Please upgrade your browser for the best possible experience.

Chrome Firefox Internet Explorer
×

SWTOR : Do Hi Duty

Soulofneant's Avatar


Soulofneant
09.25.2013 , 11:51 AM | #1
Prologue

« Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… »

« Le traité de Coruscant a instauré une paix fragile entre la République Galactique et l’Empire Sith, la guerre peut éclater à tout moment. Les tensions sont palpables et les révoltes sur plusieurs planètes sont nombreuses. Balmorra est sous le joug de l’Empire mais il connait une guerre interne face au peuple. La République qui avait abandonné cette planète, tente de réunifié et tenir tête à la force impériale. Mais les Balmorréens se sentent déchirés : Abandonné par les républicains et se soumettre au joug Impérial, ils tentent de reprendre leur indépendance. Des actions menées par des groupes dissidents font des dégâts dans les deux camps. L’Empire a déclaré la chasse aux rebelles. Cherchant des alliées dans la galaxie, les Balmorréens insoumis font appels aux meilleurs…»


Chapitre 1

Balmorra, planète située dans le système de Neevota. Autrefois indépendante, elle connut la loi martiale de la République Galactique avant que cette dernière ne l’abandonne au profit de l’Empire Sith. Depuis le traité de Coruscante, les forces Impériales tentent de soumettre les Balmoréens, repoussent les assauts de la République qui veut reconquérir ce territoire. Enragé de n'être que de la chair à canon et de payer de son sang les nombreuses escarmouches entre les grandes puissances, le peuple de Balmorra entame une marche vers un nouveau lendemain.

Des groupes indépendants ont vu le jour et mènent des révoltes ouvertes contre l’Empire et la République, revendiquent leur droit de liberté. Une faction renommée pour ses actes héroïques est mené par un mystérieux être surnommé "Soleil Gris" : ses actions contre l’Empire résonnent à travers la galaxie et chacun scande son nom en silence. D’autres groupes moins renommés attaquent les postes d’avant-garde républicains et impériaux. Aidés de mercenaires, contrebandiers et hommes sans foi ni loi, la vie est devenue brutale et l'appât du gain la langue principale. Devant cette nouvelle ère sanglante, l'Empire avait décrété une chasse ouverte aux rebelles, où le droit de tuer était légitime.

Le Capitaine Malavai Quinn est l’un de ses impériaux engagé dans cette traque. Un homme d’âge mûr aux cheveux noir coupés courts, ses yeux bleus reflètent son esprit inflexible à l’Ordre Impérial. Deux grains de beauté ornent sa joue gauche. Malavai était le modèle du militaire intelligent, distingué et compétent, la quintessence du professionnalisme au sein de l'armée impériale… Si un certain évènement n’avait pas entaché sa brillante carrière.


D’étranges incidents disgracièrent l’officier suite à la bataille de Druckenwel et sa réaffectation le conduisit sur Balmorra. Cependant, ses talents cachés de fin stratège n’échappent pas aux yeux d’un Sith du nom de Darth Baras. Le Seigneur noir recrute le capitaine au sein de son réseau d’agents pour récolter de nombreuses informations servant les intérêts du Sith.

Malavai reste un bon militaire, bien qu’il doive faire des efforts supplémentaires aux yeux des autres officiers. Le gouverneur de Balmorra, une Sith du nom de Darth Lachris a décrété l’état d’urgence face aux soulèvements menés par les rebelles Balmoréens. Le capitaine devint l’un des principaux responsables pour mener des actions afin de contrer les indépendantistes. Ces stratégies menées de main de maître fut reconnu par ses pairs. La capture ou la destruction de plusieurs petits groupes de rebelles ornait son tableau de chasse.

Mais en ce jour, une mission bien différente l’attend. Sobrik, la cité principale des forces impériales a revêtu ses couleurs de fêtes. Le bâtiment principal a connu un réaménagement pour accueillir cet important évènement. La dernière bataille contre les rebelles a permis à l’Empire de reconquérir la totalité des plaines de Makaran, mettant ainsi la main sur des ressources et d’anciennes usines de droïdes. Cependant, le nombre d’hommes n’est pas suffisant pour assurer la sécurité et lancer la reconstruction.

L’Empire lance un appel d’offre auprès de leurs plus grands alliés à travers la Galaxie. Les réponses ne tardent pas, avec des grands noms tels le Cartel des Hutts. L’accueil des précieux hôtes devint la priorité de Darth Lachris. Elle décide d’organiser une grande fête au sein de Sobrik. La fantaisie de la Sith va jusqu’à la mise en place d’un bal masqué…Au grand désarroi de ses officiers.

Ce fut le branlebas de combat, tous les gradés militaires mirent les bouchées doubles pour mettre en place un système de sécurité sans faille. Toute personne présente à la fête doit se soumettre à un contrôle d’identité. Des restrictions d’armes, parmi lesquels l’interdiction du port du sabre laser au cœur du bâtiment. La sécurité de Sobrik atteint le seuil maximal. De nombreux appareils de guerres, tourelles et postes de surveillances prêtent attention à la moindre alerte.

Tout est orchestré et cadré au millimètre près par les officiers de l’Empire. Une chose qu’apprécie Malavai. La moindre erreur, même minime, peut être exploitée comme faille. Il s’assure personnellement des derniers points avant que l’évènement ne commence. Le dernier souhait de Darth Lachris est de récompenser ses officiers. Ainsi, ces derniers doivent participer à la fête "afin de se détendre".

La nuit commence peu à peu à tomber sur Sobrik. Les vaisseaux des hôtes s’amarrent aux quais du spatioport et de nombreuses délégations se dirigent vers le bâtiment principal. Chaque participant a revêtu ses plus beaux atours, le visage masqué. Les races aliens se sont aussi prêtés au jeu, bien que certains appendices ne puissent être cachés.

Malavai finit de se préparer dans ses quartiers. Il a dû se plier aux exigences du Gouverneur. Cependant, il veut ainsi s’assurer lui-même de la sécurité des hôtes dans la grande salle du bal. Il revêt son plus bel uniforme de l’armée. Un loup de velour noir trône sur le lit lorsqu’il entend son holocom. Sortant l’appareil, le capitaine presse le bouton et l’image d’un homme apparait. Son importante corpulence se voit sous son armure intégrale. Un masque de métal cache les traits de son visage.

« Excellence, salut Malavai.
- Capitaine, je voulais vous féliciter pour les dernières informations que vous avez récoltez.
- Je suis ravi qu’elles vous soient parvenues en temps et en heure, seigneur.
- Vous êtes efficace, capitaine. J’aurai aimé vous voir personnellement mais d’autres affaires m’attendent sur Dromund Kaas.
- Je ne fais que mon devoir, Seigneur Baras.
- Comment se présente la petite fête de Darth Lachris ?
- La sécurité est ma priorité, avant tout, Excellence.
- Humm…A voir votre visage, vous ne semblez pas enchantez de partager les fantaisies du gouverneur. »

Le visage sans émotion de Malavai ne laisse rien entrevoir mais ses yeux reflètent ses intentions profondes. Même à travers l’holocom, le Sith décèle ce qui le préoccupe.

« Je ne vous cacherais pas, Excellence…Que l’idée de Darth Lachris pourrait nous mettre tous en danger.
- Bah. Ses fantaisies n’entravent en rien sa fonction de gouverneur. Je dois admettre que si j’étais venu à cette petite fête, j’aurais pu me fondre dans le décor sans costume. »

Darth Baras rit d’une voix grave.

« Bon, je dois recevoir mes futurs apprentis. Restez sur vos gardes, capitaine. Mais vous avez ma permission de vous détendre un peu.
- Bien, Excellence. »

La communication se coupe, l’officier range l’holocom. Un soupir s’échappe de ses lèvres. Il ne doit pas relâcher son attention, se préparer à toute éventualité. Le devoir primordiale d’un officier Impérial. Sortant de ses appartements, ses pas le conduisent dans la salle de surveillance. Il donne les dernières directives avec d’autres sous-officiers avant de se rendre dans la salle du banquet.

Les tons rouge striés d’or et d’orange se mêlent aux armoiries de l’Empire. Un immense buffet se dresse au fond, débordant de plats raffinés servies par des droïdes. Une douce mélopée s’élève pour entrainer les hôtes sur la piste de danse. L’illusion d’une paix embaume ses lieux, tandis que la guerre fait rage dehors.

Le visage couvert du loup, Malavai entre dans la salle de bal et se mêle aux hôtes. Il s’assure auprès des différents gardes postés que tout se passait bien. Puis il se poste sur l’une des balustrades en hauteur afin d’avoir une vision d’ensemble de la fête. Rien ne devait lui échapper. Les délégations des entreprises discutent de vive voix avec des Hutts, plusieurs danseurs tournoient au centre de la pièce dans une sorte de danse rythmique venant de la planète Iridonia.

Derrière son masque, les yeux du capitaine scrute chaque personne, cherchant le moindre détail pour peut révéler les vraies intentions de l’individu. Il était tellement concentré qu’il ne vit pas quelqu’un l’approcher doucement.

« Capitaine Quinn. Toujours aussi professionnalisme à ce que je vois. »

L’officier se tourne vers la femme qui ôte son masque. Les yeux rouges et les veines noires sur son visage montrent son appartenance au côté obscure de la Force. Malavai s’incline en la reconnaissant.

« Gouverneur. C’est mon devoir de veiller à la sécurité de nos hôtes et celle de Sobrik.
- Et comme toujours, vous la remplissez avec humilité, répond la Sith. Mais il me semble que je vous avais donné d’autres directives.
- Excellence, je me dois d’assurer d’abord que tout va bien…avant… »

Malavai bute sur ses mots, il essaye de se reprendre mais Darth Lachris le prit en défaut.

« Avant de vous détendre ? Capitaine, vos états de services sont excellents. Beaucoup vous tiennent compte de cette bavure à la bataille de Druckenwel. Cependant, je ne ferme pas les yeux sur vos exploits. C’est grâce à vous que nous avons repris ses plaines.
- Les rebelles ont commis une erreur. Je ne l’ai fait que l’exploiter.
- Toujours aussi humble. Capitaine, si vous continuez de vous conduire ainsi pendant cette fête, je vais devoir sévir.
-...Excellence.

Darth Lachris s’approche de l’officier et plonge son regard dans le sien.

« C’est un ordre, capitaine. Allez-vous détendre et profitez des festivités. De plus, je suis sûr que de nombreuses dames ici présentes rêvent de vous avoir comme partenaire de danse. Demain, vous pourrez reprendre ce masque militaire mais ce soir, c’est hors de question….Et ne m’obligez pas à user de la Force. »

Le Gouverneur rit doucement avant de s’éloigner du capitaine muet. Il n’avait guère le choix, si c’est un ordre de s’amuser…Malavai soupire intérieurement. Il avait foi en la doctrine des Sith, respectant les préceptes de l’Empire. La fête se déroule bien, alors autant en profiter pour relâcher un peu la pression. Cédant à l’ordre du gouverneur, Malavai descend les marches pour rejoindre les convives.

Tous s’amusent, oubliant les soucis de la guerre. Les rires se mêlent aux tintements de verres. Les dames virevoltent au centre de la pièce telle des papillons aux multiples couleurs. Malavai prit un verre de Savareen Brandy et se cale contre un pilier. Echanger avec autrui est difficile, sauf quand il s’agit d’affaires militaires ou torturer des gens. C’était bien différent des discutions frivoles des invités. Son regard se porte les dames présentes. Hormis les femelles aliens qu’il n’appréciait pas vraiment, des dames de haut prestige accompagnent des diplomates ou des nobles impériaux. Il se demande si Darth Lachris ne s’était pas moqué un peu de lui.

Dégustant sa liqueur, Malavai observe les personnes quand ses yeux bleus rencontrent deux orbes d’un vert clair étrange. Le capitaine vit de l’autre côté de la pièce trois personnes discutant entre elles : une Twi’lek dont les Lekku dépasse son masque. Elle rit aux propos tenus par une Zabrak à la peau marron. La dernière personne plaisante aussi mais son regard est porté sur Malavai.

Une jeune humaine aux premiers abords, vêtue d’une longue robe noire parsemé de brillant violacé en bas et sur le bustier. De longs gants noirs tenus sur le biceps par un anneau violet. Ses cheveux bruns sont relevés en deux chignons où des rubans noir et violets s’entrecroisent dans les mèches. Un masque noir où un rideau de perles noires cache en partie son nez et sa bouche. Ses yeux d’un vert clair envoutant ne se détachent pas du regard bleu du capitaine.

Beaucoup de femmes présentes sont de grande beauté, toutefois cette dame dégage quelque chose qui ne laisse pas indifférent Malavai. La jeune femme s’excuse auprès de ses compagnes avant d’avancer lentement en direction de l’officier. Il remercie son masque qui cache son malaise. Elle avance vers lui, comme flottant sur le sol.

A mi-parcours, l’inconnue s’arrête et prit un verre tendu par un droïde. Elle se tint droite contre un pilier, savourant la liqueur. Cependant elle toujours Malavai qui se demande à quoi elle jouait. Devait-il faire un pas vers elle et l’aborder ? Puis il sent qu’on l’observe d’ailleurs. Rompant le contact visuel avec la jeune inconnue, le capitaine fait face à un regard rougeoyant qu’il reconnut aussitôt.

Darth Lachris au milieu de plusieurs représentants d’entreprises, discute sur les détails de futures opérations. Néanmoins, elle regarde le capitaine. D’un bref hochement de tête, elle l’incite à agir. Malavai su qu’il n’avait pas le choix, ou bien il aurait droit aux foudres de la Sith….Dans le sens propre du terme. Il vide son verre et le donne à un droïde, avant de rejoindre la jeune femme.

Elle ne bouge pas, son regard toujours braqué vers l’officier. Il s’arrête juste à un mètre d’elle. Ses prunelles vacillent, tremblante d’émotion. Son masque cache ses joues rosies. Il ne sut si elle était troublée comme lui. A présent qu’il l’eu rejoint, Malavai reste muet, ne sachant quoi lui dire.

Les musiciens jouèrent les premières notes d’une valse. Plusieurs hommes invitent des dames à prendre part à cette danse. Une opportunité pour faire un premier pas vers l’inconnue. Malavai s’incline devant elle avant de lui tendre la main.

« M’accordez-vous cette danse ? »

La jeune femme sourit derrière son masque, ravie que sa patiente soit récompensée. Elle tend son verre à un droïde, puis fait face au capitaine avant de s’incliner à son tour.

« Avec plaisir. »

La voix est douce, calme, légèrement tremblante. Elle dépose sa main sur celle du capitaine. Ils s’avancent sur la piste, rejoignant les autres couples. Un cercle se forme, les femmes sur l’intérieur et les hommes sur l’extérieur. C’était une danse traditionnelle de la cour d’Alderaan aux mouvements particuliers. Chaque partenaire doit regarder l’autre dans les yeux sans se toucher et suivre le rythme de la musique.

Malavai et la jeune femme se prêtent à ce jeu de regard. Ils se rapprochent de l’un et de l’autre en se frôlant légèrement. Le capitaine est troublé tout comme sa partenaire. Tournoyant au cœur de la musique, il n’est plus l’officier militaire qu’il est. Il est un homme, charmé par le regard envoutant d’une magnifique jeune femme.

Cette danse sans contact dure un moment avant que les musiciens ne changent de rythme, indiquant que les partenaires peuvent se toucher. Malavai prend l’une des mains de la jeune femme et pose l’autre sur sa hanche. Il la sent frissonner à ce contact. Sa main gantée de noire se pose sur l’épaule du capitaine. Leurs yeux plongent dans celui de l’autre. Au son de la valse, ils suivent les autres danseurs dans un ballet de couleur. Les minutes s’écoulent mais le temps s’est figé autour des deux personnes.

Puis la musique fait place au silence avant que de nouvelles notes s’élèvent. La plupart des danseurs s’arrêtent et se retirent. Malavai cesse la danse mais tient toujours la jeune femme contre lui. Cette dernière a le regard tremblant, puis quelque chose attire son attention. Le capitaine regarde dans la même direction et vit une personne faire signe à l’inconnue.

La jeune femme s’écarte et s’incline devant le capitaine avant de tourner les talons. Sa main fut attrapée par celle de Malavai. Elle se retourne vers lui, surprise. L’officier hésite un moment, puis il trouve enfin le courage de lui parler.

« Je voudrais vous revoir plus tard…Si vous le voulez bien.
-…Ce sera avec plaisir, répond la jeune femme d’une voix hésitante. Je vous prie de m’excusez. »

L’inconnue se courbe de nouveau avant d’aller rejoindre son amie. Malavai l’observe s’éloigner avant de se diriger vers le buffet. Il tente de ne pas perdre de vue la jeune femme, mais plusieurs personnes passent devant son champ de vision. Puis quelqu’un lui tend un verre, il fit face à Darth Lachris. Sous son masque, la Sith esquisse un sourire.

« Je savais bien que vous étiez un excellent danseur, capitaine…Et vous semblez avoir aussi bon goût. »

Malavai ne répond pas mais accepte le verre du gouverneur. Cependant, il regrette une chose : il aurait aimé savoir le nom de cette inconnue. Il espère le connaitre avant la fin de la soirée.

Dans les couloirs menant aux pièces d’eau, l’inconnue escortée d’une autre femme arrivent aux toilettes. S’assurant d’être seules et de ne pas être déranger, elles ôtent leurs masques. L’amie de l’inconnue est une Cyborg. Quelques circuits électriques ressortent sur le tour de son œil et de sa joue gauche. Ses cheveux bruns remontés avec un bandeau tiré à l’arrière. Ses yeux marron se tournent vers l’inconnue.

« Bon, on est dans les temps. Mais j’ai bien cru que tu allais danser toute la nuit avec ce type.
- Voyons, tu me connais Mako, répond la jeune femme alors qu’elle ôte son bustier, révélant d’autres vêtements en dessous. Quand on est en mission, c’est notre priorité absolue. On prendra du bon temps quand ça sera terminé.
- Pourtant…Tu as les joues rouges, Absya. Il ne t’a pas laissé indifférente.
- Cesse de raconter des conneries, désavoue la dénommé Absya. C’est l’alcool qui fait effet.
- Mouais. Bon, Camaxtli vint de me contacter. Tout est en place.
- Alors à moi de jouer.

Absya termine de se déshabiller, révélant une tenue noir moulante sous sa robe. Elle réajuste une sorte de veste noire aux épaules découvertes. Un short moulant accroché à des jambières et des bottes noires. Mako lui tend un oculaire holographique qu’elle fixe à son oreille. Il est temps de passer à la phase B de leur mission…

Soulofneant's Avatar


Soulofneant
10.07.2013 , 01:22 AM | #2
Chapitre 2

La fête bat son plein, certains invités se laissent emporter par l'euphorie et l'ivresse. Appuyé sur la rambarde d'une balustrade, Malavai cherche du regard la mystérieuse inconnue, espérant pouvoir lui demander son nom. Des convives se retirent, fatigués du long trajet les menant sur Balmorra. D'autres sont raccompagnés dans leurs quartiers ayant trop abusé de l'alcool.

Les yeux bleus du capitaine scrutent chaque recoin de la pièce mais aucune trace de la jeune femme. S'est-elle retirée pour se reposer ? Ses doigts tapotent rapidement le marbre de la rambarde. Il se surprend lui-même de ce geste de nervosité. Il avait déjà fréquenté la gente féminine mais c'était purement sur le plan professionnel. Peut-être une ou deux aventures durant les rares permissions qu'il s'était octroyées. Mais cette attitude ne lui ressemble pas. Malavai se décide à rejoindre le bas de la salle quand un sous-officier vient à sa rencontre.

« Capitaine, pardon de vous déranger. L'un de nos opérateurs a repéré quelque chose d'étrange sur les moniteurs.
- D'étrange ? Comment ça ?
- Oh, cela ressemble à un léger bug du système. C'est habituel depuis la dernière attaque. Mais vu que vous avez ordonné de vous prévenir dès la moindre chose suspecte…
- Je viens ! »

Le visage froid et hautain militaire reprend sa place. Malavai suit rapidement le sous-officier jusqu'à la salle de surveillance. Ôtant son masque, il s'approche des opérateurs informatiques qui pianotent sur les claviers, fixant les écrans devant eux.

« Que se passe-t-il ? Demande d'un ton autoritaire Malavai.
- On a reçu un étrange signal. Cela revient de manière régulière mais ça ne touche pas notre base de données. Il s'agit probablement d'un bug, rien de grave.
- Vérifiez ! Ordonne le capitaine. Rien ne doit être laissé au hasard. »

Les impériaux obéissent, ils tracent le signal sur leur moniteur. Les bras croisés dans le dos, Malavai scrute les écrans. Un pressentiment naît en lui…comme si un coup fourré allait survenir. L'un des opérateurs réussit à pister le signal. Mais au moment où il va déterminer ce que c'est, tous les écrans de la salle de surveillance émettent de la neige d'une couleur verte. Les systèmes s'emballent d'un coup alors que sur les moniteurs, quelque chose se déplace. Cela ressemble à une sorte de petit être vert avec des ailes de papillon. La chose s'immobilise sur l'écran principal. Ses yeux complètement noirs fixent les personnes présentes dans la pièce. Un rire cristallin émane de l'être virtuel.

Les opérateurs essayent de réagir vite, mais c'est trop tard. Les systèmes sont complètement hors de contrôle. Malavai déclenche le signal d'alarme qui résonne dans tout le bâtiment et dans Sobrik. Ses ordres sont d'arrêter quiconque est suspect sans le tuer. Le capitaine a pressenti que cette soirée n'allait pas bien se passer, il ne s'est pas trompé. Alors qu'il donne ses directives, s'apprêtant à prévenir le gouverneur, un soldat impérial vient le trouver…

Dans l'un des étages supérieurs du bâtiment, Absya s'affaire devant un panneau électrique avec un bloc de données. A ses côtés, Mako guette armée d'un blaster. A leurs pieds gisent les corps de deux soldats impériaux qui se trouvaient par hasard dans le couloir. La mort a été rapide et en silence. La jeune femme aux yeux vert clair termine de transférer un virus qui ira chambouler tous les systèmes des impériaux. Ce qui lui permettra de pirater leurs bases de données. La jeune Cyborg est anxieuse, regardant sa montre.

« T'as bientôt fini ?
- J'y suis presque. Tu devrais savoir que pirater le système impérial n'est pas de tout repos.
- Je sais, mais il faut qu'on se dépêche avant que le groupe ne donne l'assaut.
- …J'ai fini. »

Absya débranche son bloc de données et range le précieux appareil sur elle. Les deux femmes se dirigent vers le lieu de rendez-vous quand leurs oculaires holographiques affichent un appel d'urgence. Elles pressent le bouton sur le côté et entendent des grésillements avant de distinguer une voix masculine.

« Les filles ! La mission est annulée ! Barrez-vous d'ici et vite !
- Camaxtli ! Reconnaît Mako. Mais que…
- Pas le temps, ma belle ! On a été trahis ! Le groupe chargé de l'intervention vient de se faire alpaguer avant de donner l'assaut.
- Trahis ? Demande Absya, interloquée. Mais par qui ?
- Je ne sais pas ! On se retrouve au hangar de Sundari. Absinthe, veille sur Mako.
- Entendu, on te rejoint au plus vite. J'ai les données de toute façon. »

Les deux femmes coupent la communication et se précipitent dans le couloir, en direction d'une sortie secrète. Arrivée à un croisement, Absya agrippe Mako et la tire en arrière, lui évitant un tir de blaster. Collée contre la paroi, la jeune femme prend son arme, puis elle sort de sa planque et tire plusieurs fois. Elle entend au loin deux corps s'écrouler. Vérifiant que les deux impériaux sont morts, elle fait signe à Mako de passer devant et d'être plus prudente.

Des soldats courent à leurs trousses alors qu'elles arrivent dans un conduit d'aération. Mako ouvre la grille et va pour s'engager quand elle voit Absya regarder derrière elle. La Cyborg comprend ses intentions.

« Absya ! Non.
- Pars devant, je te rattrape. Et prends le bloc de données. Tu diras à la résistance qu'ils vont nous devoir un gros bonus pour la bavure qui vient de se produire.
- Tu leur diras toi-même ! La sortie n'est pas loin.
- Ils vont nous rattraper et je veux savoir qui nous as trahis. Pars devant ! »

Le ton est sans appel. Absya tend le moniteur à Mako qui le prend. Elle n'est pas ravie de devoir fuir seule. La Cyborg disparaît dans le conduit alors que l'humaine referme la trappe derrière elle. Elle sort une petite boule de métal avec un déclencheur sur le dessus. Les ombres des impériaux se dessinent sur les murs alors qu'ils s'approchent de sa position. Absya esquisse un sourire.

« Allez, venez ici petits toutous. J'ai un cadeau pour vous. »

Elle enclenche le détonateur et le lance en direction du groupe au détour du couloir. Les soldats lèvent leurs armes vers elle quand ils voient la boule arriver à leurs pieds. Avec horreur, ils comprennent trop tard ce que c'est. Une violente explosion se déclenche, tuant quasiment tout le groupe. Absya se protège puis une fois le danger passé, elle court, enjambant les corps des impériaux. Certains ont perdu des membres, les murs du couloir sont teints d'un rouge sombre. Le temps est compté, Absya doit démasquer le traître…

La réaction de Malavai ne se fait pas attendre. Le soldat lui confie qu'un homme est venu trouver les Impériaux, les prévenant d'une attaque menée par les rebelles aux abords du spatioport. Le plus gros des troupes est dépêché sur place ainsi que des escouades vers les quartiers des hôtes. Sa réaction rapide est payante car la quasi-totalité des rebelles sont capturés. Certains ont tenté une attaque suicide, emportant quelques impériaux dans la mort.

Dans la salle de surveillance, les opérateurs n'arrivent pas à contrer l'attaque virale informatique. Ils doivent faire appel à un agent des services secrets pour en venir à bout. Les Forces de l'Empire sont aveuglées mais cela n'arrête pas Malavai. Il ordonne à des groupes de fouiller chaque parcelle du bâtiment et de Sobrik pour trouver les autres rebelles.

S'armant lui-même d'un blaster, le capitaine mène une escouade vers les étages supérieurs. Le bruit de l'explosion du secteur sud les interpelle. Malavai ordonne à deux éclaireurs de partir devant et de l'informer par intercom. Les deux soldats partent tandis que les autres forment un périmètre de sécurité, fouillant chaque pièce du couloir.

Malavai entre dans l'une d'elle, scrutant chaque recoin sombre. La porte automatique se referme derrière lui alors qu'il avance dans la salle. Puis des bruits de blasters fusent de l'autre côté de la porte. Il va pour l'ouvrir quand une nouvelle déflagration retentit juste derrière. La porte résiste à l'impact. Plusieurs secondes s'écoulent où Malavai n'entend que le silence de l'autre côté. Il essaye de communiquer par intercom avec ses hommes mais nul ne lui répond.

Armant son blaster, le capitaine sort de la pièce, pointant son arme autour de lui. Les corps de ses soldats gisent dans leur sang au sol. Tous morts et aucune trace d'un adversaire. Avec prudence, il s'avance dans la direction qu'avaient prise les éclaireurs. Il ne fait que quelques pas quand un canon se pose derrière sa tête. Maudissant son manque de prudence, il garde son calme.

« Pas un geste, Impérial. Lève doucement les mains et donne-moi ton arme. »

La voix est féminine et familière. Le ton marque une grande assurance et le calme de la personne. A contre cœur, Malavai obéit et lève doucement les mains. L'ennemi lui prend son arme, maintenant le canon du blaster contre sa nuque.

« Je n'ai qu'une seule question à te poser et suivant ta réponse, je verrais si je t'épargne, lance l'inconnue. Qui a lâché le morceau ?
- Tu crois que je vais te répondre rebelle, répond d'un ton calme le capitaine.
- Ne me mélange pas avec la racaille de cette planète. Je suis sûre que l'un d'eux a mouillé son froc et a craché le morceau pour avoir la vie sauve…Je veux savoir qui.
- A quoi cela t'avancera ? Tu n'as aucun moyen de t'échapper. Le bâtiment est bouclé.
- Oh, rassure-toi. J'ai des ressources.
-…Et moi aussi. »

Sur ses mots, Malavai se baisse et réussit à attraper l'arme de l'ennemi. Ce dernier surpris, accompagne le mouvement pour asséner un coup de pied. Le capitaine pare le coup et réussit à arracher le blaster. Ils se retrouvent face à face, le canon de chacun braqué sur l'autre…Leurs yeux s'écarquillent.

Même sans les masques, ils n'ont pas oublié le regard de l'un et de l'autre. Absya est déstabilisée en reconnaissant l'homme avec qui elle avait dansé. Malavai retrouve les yeux envoûtants de la jeune inconnue…Jamais il n'aurait pensé qu'elle était une terroriste. Les apparences sont bien trompeuses. Le capitaine serre son blaster dans sa main, son visage déterminé. Ce n'est pas le cas d'Absya, l'assurance laisse place à un trouble profond. La main tenant le blaster tremble légèrement.

« De tous les Impériaux, j'aurais aimé ne pas te croiser. »

La voix d'Absya révèle de la tristesse, ce qui surprend Malavai. Mais il ne peut poser davantage de questions car des bruits de pas viennent dans leur direction. Se reprenant, Absya effectue un saut arrière, ses jambes frappent le capitaine au visage et sa main. Il lâche le blaster récupéré par la jeune femme. Sans perdre son élan, elle court dans la direction des pas. Des salves de tirs retentissent alors que Malavai se reprend. Il fonce à la poursuite de la jeune femme et découvre des soldats impériaux morts. D'autres ayant échappé à la mort, partent à la poursuite de la fuyarde.

« Je la veux vivante ! Ordonne le capitaine à un soldat qui allait lever son arme vers l'ennemie.
- Mais monsieur…
- C'est un ordre !
- Oui capitaine ! »

Les soldats saisissent leurs armes neutralisantes et poursuivent Absya. Malavai les regarde s'éloigner, il repense au changement d'attitude de la jeune femme quand elle l'a reconnu. C'est étrange. Chassant ces pensées, il regagne les étages inférieurs pour donner de nouveaux ordres…

Mako réussit à sortir de Sobrik sans encombre. Serrant le précieux bloc de données contre elle, la Cyborg court afin de s'éloigner de la capitale impériale. Le bruit d'un speeder vient à ses oreilles. Elle se cache derrière un rocher, s'apprêtant à abattre la personne. L'appareil s'arrête à quelques mètres et un bip familier retentit à son oculaire holographique. Elle sort de sa cachette et est rassurée de voir un visage familier. Un Sith de sang pur à la peau d'un rouge foncé, plusieurs appendices au niveau du visage. Son crâne est chauve et ses yeux dorés reflètent le soulagement de voir la Cyborg en vie.

« Camaxtli ! Lance Mako en se précipitant vers son compagnon.
- Je t'ai repérée avec le signal. Mais celui d'Absya se trouve toujours à Sobrik. Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Elle a voulu trouver celui qui nous a balancé. J'ai essayé de la contacter mais elle a bloqué les appels.
- Bon sang ! Aussi tête brûlée que je le craignais.
- J'ai le bloc de données mais…Qu'est-ce qu'on fait ? »

Une mine sombre se dessine sur le visage du chasseur de primes. Son regard se porte sur la cité impériale. Il commence à cerner le caractère d'Absya et sait qu'elle n'aime pas les entourloupes de ce style. Cependant, il n'a pas le choix, il a une mission à remplir.

« On doit retourner au QG des rebelles. Espérons qu'elle trouve un moyen de nous contacter…Et si elle est capturée, il faut espérer qu'elle connaisse une mort rapide. »

Mako émit un gémissement d'effroi, de fines larmes coulent de ses yeux. Camaxtli la prend dans ses bras, essayant de la réconforter. Ce n'est pas la première fois qu'ils font des missions avec Absya. Le hasard a fait que leurs routes se sont croisées à nouveau sur Balmorra. Il ne peut rien faire, pas avant d'avoir eu des explications venant de leur employeur. Si Absya y laisse la vie, il a la ferme intention de la venger à sa manière…

Le calme revient peu à peu à Sobrik. Les derniers rebelles sont capturés et emmenés en centre de détention. Malavai donne les dernières instructions à ses hommes et écoute les rapports des sous-officiers. L'assaut des rebelles a été contré en grande partie mais des chasseurs de primes étaient dans leurs rangs car certains hôtes ont été retrouvés morts dans leurs quartiers. L'attaque a été bien préparée, même trop…

Le capitaine sait qu'il y a eu une faille : l'idée saugrenue de faire cette fête. Il doit faire son rapport au gouverneur. Aucune trace de la jeune femme, les soldats ne réussissent pas à mettre la main sur elle. Contenant sa rage, Malavai retourne vers la salle de surveillance où l'agent des services secrets continue de contrer le hackage.

« Ou en est-on ? Demande d'un ton sec le capitaine.
- La majorité des données ont été infectées et presque 70% du système a été détruit. J'ai pu ralentir la progression et faire une sauvegarde mais tous les fichiers les plus importants sont perdus. Apparemment, le pirate a eu le temps de faire une copie du système avant de lancer sa destruction. »

Malavai frappe du poing sur la table devant lui. C'est un échec, il doit l'assumer. Inspirant profondément, le capitaine reprend son masque inflexible. Une seule option reste à envisager pour réparer cette erreur : capturer la terroriste en vie et récupérer ce qu'elle a volé. Car il est certain que c'est elle la responsable. Pour quelle raison était-elle dans le bâtiment sinon ? Plongé dans ses pensées, l'officier fut interpellé par un soldat.

« Monsieur, le gouverneur souhaite vous voir immédiatement.
- Très bien, je la rejoins à son bureau.
- Ce…Ce n'est pas à son bureau que vous devez vous rendre, mais au secteur Est. »

Malavai hausse un sourcil avant de se diriger vers la direction indiquée. Il se demande ce que Darth Lachris fait là-bas avant de se souvenir que la personne ayant averti de l'attaque s'y trouve. Le gouverneur a peut-être souhaité discuter avec elle pour avoir plus d'informations. Il entre dans une grande pièce servant de salon et voit la Sith de dos. Plus loin, l'informateur est avachi sur un fauteuil…Mort. D'autres corps de soldats inertes sont aussi présents.

« Ah, capitaine, dit le gouverneur en se tournant vers l'officier. Comme vous le voyez, celui qui a voulu nous prévenir de l'attaque n'a plus la force de parler.
- Que s'est-il passé ?
- Vous lui demanderez à elle. »

Darth Lachris fait un pas de côté, révélant derrière elle la jeune femme allongée au sol, inconsciente. Visiblement, elle a subi les foudres de la Force. Malavai cache sa surprise que la terroriste ait croisé la route du seigneur noir. Il devine cependant de quelle main est mort le mouchard.

« Dommage, soupire Darth Lachris. Les belles roses ont parfois des épines acérées. Je veux un rapport détaillé de cette attaque et ce qu'elle visait. Quand à cette…demoiselle. Ne succombez pas à ses charmes, capitaine.
- Soyez sans crainte, rassure Malavai. La seule chose à laquelle elle succombera, c'est à la torture.
-…Je vous reconnais bien là, ricane le gouverneur. Mais ne l'achevez pas tout de suite. Prenons notre temps pour la faire parler. Je veux savoir qui elle est…Vous aussi, vous mourez d'envie de le savoir. »

Malavai s'incline devant le seigneur Sith qui se retire. Le capitaine s'approche de la jeune femme, puis il ordonne à deux soldats de l'emmener en détention. Le temps des réponses est venu…