plus personne!
Un lieutenant sortit du groupe. Il portait le même tatouage que moi et le dashade.
-Je suis en charge des opérations d'infiltration, et je peux vous assurer qu'aucun membre de la Ronce de Sang n'a pénétré votre vaisseau.
-Ah bon? Le chef y habitait gratis depuis un petit moment, pourtant...
-Certes, mais après avoir enfermé vos compagnons, il a laissé le vaisseau sur place.
-Si vous nous avez roulé, on passe un tuyau au Cartel pour qu'ils vienne finir le travail! C'est compris?!
-Z'avez pas à vous inquiéter.
Il s'en alla, suivi du reste du gang sur place, et la rue devint déserte. On devait retourner au spatioport au plus vite. Gray et Zinny étaient toujours enfermés à l'intérieur.
Rennock pilotait le speeder au dessus de Nar Shadda. Hina, épuisée par les derniers évènements, dormait contre moi, qui avait d'ailleurs du mal à rester éveillé.
Lorsque nous fumes enfin arrivés au hangar, le désespoir se fit encore plus intense qu'il y a quelques heures.
Le Tempête de Cendres avait disparu.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
09.23.2012 , 02:09 PM | #46
Dix-neuvième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Grany
-Daeng
-Rennock
-Sinners
-Zannek Ribann
-V7


Chapitre 19
Le vengeur immortel

C'en était trop. On en avais suffisamment bavé depuis plusieurs jours pour continuer à agir dans l’intérêt des autres.
On avait repéré un vaisseau mandalorien dans le spatioport. La description de son propriétaire laissait penser qu'il s'agissait de celui de Scaar. Même si ça ne plaisait pas trop à Hina, la mandalorienne n'en aurais plus besoin.
On s'est servi de l’émetteur-récepteur du Tempête de Cendres pour le localiser. A la grande surprise de tout l'équipage, il n'avait pas quitté l'orbite de Nar Shadda.
Le vaisseau était là, suspendu dans le ciel écarlate de la lune des contrebandiers, tel un vaisseau fantôme.
-J'essaye d'établir une connection.
-Non, attends. Je vais essayer de joindre Grany par holocom.
La tension était à son comble alors que le maudit gadget arrivait tant bien que mal à transmettre une image. Un hologramme du togruta apparu sur l'holocom, faible et à moitié mort.
-Wylliam... T'es venu... J'le savais... Ils pouvaient pas te tuer...
Puis il s'effondra, coupant la transmission dans son évanouissement.
-GRANY!!! RÉPONDS!!!
-Ne t'inquiète pas, il n'est pas mort. Je l'aurais senti.
-Super! Ben alors faut qu'on aille dégommer le dangereux malade qui a pris possession du vaisseau!
-Il doit être en train de dormir, je ne vois personne dans le cockpit.
-Ou sont les combinaisons?!
Quelques minutes plus tard, j'étais en apesanteur au dessus des lumières de Nar Shadda.
Accompagné de Hina, je me dirigeai vers le sas du Mante D5, dont la porte n'était étrangement pas verrouillée. Une fois à l’intérieur, il a fallu attendre que la pression se stabilise et que l'oxygène revienne pour enlever nos combinaisons. Les lumières étaient éteintes. Dans le vaisseau soufflait un froid vent de vaisseau fantôme, sans aucune âme qui vive, à l’exception des captifs.
La chambre était impossible à ouvrir de l’intérieur, nous y avons trouvé les deux enfants endormis, et V7 désactivé.
Tandis que je gardais l'entrée en cas d'attaque, Hina réactiva le droïde protocolaire.
-Nooon, pitié! Piti... Maître?! C'est bien vous?! Loué soit le concepteur! C'est un miracl...
-Mais c'est pas possible! Tu vas la fermer, oui?!
Sans cacher son étonnement, le droïde s'exécuta. Moi qui le pensais capable de s’excuser en hurlant.
-Prends ces combinaisons, et amène les gosses dans le vaisseau à côté. On te recontacte.
Sans mot dire, le droïde mit les combinaisons à Zinny et Grany, puis s'en alla vers le vaisseau de Scaar. De notre côté, on continuait à explorer le lugubre vaisseau sans lumière. Personne dans le cockpit, ni dans la chambre du capitaine. Il ne restait que la salle des machines. Des deux côtés de l'entrée, on se tenait chacun dos au mur. Notre arme en main, on se préparait à toute éventualité. Au bout d'un décompte, on s'est tous deux retournés et avons pointé nos armes vers les ordinateurs. Personne...
-Mais c'est pas possible!
-Y'a forcément une solution... Peut être qu'il a pris un autre vaisseau déjà en orbite en laissant celui là ici?
-Pour nous laisser en plan sur Nar Shadda et laisser les gosses mourir? Peut être...
-Hahahahaha! Jamais entendu une hypothèse aussi conne!
On s'est mis dos à dos et avons ressorti nos armes, toujours personne.
Mais la voix continuait à retentir entre les sombres parois du Tempête de Cendres.
-Bon, vu que vous avez pas l'air super lucides, je vais vous ouvrir la voie.
À cet instant, l'ordinateur de la salle des machines se fragmenta, et laissa place à un couloir de quelques mètres.
On se regardait l'un l'autre. Cette découverte était pour le moins extraordinaire, quelle qu'elle soit.
Au bout du couloir se trouvait une pièce obscure, plutôt vaste, de forme circulaire et au centre de laquelle trônait un épais pylône de quatre mètres environ.
-Mais qu'est ce que c'est que ça?! Une pièce secrète?! Mais ou sont les composants internes du vaisseau alors?!
Soudain, la pièce fut intensément illuminée par moult lumières d'écrans sur le pylône, qui était en fait une sorte d'ordinateur.
Un gigantesque hologramme apparu alors en face de nous. Tork Noess.
-Tork?! C'est quoi cette histoire?!
-Hahahaha! Cette fonctionnalité est vraiment amusante. Voyez vous, en tant qu’intelligence artificielle sur-développée, je suis capable de faire apparaître l'image de mon choix et de parler avec la voix et la langue de mon choix!
-Et? Tu es qui? Et surtout, POURQUOI EST CE QUE TU AS ENLEVÉ MES AMIS POUR LES LAISSER CREVER DE FAIM?!
-Les deux questions ont une seule et même réponse, Hinonomé.
Plutôt que de répondre par les mots, il préféra changer d'image pour nous montrer sa probable vraie apparence.
-C'est parce que je suis Daeng Rah!
L'image du wookiee finit par prendre forme, menaçante, agressive.
-Daeng?! Mais c'est quoi ce bordel?!
-Attends, je vais t'expliquer: Tu vois ce grand ordinateur? Il a été conçu par des experts en fusionnant l'interface cerveau-machine misa point par les humains et les prisons spirituelles rakata. Une merveille qui permet de copier les souvenirs et le caractère de quelqu'un, pour les insérer dans cette machine. Et depuis cet ordinateur, je contrôle l'intégralité du vaisseau comme s'il s'agissait de mon propre corps!
A peine avait-il achevé sa phrase que des voyants rouges se mirent à clignoter et des tourelles de sécurité à sortir du plafond.
-Y compris son système de sécurité.
-Espèce d'enfoiré!
Hina brandit son sabre laser, qu'elle tenta d'insérer dans l'ordinateur du vaisseau, mais une violente décharge l'envoya cogner le mur, et elle se retrouva à terre, assommée.
-Daeng... Je te jure que je te garderai sur un bloc de données jusqu'à ce qu'on invente un moyen de torturer les IA...
-Eh ben, tu commences enfin à te décoincer. Et tu peux me dire comment tu comptes m'extraire de l'ordinateur? Tu es cerné par les tourelles et j'ai un programme de protection à la pointe!
Je te l'ai dit: Je suis immortel. J'ai copié mon esprit dans cette fabuleuse machine après vous avoir vu partir chercher mon "moi" physique.

L'hologramme s'agenouilla en face de moi, comme pour mieux se faire entendre.
-Je continuerais toujours à subsister, hors la loi immortel, en tant que programme pouvant contrôler les droïdes, je rassemblerai mon armée en déroute pour redevenir une légende!
Il fut soudain tiré de sa rêverie par une autre voix émanant de l'ordinateur.
-Si j'étais vous, je n'y compterais pas trop.
-Qu'est ce que?... Toi?! Mais je t'ai effacé! Non! NOOO...
L'hologramme de Daeng se volatilisa, pour laisser place à celui d'un jeune scientifique.
-Salutations, mandalorien. Je m'appelle Zanek Ribann, scientifique en chef de la section spatiale du projet Justicier.
N'écoutant qu'à moitié l'étrange discours du scientifique, j'essayais en vain de réanimer Hina.
-Le projet Justicier?! C'est quoi ce truc?
-Suite à mes nombreuses estimations de votre caractère et de votre engagement, je pense que vous êtes largement digne de confiance, je vais donc tout vous révéler.
Le projet Justicier consistait à mettre en commun toutes les plus grandes avancées technologiques afin de créer un équipement suprême et inégalable à tout point de vue.

-Et vous comptiez en faire quoi? Le vendre au plus offrant?
-Vous me sous estimez largement, mon cher. Notre projet était bien au dessus de ses masses machinations mercantiles.
Etant donné le monstrueux coût des recherches et de la fabrication, nous ne pouvions étendre nos prototypes à toute une armée. C'est pourquoi nous avons eu une autre idée. Celle qui a donné son nom au projet.

-J'écoute, j'écoute.
-Imaginez q'un être vivant doté de conscience n'ait aucune conscience politique, aucun engagement, aucun sentiment. Il serait l'impartialité même. C'est ce que la république a tenté de faire avec les Jedi, mais un seul être, totalement impartial n'a pas de faction propre, comme les Jedi. Il pourrait ainsi juger équitablement la République comme l'Empire.
Son récit me fascinait de plus en plus. J'étais impatient de connaitre la suite.
-Or, un tel homme, neutre à tous points de vue, ne peut exister. C'est pourquoi un membre du groupe s'est porté volontaire pour un lavage de cerveau qui, hélas, s'est soldé d'un échec et du décès du pauvre cathar tout le fruit des différentes sections du projet Justicier lui étaient destinés. Notre but était de créer un être d'une neutralité absolue et quasi immortel, grâce à son équipement regroupant l'élite de la technologie de chaque sivilisation.
-Impressionnant!
-N'est ce pas? Malheureusement, suite au décès du cathar, le chef de la division Armement a piqué une crise et tenté de détruire entièrement la base.
Tous les prototypes ont étés détruits, les chercheurs et les plans avec.
Seulement, ils avaient étés sauvegardés dans les ordinateurs des vaisseaux par votre serviteur, en même temps que sa propre conscience.

-"Les" ordinateurs? Il y a plusieurs vaisseaux de ce type?
-Exactement. Trois, pour être précis. Dans chacun de ses trois vaisseaux, j'ai sauvegardé une copie de mon esprit, ainsi qu'un fragment des plans du projet Justicier.
-Et vous savez ou sont les deux autres vaisseaux?
-Vous avez l'intention de faire main basse sur les plans?
Un instant, j'ai hésité à répondre, tel un voleur q'on aurait pris sur le fait, mais l'hologramme se mit à rire.
-Hahaha! Détendez vous, je plaisantais! Voyez vous, bien que le lavage de cerveau n'ait peu aboutir, vous me semblez être la personne que j'ai désespérément cherché: Bien que vous soyez loin d'être neutre, il me semble qu'en vous contrôlant un peu plus, vous pourriez incarner la vraie justice, comme aurait voulu le faire ce pauvre cathar.
Sur le moment, je ne savais pas trop quoi ressentir. Surprise ou honneur? Colère ou envie? Mais une chose était sure: on venait de mettre la main sur un truc énorme.
-Et c'est pourquoi je vais ans hésiter vous aider à rassembler tout le savoir que nous avons acquis.
-C'est un honneur, monsieur.
-Ravi que vous acceptiez! Les ordinateurs sont capables de se localiser les uns les autres, mais pas de communiquer. Vous aurez donc besoin de moi au cas ou l'un de mes doubles réagissent violemment. J'ai créé trois vaisseaux de ce type. Enfin, j'y ai installé l'ordinateur. Le premier était le vôtre: Ce Mante D5, que vous avez baptisé le Tempête de Cendres, si je ne m'abuse.
-Effectivement.
-Vous avez du goût! Son nom initial était "Le Vengeur Immortel". Mais j'aime bien son nouveau nom.
Le second était un Cargo XS nommé "Le Corbeau Ocre" et enfin, pour le dernier, nous avons décider de l'installer dans un croiseur, pour tester les limites de cette technologie. Nous l'avons appelé "L'Etoile Brisée". L'ordinateur fonctionnait parfaitement, même sur le croiseur.
Je lance une recherche pour trianguler la position des deux autres ordinateurs.

L'hologramme se volatilisa. Hina était en train de reprendre doucement conscience.
-Ooooh... Qu'est ce que...
-Ça va, on est hors de danger. Va prévenir les autres pendant que je remet le vaisseau en marche.
-Mais? C'est qui, lui...
-On t'expliquera.
Hina était retournée au vaisseau de Scaar, dans l'une des combis du Tempête de Cendres.
-J'ai localisé l'Etoile Brisée, mais j'ai une très mauvaise nouvelle.
-Aïe...
-La recherche m’indique que le Corbeau Ocre a été détruit. Il contenait les plans de la division bio-technique...
-Je suis désolé pour vous...
-Pour moi? Ces plans vous étaient destinés.
-Peut être, mais le malade qui avait tenté de vous supprimer vient justement de m'intégrer plusieurs armes biochimiques, mais même si elles ne sont pas à la pointe, je maîtrise la Force.
-J'avais omis ce détail. Il est vrai que votre affinité avec la Force vous est d'une grande utilité.
-Elle ne l'a pas été le soir ou ma famille est morte.
-Mes excuses...
-Vous en faites, pas, c'est moi qui déraille un peu de temps à autres.
Soudain, une fente s'ouvrit dans l'ordinateur, de laquelle sortit un bloc de données qui m'était visiblement destiné.
-Je vous ai entendu tout à l'heure. Je suppose que vous aurez l'usage de ceci?
-C'est l'esprit de Daeng, là dedans?
-Effectivement, je l'ai compressé, puis transféré dans ce bloc de données. Ce sauvage a tenté de m'effacé. Faites en ce que bon vous semble.
Je contemplai le bloc de données, à l’intérieur duquel se trouvait mon pire ennemi.
-Il est conscient?
-Non, la compression le rend inconscient, comme en hibernation.
-Dans ce cas, il est trop dangereux pour le laisser dans ce bloc.
Ma main, amplifiée par la colère, se mit à serrer le bloc de données, de plus en plus fort, jusqu'à ce que l'écran se fende, peu à peu, puis le métal s'est tordu, pour que l'engin ne soit enfin qu'un morceau de métal inutile. Je n'ai jamais su s'il s'agissait encore d'un de mes délires, mais j'aurais juré avoir entendu Daeng hurler.
J'entendis la porte du vaisseau s'ouvrir. Tout l'équipage était là, uni et heureux.
-Je peux vous laisser le soin de leur expliquer la situation?
-Avec plaisir.
Avant que je sorte de la pièce, une question revint à mon esprit.
-Dites, y'a un truc que je pige pas...
-Je vous écoute.
-Si vous avez le pouvoir de contrôler se vaisseau comme s'il s'agissait de votre corps, comment se fait il qu'il soit passé dans mes mains, celles de Noess, et peut être d'autres avant elles?
-Comme je vous l'ai dit, cet ordinateur a été le premier des trois à être fabriqué, et le fait est qu'une petite erreur avait subsisté: un bug l'a forcé à se mettre en veille peu de temps après l'explosion de notre QG. L'intervention de ce "Daeng" a réveillé l'ordinateur.
Après l'avoir remercié pour ses explications, je suis retourné vers l'entrée. J'ai fait signe aux autres d'aller rencontrer Ribann.
Je suis allé rejoindre Rennock qui venait de coucher les gosse, le temps que V7 prépare le repas.
-Eh ben... On en aura bavé cette fois ci...
-Tu l'as dit. V7 va avoir du boulot. Les gosses sont pas les seuls à crever de faim...
-Bon, je vais m'y mettre.
-Te mettre à quoi?
-Tu croyais que c'était V7 qui faisait les repas? Sa cuisine est immonde, ils sont froids et n'ont aucun goût! J'ai décidé de prendre les choses en main y'a quelques temps.
Je ne sais pas si le talz m'avait plus surpris ou amusé.
-Hahaha! Bon, ben tu ferais mieux de te dépêcher alors, t'as tout un équipage affamé sur les bras!
Après qu'on aient ri ensemble, le talz s'en est allé préparer le repas.
Les autres ressortaient de la salle de l'ordinateur, déconcertés.
Presque une heure plus tard, le repas était près. On s'est tous installés en tailleur dans l'entrée, l'assiette sur les genoux.
Tous baffaient, riaient, et certains dansaient même en chantant.
Les quelques rares lumières que nous avions laissées allumées pour le repas donnaient un air de feu de camp.
Nous étions tous réunis ici, baignés dans une joie nouvelle, dont émanait l'espoir palpable, plus déterminés que jamais...
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
10.03.2012 , 01:20 PM | #47
Oui, je sais, j'ai rien posé le week end dernier, mais j'ai eu quelques problèmes persos. Je ne vais pas m'excuser pour chaque chapitre manqué (sinon, le sujet croulerais sous les post inutiles), mais je vous adresse ce message car je viens de me rendre compte que j'utilisais un style du même genre que celui de Céline...
Je vous assure que je suis pas nazi, faut savoir dissocier l'oeuvre de l'artiste.(C'est d'ailleurs pour ça que Céline est dans les manuels... Mais je digresse...) Enfin, bon. Encore désolé pour le manque de régularité, et merci de lire.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
10.07.2012 , 04:59 PM | #48
Vingtième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Grany
-Zinny
-Rennock
-Lek
-Caldera
-Tyrodius


Chapitre 20
Sang de lumière


L'hologramme de Lek finit enfin par s'afficher. La liaison passait mal. Le chasseur eut bien du mal à cacher sa surprise.
-Vous?! Vous avez réussi?! Tout le monde vous croyait mort!
-J'ai pour principe d'être réticent quand on cherche à me tuer.
-J'en reviens pas! De toute l'histoire de la Grande Traque, vous êtes bien le premier à survivre à Daeng Rah, et encore mieux: à le vaincre!
Toute l'équipe savourait cette victoire du mieux qu'elle pouvait tandis que le mandalorien continuait.
-Cependant, nous avons eu quelques problèmes au QG.
-Des problèmes?
-Rien de grave, ne vous inquiétez pas. Ils sont d'ordre administratifs. Et malgré votre retard, il va falloir que les finalistes passivement deux bonnes semaines avant d'avoir leur ultime cible.
-Combien de temps est ce qu'on est restés là bas?
-Une grosse semaine! Je veux même pas avoir ce que ce tordu vous a fait!
Profitez de votre temps pour prendre quelque vacances: Vous avez empoché les centaines de primes sur la tête de Daeng! C'est presque autant que la récompense de la Grande Traque elle même!

Il coupa la liaison sur cette bonne nouvelle. Je me retournai vers l'équipe, et le message était clair: on avait un repos bien mérité!
Grany ne tenait déjà plus en place. Certains se sont laissés tomber par sur leurs sièges voir par terre.
-Bon, je suppose que tout le monde est fatigué, on va donc aller dormir, on verra ce qu'on fait demain.
Je me suis donc dirigée vers ma cabine, qui n'était plus occupée par Ghen, et me suis aussitôt endormi.
Cette nuit là n'a pas été perturbée par des rêves prémonitoires. J'ai rêvé de Hina, sans trop savoir pourquoi.
Je n'ai jamais vraiment trop su ce qu'était l'amour. Ayant été arraché trop tôt à ma jeunesse, je n'ai jamais vraiment pu savoir ce qu'on ressentait. Cependant, il me semblait que, depuis quelques semaines, je nourrirai un étrange sentiment à l'égard d'Hinonomé. Un peu comme une mélancolie, ainsi qu'une sorte d'amitié brûlante qui voulait sortir de mon être.
Quand je me suis réveillé, un apaisant silence hantait le vaisseau. J'étais le premier éveillé. Mais quand je suis arrivé dans le cockpit, je ne voyais plus l'immensité noire de l'espace, mais le mur d'un hangar, avec un mot écrit sur papier collé à la vitre.
-Retrouve nous à la cantina du Ciel Ocre, on a une surprise pour toi.
-Grany

Sur le moment, je n'ai trop su quoi penser de ce mot. Il n'y avait là rien de menaçant, mais notre mésaventure avec Daeng m'avait rendu méfiant.
Je me suis jeté hors du vaisseau sans prendre le temps de mettre mon armure, et je n'avais pas trouvé mon autre Peace Maker. Quand je suis sorti du spatioport, la foule et la hauteur des immeubles me frappa. Nous étions sur Corellia. Après avoir demandé au passants la direction de la cantina, j'ai couru au plus vite vers la destination. Quand je suis entré, la salle était sombre et déserte. Je me tenais sur mes gardes, et me préparai à user de la foudre si besoin. Soudain, des lumières vives s'allumèrent, et tous les employés de la cantina, ainsi que mes amis sortirent de leur cachette en hurlant "SURPRIIIISE!"
Grany s'avança vers moi, une bouteille de bière d'Ando à la main.
-Joyeux anniversaire, Wylliam!
Je devais bien l'avouer, cela faisait des années que j'avais oublié la date de ma naissance, et encore plus longtemps que je n'avais pas fêté mon anniversaire.
Toute la cantina se mit à chanter, à boire et à festoyer.
L'équipage s'est réuni autour d'une table, mais il n'était pas difficile de deviner l’absence de Sinners.
-Il est allé ramener le vaisseau de Scaar à son clan.
-Ce gars déborde tellement d'honneur qu'il aurait pu être mando, voire Jedi!
Tout le monde riait et souriait. Même la petite Zinny paraissait s'amuser. Rennock sirotait un verre de vin tandis que Grany hurlait à côté du groupe de musique. Hina regardait le jeune togruta s'égosiller un riant discrètement, une bouteille à la main.
Quand le groupe eut fini sa première chanson, l'assistance entière applaudit et Grany, épuisé, revint s'asseoir avec le groupe.
-Eh ben! Si j'avais cru un jour pouvoir chanter avec les Fire Gear!
-T'as pas chanté, t'as imité une alarme incendie!
-Les Fire Gear?! Mais vous avez dépensé combien?!
L'équipage entra dans un fou rire collectif
-Assez pour fêter l'anniversaire du futur champion de la Grande Traque!
Du haut de ses onze ans, Grany tendit sa bouteille vers mon verre, et on a trinqué. Des cris de joie retentissaient dans toute la cantina au rythme de la musique, et on s'est mis à boire, danser et chanter.
Puis, quand l'équipe fut de nouveau réunie autour de la table jonchée de boissons, Grany me tendit une boîte en métal.
-Tu sais, le Peace Maker que t'as perdu quand tu as combattu Ghen. C'était pas celui avec le cristal violet...
-Quoi?!
-Je les avais échangés avant que tu partes. Je voulais te faire une surprise avec.
Quand j'ai ouvert le caisson, j'y ai retrouvé mon bon vieux blaster, sans aucune égratignure, bien que j'ai craint que Grany l'ait désintégré. Il y avait cependant une seconde gâchette jouxtant la première, qui n'était pas là avant.
-J'ai un peu bricolé ton blaster. Appuie sur cette gâchette et t'auras une sacrée surprise.
Bien que j'aie du mal à l'admettre, j'avais une confiance absolue en ce gamin. J'appuyais donc sur là gâchette du blaster, devenu plus lourd qu'avant. A peine avais-je exercé une pression sur la pièce de métal qu'une longue lame laser violette s'échappa du large canon. Grany avait fusionné un sabre laser avec mon blaster.
J'ai regardé le gamin, qui irradiait de fièreté.
-Merci, petit génie!
On s'est attrapé les mains droites comme pour un bras de fer, puis chacun est retourné aux festivités.
Mais soudain, alors que j'applaudissait au premier rang le célébrissime groupe de musique, un ultrason aigu et furtif, mais pas moins brutal me fit perdre l'équilibre. Je ne parvenais plus à percevoir de sons distincts. Tous était atténué. Un second ultrason me fit poser genou à terre. Paniqué, je regardai le fond de mon verre et je compris enfin.
-Non... Pas encore...Pas maintenant...
Je ne voyais plus mes compagnons. Je me traînais jusqu'au barman, mais avant que je n'en aie le temps, un dernier choc eut raison de moi. Je m'écroulais à terre. Tout devenait flou. Les lumières se faisaient de moins en moins distinctes mais de plus en plus vives, jusqu'à ce qu'elles vacillent, et tout sombra dans l'obscurité.
Au plus profond des ténèbres, il me sembla entendre un cri de détresse, d'une voix étrange, qui semblait être à la fois celle de Hina, Grany, Zinny ou Rennock. Puis plus rien. Cette obscurité, que j'avais fait mienne depuis l'aube de la treizième année de ma vie, m'enveloppait. M'étouffait. Me gelait.
Je me sentais tellement seul et en danger que je me suis surpris à souhaiter la présence de cet être qui vivait dans ma tête, mais même lui ne voulu pas de moi. Je m'enfonça doucement dans un trou noir.
Quand je me suis réveillé, j'étais à genoux, la tête pendante et les bras retenus par des chaines. Ma vision était floue et les sons étaient troubles. J'étais dans un état second, m'ôtant toute envie de résister. Deux gros-bras sont arrivés et ont commencé à me traîner dans les couloirs. Plus je reprenais mes esprits, plus je parvenais à reconnaître les lieux. L'architecture du bâtiment ne laissait aucun doute: J'étais en territoire Sith. Ils m’avaient rattrapé. Quand la brume eut définitivement quitté mon esprit, je finis par penser à mon équipage probablement lui aussi drogué sur Corellia. Les gardes m'ont sorti du bâtiment. Ma rage était telle qu'ils avaient du mal à me contenir, à tel point que l'un d'eux m'injecta un sédatif.
Toujours dans cet état engourdi, je me suis laissé traîner à travers toute la grande ville qui se tenait tout autour de moi, sous un orage sans pitié. J'étais à Kaas City. Une immense foule suivait le cortège, mené par les deux gardes me traînant, menotté, comme un animal mort.
Aucun bruit ne se faisait entendre, si ce n'est le grondement continuel de l'Orage et la clameur de la ville basse en contrebas. Au bout de presque une heure, nous finîmes par arriver sur une place donnant sur la citadelle, au bout de laquelle attendaient des silhouettes floues, sur un promontoire.
Arrivés près d'elles, les gardes me jetèrent au sol, puis repartirent se mêler aux rangs ordonnés et linéaires de soldats impériaux encadrant la foule. Quelques Siths s'y trouvaient, avec quelques agents des services secrets en uniforme.
De nombreux citoyens hurlaient une hymne tonitruante, d'autres semblaient tristes et faibles.
Soudain, une jeune Sith, à côté de moi se mit à hurler, en me redressant de sorte que je fasse face à la foule, genoux à terre et tête baissée.
-Mesdames et messieurs, citoyens de l'Empire! Aujourd'hui est un grand jour pour notre glorieux Ordre Sith!
Aujourd'hui, nous exécutons le Sith Renégat Banner!

La haine chassait peu à peu les effets du sédatif. Cet endroit empestait les Sith à plein nez. Leur arrogance et leur sadisme commençait déjà à faire naître en moi des pulsions meurtrières.
-Je... Ne suis pas... Un Sith!!
Elle se retourna vers moi, et me fila un coup de pied dans le ventre.
-Comment oses tu répondre, raclure?! Bien évidement, nous t'avons donné une chance de t'élever un peu, mais tu a préféré vivre dans la crasse et l'infériorité que tu mérites!
Puis elle se retourna vers la foule.
-Moi, Dark Tyrodius, apprentie de Dark Caldera, j'aurais le privilège de mettre fin à la misérable existence de celui qui a osé s'interposer devant lui!
Le sédatif ne faisait plus effet. Mes pieds étant libres de leurs mouvements, je me relevais et avançai vers la Sith.
-Caldera?! Cette pourriture est vivante?!
Une myriade d'éclairs mauves me renvoya soudain au sol. Mais elle ne venait pas de Tyrodius. Un colosse cyborg gravissait les marches du promontoire. Un éclair illumina soudain sa face dans l'obscurité. Un visage dévasté par le temps, le feu et les implants. Mais sur ce visage subsistait encore te toujours ce même sourire sadique qui révélait en moi des instincts de bête sauvage.
-Cela faisait bien longtemps, mon apprenti...
-Je... Ne suis pas... Votre apprenti!!!
La rage était telle que la bave me montait aux lèvres. Mon vieil ennemi avait apparament survécu à sa chute dans le ravin de Mos Esken. Il était à présent plus machine qu'homme, si on peut appeler un sith un homme...
Son corps jadis plutôt fin, était devenu un véritable colosse parcouru d'extentions cybernétiques, ainsi qu'une lourde armure anti-missiles.
Il s'avançai vers moi, suivi de deux soldats, chacun tenant un sac. Lorsqu'ils en déversèrent le contenu devant moi, principalement composé d'ossements humains, un vif mal de tête me prit soudain.
-Vois tu, j'ai tué ta famille il y a maintenant onze ans, et ton frère, je l'ai tué il y a six ans. Comme en témoigne la blanchheur de ses os.
-Vous avez profané sa tombe?!!
-Oui, et accessoirement celles de toute ta famille. Cela te surprend? Tu ne me connais donc pas? Je suis décu.
Le souci administratif de la Grande Traque était de mon fait. Ceux qui vous ont drogués sur Corellia Travaillaient pour moi, et même Daeng Rah était un rouage de mon plan, de manière indirecte.

Le mal de crâne ne passait pas. J'avais l'impression que ma tête allait exploser. En moi déferlait une énergie incommensurable: la rage.
Mais je n'avais plus la force de lutter. Bien qu'il m'en coûte de l'admettre, je me suis résolu à renoncer. Bien que j'aurais aimé torturer Cadera durant des centaines de milliers de vies, il avait déjà détruit deux fois ma vie, et pourrais encore recommencer. Je baissai la tête. L'apprentie de Cadera se préparait à abattre sa lame sur ma nuque.
-Et puis, ta copine Jedi pourra nous fournir des renseignements intéressants sur la république.
Mes yeux se sont brutalement rouverts au maximum. Mon mal de tête s'était transformé en une énergie nouvelle, guidée par la rage.
D'un sec tour de bras, j'ai brisé mes menottes pour contrer son sabre avec mes greffes de cortose.
Ma peau se mit à saigner. Un sang... Transparent et lumineux.
-Comment?! Tu devrais être honoré de mourir de ma main, vermine!
-Ah oui?!
Je me suis relevé et jeté sur la Sith, et projeté par un élan incontrôlable, l'ai écrasée contre le mur. Mon regard était celui d'un fou et ma force était incontrôlée.
-Honoré? HONORÉ?!
Je serrai toujours plus ma main autour de sa gorge. Mon autre main lui projetaient de la foudre pour la faire souffrir et la maintenir en vie.
Mon sang lumineux se rependait sur le sol au fur et à mesure que je la torturais.
Peu importe le fait qu'elle ait été endoctrinée, ma rage dépassait de loin tous les autres sensations. La vengeance était devenu un besoin vital et urgent. Je l'ai lâchée, mais avant qu'elle n'ait pu reprendre souffle, j'ai martelé son ventre de mes poings et mes pieds, aidé de la télékinésie, jusqu'à ce quelle pleure et crache du sang.
Je lui ai envoyé un dernier éclair avant de la projeter dans le vide, au pied de la citadelle.
-Meurs au pied de tes illusions!!
Je finis enfin par réaliser que Caldera n'avait toujours pas attaqué.
Quand je me suis retourné vers l'assistance, la foule courait tous azimuts, et Caldera était aux prises avec un autre ennemi que je ne pouvais voir.
Il donnait des coups de sabre dans le vide, ainsi que certains de ses gardes. Son adversaire devait être muni d'un champ furtif. Les autres soldats fonçaient vers moi.
La haine émanait de moi sous forme de foudre, massacrant quiconque s'approchait de trop près. Chaque vie impériale que je prenais me procurait une intense satisfaction.
Caldera failli toucher son ennemi: un coup de son sabre trancha le bord de son manteau, et un morceau d'étoffe rouge s'envola quelques mètres plus loin.
Le gros des troupes étant liquidé, je me consacrai à Caldera. M'emparant dus sabre de son apprentie par la télékinésie, je lui tranchais son autre bras. Il se retrouvait à nouveau manchot et était plus lent de son armure.
-C'est l'heure de payer, Caldera!!!
Il perdait son assurance alors que les sabres s'entrechoquaient.
Je n'ai jamais trop su si cette nouvelle puissance était due au côté obscur, mais une chose était sure: il déferlait en moi tel du magma.
Le vieux cyborg débordé, je réussis à lui trancher son dernier bras et ses deux jambes, puis à empoigner son armure.
La puissance de la rage me permettait de bondir de plusieurs mètres, de toits en toits, Caldera à bout de bras, jusqu'à arriver en haut de la citadelle. Je tenais ce qu'il restait du Sith de ma main droite.
-Tu vas souffrir, enfoiré!
Je projetais de la foudre, toujours plus intense, mais sa fièreté ridicule de Sith dépassait toujours la douleur.
-Je ferais pas deux fois la même erreur: Tu vas crever! Mais rien ne m'empêches de t'en faire baver le plus longtemps possible!!
Dis moi ou sont mes amis!!
-Haha! Pourquoi?!
De nouveaux pouvoirs s'offraient à moi avec ma nouvelle puissance. Des pouvoirs terrifiants, que je n'aurais jamais crus utiliser un jour.
-"Frayeur"...
Caldera perdait peu à peu son sang froid, mais il se produit quelque chose que je n'aurais jamais cru voir de mon vivant. La douleur du Sith outrepassa sa fièreté à tel point qu'il se mit à hurler et à implorer clémence.
-RHAAAA! PITIÉ! ILS SONT SUR KORRIBAN! LAISSE MOI MOURIR!!
J'étais à la fois ivre de rage et de joie. J'avais l'impression d'avoir obtenu quelque chose d’imaginaire.
-TU PEUX TOUJOURS COURIR!!
Sa terreur redoubla d'intensité jusqu'à se que son activité neuronale se bloque et que la mousse lui sorte de la bouche. J'ai planté le sabre de son apprentie dans son cœur puis l'ai lâché dans le vide.
Je crachai dans sa direction. Du sang lumineux s'était mêlé au crachat.
La lumière rouge des sabres lasers s'évanouit dans la brume du vide en même temps que la vie de Caldera. Pour de bon.
Je restai seul sur le toit de la citadelle, n'arrivant plus à réfléchir. Qui étais ce mystérieux allié? Pourquoi mon sang était il translucide et luminescent? Peu m'importait. Je n'avais jamais été plus heureux de ma vie, mais ma haine n'était pas encore entièrement dépensée.
J'allais au spatioport prendre une navette. Le garde du hangar osa à peine s'interposer et bredouilla.
-Qui... Qui êtes vous?!
-Prévenez Korriban. Dites leur que Dark Banner revient et qu'ils vont le sentir passer!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
10.15.2012 , 06:04 PM | #49
Vingt-et-unième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Grany
-Rennock
-Harkun
-Saru
-Léo
-L'hallucination

Chapitre 21
Le massacre de Korriban

La porte de la navette s'ouvrit, laissant entrer l'aveuglante lumière du soleil. Je posai le pied sur le sable rouge sang, brûlant et lumineux. Je marchai lentement vers l'académie Sith, quand un bruit sourd retentit, un vent violent vint de derrière moi et fit voler mon ancienne tenue de Sith. Mes explosifs à bord de la navette avaient bousillé leur plateforme d'atterrissage. Toujours dans le souffle de l'explosion, je portai à mon visage mon ancien masque Sith, puis le mis sur ma tête. Il était légèrement trop petit. Je continuait à marcher en direction du temple, éveillant la curiosité des acolytes. Porté par ma haine, j'avais l'impression de voler.
Lorsque je fus arrivé à l'académie, une dizaine de gardes m'encerclèrent. Ils avaient apparament reçu la nouvelle. Tant mieux.
-Rendez vous, vermine, et votre mort sera moins douloureuse!
-Vous savez qui je suis, et pourtant vous continuez à faire montre de votre arrogance illimitée? A vos risques et périls!
Une explosion de foudre se mit à jaillir de ma tunique. Je sentais ma rage se matérialiser dans ces éclairs qui torturaient les gardes. Quand ils furent tous morts, je m'emparai du sabre de l'un deux, et me mis à courir en direction de l'entrée. Tous ceux qui se mirent en travers de mon chemin finirent sectionnés en deux parties.
Je progressait dans les sombres couloirs, déferlant comme une coulée de lave. Je me dirigeais vers la salle de détention, massacrant chaque Sith, soldat ou acolyte croisé.
Dans les cellules de l'académie croupissait mon équipage.
Rennock avait une fois de plus été séparé de ses jambes artificielles, Zinny s'était recroquevillée en pleurant, et Grany cognait contre le champ de force en hurlant. Quand j'eu massacré le geôlier, le jeune togruta sauta de joie.
-Je leur avait dit que tu viendrai! Mais ces abrutis l'ont pas cru! Bien fait pour leur gueule!
Rennock s'approcha de moi en se tenant aux meubles, l'air inquiet.
-Wylliam? C'est quoi cette tenue?
Je posai ma main sur l'épaule de Grany.
-Va vers ce qu'il reste de la plateforme, et active cette balise quand Hina sera là. Ribann viendra vous chercher. Moi, j'aviserai.
Avant de partir, Rennock, soutenu par les deux jeunes chasseurs se retourna.
-Comment on la trouve, ta passerelle?
Sans me retourner, je me mis à courir dans l'académie.
-Suis les cadavres!
Je n'ai pas eu le temps d’apercevoir la mine effrayé de mes compagnons, et même de Grany, mais ils connaissaient tous la deuxième raison qui me poussait à rester ici: Hina n'était pas avec eux.
J'étais arriva dans la salle centrale de l'académie. Plusieurs surveillants m’encerclèrent, et l'un d'eux parvint à briser mon masque.
-Banner?!
Je me retournai vers le surveillant.
-Tiens! Harkun! Comment allez-vous, bouse de bantha?!
-Que faites vous ici?!
-Même un bébé hutt aurait déjà compris! Je viens finir ce que vous tous avez commencé!
Les Sith n'osaient toujours pas attaquer, attendant un signal du surveillant.
-De quoi parler vous?!
-Je ne fais qu'achever l'ordre naturel des choses: Qui vis dans la haine...
Je lançai mon sabre, décapitant presque tous mes adversaires, et tuait les autres d'une décharge. Harkun restait le seul survivant dans la salle, à l’exception te tous les acolytes qui regardaient la scène à l'étage du dessus, dans les rangs desquels je reconnus quelques uns de mes anciens camarades.
Le surveillant fini par se jeter sur moi, guidé par l'énergie du désespoir.
-Meurt dans la haine!!
L'éclair que je lui envoyais était d'une telle intensité qu'il lâcha son arme et se roula au sol, terrassé par la douleur.
-A l’exception de Caldera, tu es le pire salaud que j'ai pu connaître, et pourtant, je ne crois pas exagérer en disant que, niveau salauds, j'ai été servi!
-RHAAAAAA!
Je me penchais sur lui, puis chuchotai.
-Je suppose que tu es au courant qu'une jeune Jedi mirialan m'accompagnait... C'est étrange, elle n'est pas en cellule avec les autres... Je suppose qu'elle est en salle de torture, mais je vais te donner une chance d'avoir une mort rapide, enflure.
-OUI! ELLE EST EN SALLE DE TORTURE! PITIÉ, ARRÊTEZ ÇA!
Ma foudre redoubla d'intensité, guidé par cette étrange énergie nouvelle.
-Aaaaaah, qu'il est agréable de te voir hurler de douleur, Harkun. Finalement, j'ai décidé que tu allais en baver pendant encore trèèèèès longtemps.
-MAIS!... VOUS DISIEZ!...
Je lui plantai mon sabre laser dans la gorge, rien que pour ne plus l'entendre.
-Enfin, fils de pute, s'il y'a une chose que tu devrais avoir, s'est qu'il ne faut jamais faire confiance à un Sith...
Il hurlait, ce qui intensifiait sa douleur, tandis que j'usai de la force pour le maintenir en vie le plus longtemps possible.
Je remarquai alors que les acolyte assistaient toujours au spectacle, terrifiés.
Je levais mes deux mains vers le plafond, au creux desquelles s'allumait un feu noir et rouge sang.
-Ne vous inquiétez pas, vous souffrirez un peu moins que lui... Juste un peu!
Ils n'eurent pas le temps de fuir, leur tête les faisait déjà souffrir.
Le feu noir et rouge de mes mains se transforma en deux sphères tournoyantes.
-FRAYEUR!!
Les acolytes, morts de peur au plus haut degré commencèrent à sombrer dans la folie. Ils s'entre-tuaient, se suicidaient ou couraient dans tous les sens en hurlant.
La plupart se jetaient du premier étage, et peu survivaient à la chute.
J'étais au centre de la pièce, contemplant la pluie de futurs cadavres, avec Harkun à mes pieds.
-HAHAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAA!!! Voyez maintenant, chiens de Sith, le prix des souffrances que vous avez semé à travers la galaxie tout au long de votre l'histoire!!
Au milieu de ce vacarme de hurlement, Harkun continuait d'agoniser tandis que je couru vers la salle de torture.
Hina était inconsciente, solidement entravée à la table de torture, en face d'un bourreau Sith.
-Ta torture, je parie que tu n'y a jamais goûté!
Avant qu'il n'ait eu le temps de se retourner, je l'ai propulsé vers le mur dans lequel il est resté encastré, puis il fut terrassé par une myriade de foudre qui eut vite fait de l'achever dans d'atroces mes brêves souffrances.
J'ai réveillé puis libéré Hina. Elle était complètement sonnée, surement à cause de la torture et des drogues.
-Wylliam... J'ai pas parlé... J'ai rien di...
-Chut. Je sais très bien que tu n'aurais rien pu dire, Hina. Tu as été plus forte que jamais. File rejoindre les autres à la plateforme d’atterrissage, je vous retrouverai.
Toujours sonnée, elle s'en alla vers la sortie. Sans chercher à comprendre pourquoi je n'allais pas avec elle, ni pourquoi l'académie était remplie de cadavres et de fous.
Je n'en avait pas terminé ici. Je voulais éradiquer les Sith de la surface de Korriban.
Mon esprit ne fonctionnait pas correctement, je n'arrivais plus à réfléchir. Je déferlais dans les couloirs de l’académie, massacrant tout sur mon passage, jusqu'à arriver dehors.
Courant vers la montagne, je tuais avec une joie malsaine chaque être vivant croisant mon chemin.
Certains tentaient de fuir dans les entiers rocheux...Mais je sentais leur présence. Je les chassais, sans pitié, comme un prédateur, me nourrissant de la terreur et de la mort que je semais, laissant une traînée de sang derrière moi, tellement dense et large qu'on aurait pu la voir depuis l'orbite, même sur le sable de sang de Korriban.
J'ai fini par repérer une autre acolyte qui tentait de gravir la paroi abrupte de la montagne. Le plus surprenant étant qu'elle ne semblait pas fuir, je n'en ai pas tenu compte. J'étais devenu une bête sauvage et me mis en chasse.
L'acolyte disparu soudain derrière la roche. Elle devait être au sommet. Lorsque j'y fus également arrivé, même mon cerveau embruma par la rage et la vengeance fut surpris de la scène.
Au centre du plateau sablonneux était planté un arbre au tronc ocre et aux magnifiques fleures roses. Probablement la seule végétation qui soit sur ce maudit caillou. L'acolyte était agenouillée devant l'arbre, la tête dans les mains, sanglotant.
Puis elle se tourna vers moi.
-Tu es le frère de Léo? Bien. Tu es sans doute venu pour vous venger. Et si je fais partie de ta vendetta, alors faut ce que tu dois faire. Au moins, je le rejoindrai!
-Explique toi!
Elle se releva, essaya ses larmes et me regarda en face. Bien que je sois venu pour la tuer, la seule chose je je parvins à lire dans ses yeux était de la compassion.
-J'étais la petite amie de Léo avant qu'il ne quitte l'académie. Ensemble, on a réussi à créer cet arbre capable de se développer dans un milieu comme Korriban.
Son esprit y demeure encore...

Mo frère ne m'avait jamais parlé d'elle. La surprise fut suffisante pour me tirer de ma folie, mais l'impensable se produit.
Je ne contrôlais plus mes mouvements. De derrière l'arbre surgit une silhouette en tunique Sith, à la barbe dense et brune. L'être qui occupait mon esprit venait de revenir.
-Pourquoi t'arrêter en si bon chemin, Longstride? La rage et le plus puissant des moteurs humains, tu viens juste de le démontrer. Tu a massacré l'académie entière seul!
Ma main s'empara du sabre laser, puis se prépara à exécuter la jeune Sith, qui se laissait faire.
La lame rouge descendait au ralenti, pour s'abattre sur sa nuque, jusqu'à ce qu'une voix aiguë retentit.
-Wylliam!! STOP!!
Mon hallucination fut soudain traversée par Hina et partit en fumée, une expression d'amertume sur le visage. La mirialan s'approcha de moi et me gifla à m'en renverser au sol.
Elle se tenait debout devant moi, en larme et animée d'une colère que je découvrais chez elle pour la toute première fois.
-Qu'est ce qui t'arrive?! Tu es devenu fou?!
Je n'osai lui répondre oui, car, même encore sous le choc, je savais que c'était exactement ça.
J'avais donné libre cour à ma rage débridée, jusqu'à ce qu'elle fasse de moi un monstre.
Je venais enfin de mesurer toute la gravité de mon acte. Le doute n'était plus permis: ma personnalité comprenait deux faces, et mon hallucination en était la preuve.
Je ne savais quoi faire, sans oser répondre, broncher ou même respirer.
-Je suis désolé, je... J...
-Tais toi!
Elle se jeta sur moi, puis me serra dans les bras, en pleurant.
-Abruti...
Je passai à mon tour mes bras autour d'elle, les yeux toujours grands ouverts par la terreur.
-C'était... ma soif de vengeance, j'ai basculé dans le côté obscu...
Elle releva la tête, attrapa la mienne de ses mains, puis s'écria:
-Le côté obscur? Je vais te donner une bonne raison d'en sortir!
Elle attira ma tête vers la sienne, se mit peu à peu sur la pointe des pieds, puis le temps sembla se ralentir. Hina ferma lentement les yeux. Nos têtes continuaient de se rapprocher, pivotant légèrement pour éviter toute collision. Malgré la surprise, je réussis à me résoudre à fermer les yeux à mon tour. Le temps ralentissait toujours plus jusqu'à ce que je ressente sur ma bouche le contact de ses lèvres, et je rouvris brusquement les yeux. Le baiser de Hinonomé déferla de ma bouche jusque dans tout mon corps tel une vague de joie et de sensations, une violente bourrasque de vent envoyait les pétales roses voler et tournoyer autour de nos deux corps joints.
J'ai toute ma vie souhaité que cet instant dure des années. Une nouvelle sensation qui dépassait tout ce que j'avais pu imaginer jusqu'à lors. Un sentiment d'accomplissement mêlé à la joie la plus intense, et à un peu de tristesse, mais une chose était sure: C'était l'émotion la plus puissante que j'eus pu jamais ressentir. Plus puissante encore que la rage, la haine ou la vengeance.
Mes bras puissants serraient le corps mince de la mirialan alors que les pétales roses continuaient à virevolter sur le plateau sablonneux.
Quand l'instant magique alla sur sa fin, nos visages s'écartèrent pour laisser nos têtes s’installer l'une à côté de l'autre, nichées entre le cou et l'épaule.
-Je suis désolé...
-Je le sais, Wyll...
Elle lâcha prise, et je fis de même. Nous nous reculions légèrement, nos mains toujours jointes. Elle me regarda en souriant, presque timidement.
-Je le sais.
Nous sommes restés dans cette position plusieurs minutes, jusqu'à ce que je finis par apercevoir la jeune Sith qui s'approchait du bord de la falaise.
Je me mis à courir, bien qu'épuisé par le massacre, du mieux que je pouvais.
Elle chuchota une dernière fois le nom de son amour perdu avant de se laisser basculer dans le vide.
Je me jetais à ses pieds et, ayant glissé sur le sable jusqu'au bord de la falaise, je réussis à attraper son poignet. Elle me toisait d'un regard que je n'aurais pu déchiffrer, puis se laissa hisser.
-Léo n'aurait pas voulu ça...
Hina a essayé de lé réconforté, mais on eut vite fait de comprendre qu'on ne pouvait rien changer à son chagrin, qui depuis des années demeurait indemne.
C'est alors qu'une étrange présence se fit sentir. Une présence apaisante et bénéfique.
Je me retournai et mon coeur s'arrêta soudain de battre. Devant nous, au pied de l'arbre se tenait un adolescent translucide, luisant et rayonnant. Il portait une vielle tenue d'acolyte un peu déchirée. Ses cheveux étaient mi-longs et bruns, au dessus de ses magnifiques yeux lavande. Mon frère était là. Il s'était réincarné en ce bas monde grâce à la Force.
-Ça faisait beaucoup trop longtemps Saru...
La jeune Sith, au bord des larmes et rayonnante de joie se rua sur l'apparition, mais ne put la saisir. Léo effleura pourtant son visage avec une telle précision qu'on en aurait pu douter de son immatérialité.
Il leva les yeux vers moi, puis sourit.
-Caldera t'as privé de ta famille, mais tu as réussi à retrouver des personnes qui comptent pour toi.
Il se tourna vers le tronc de son arbre, puis fit mine de poser sa main dessus.
-Tu es comme cet arbre. Ta force est née de la terre rouge de Korriban, mais elle t'a permis de résister à son emprise. J'ai pas eu ta chance, ce jour là, Wyll. Tu croquer la vie à pleines dents, pour papa, pour maman et pour moi.
Il se tourna vers son amour, tandis que le mien se serrait contre moi, souriant.
-Saru. Tu dois faire de même. Je ne suis pas réellement mort comme tu peux le voir. "Il n'y a pas de mort. Il n'y a que la Force". Et c'est pourquoi je serais toujours là, quelque part, pour veiller sur toi.
Sa main ectoplasmique frôlait toujours l'épiderme fin de la joue de son aimée, puis il commença à rayonner, de plus en plus vivement, puis disparu après m'avoir jeté un ultime regard.
Convaincue que Léo était toujours vivant, bien qu'en tant qu'apparition dans la Force, Saru pleurait de joie.
-Vous pouvez quitter Korriban avec notre vaisseau. On vous déposera ou vous voudrez si vous ne voulez rester.
-Je ne deviendrai pas Jedi. J'irai rejoindre mon ancienne famille sur Aldérande, et aider les Organa du mieux que je pourrai. Je vais vivre pleinement ma vie. Pour lui...
Grany, Zinny et Rennock arrivaient, épuisés par la montée.
-Ben alors, Hina? Pourquoi t'es pas revenue? Enfin, on va activer la balise d'ici. Oh, quel bel arbre!
-N'est ce pas?
Hina me lança un regard plein de tendresse et d'espoir.
Il va sans dire que j'éprouvais une honte sans mesure quand au massacre auquel je m'étais livré. Je ne cherchais même pas à me justifier par mon passé sanglant, mais chacun ici semblait penser ce crime du à un autre moi, et quelque part, j'avais également cette sensation.
Le vaisseau n'a pas tardé a arriver. Nous sommes tous montés à bord, puis il a décollé avant même la fermeture de la porte, à laquelle je me tenais, contemplant Korriban pour la dernière, dernière fois. Sur la montée de l'entrée du temple, un Sith marchait au milieu des cadavres. Lorsque je parvins enfin à le reconnaître, une surprise soudaine me frappa. Il était un membre du Conseil Noir.
Il me lança un regard de défi, puis je crachai depuis le ciel sur la terre rouge de Korriban avant de refermer le sas. Nous étions engagés dans l'hyper-espace.
Presque tout l'équipage était réuni dans le cockpit, les regards tournés vers le firmament étoilé, moi et Hina au premier rang.
La nouvelle de notre relation s'était déjà rependue dans tout l'équipage comme une traînée de poudre, et cela se voyait au regard de Grany, lourd de sens malgrés ses efforts pour retenir sa joie et ses rires.
Bien que ma rage ait disparu, cette étrange énergie abondante demeurait en moi, ainsi que cet étrange lueur translucide dans mon sang. Maintenant que j'étais parfaitement lucide, il me fallait trouver des réponses. Mais ce n'était pas aux réponses que je songeais à cet instant précis.
Devant la myriade d'étoiles infinies, Hina me regarda tendrement, puis sans un mot, nous nous sommes à nouveau embrassés, portés par les cris et les sifflements de nos compagnons.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...

Descole's Avatar


Descole
11.07.2012 , 04:14 AM | #50
Désolé pour le grand désert de ces dernières semaines, je bossais sur le scénario d'une bd, mais passons.
Juste pour vous dire que la liste des personnages au début de chaque chapitre peut spoiler, donc, ne la regardez que quand vois êtes perdus, si vous aimez le suspense.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...