Please upgrade your browser for the best possible experience.

Chrome Firefox Internet Explorer
×

Le clan Endac

Contevent's Avatar


Contevent
04.05.2012 , 05:05 AM | #1
Aul'Nadek Endac
«*L'univers est trop grand pour moi. La Force, la guerre, la politique, tout ça me dépasse. Tout ce que je peux faire, c'est protéger ma famille.*»

Thème musical

Chapitre 1: La jeunesse d'un tueur. [-32 à -4 avTC]

Humain, né sur la bordure extérieur juste avant la guerre, Aul'Nadek a toujours été doté d'un instinct redoutable, mais son manque d'ambition l'amena à rester dans l'ombre et la modestie pendant une longue période de temps.
Ayant grandit en réfugié fuyant l'invasion de l'empire, sautant de spatioport en spatioport, ses parents finirent par s'installer sous la protection d'un baron du crime local en échange d'argent. Étant pauvre, ils donnèrent leur fils, âgé de huit ans, au criminel. Ce geste d'apparence cruel était en réalité la meilleure chance de survie d'Aul'Nadek.
Il ne fut pas entrainé, mais s'entraina tout seul. S'il voulait rester dans les faveurs du Baron, il devait savoir se rendre utile, voir indispensable, avant qu'on ne le lui demande. Il apprit à voler, mentir, menacer, battre, mais également une sorte de code d'honneur, d'éthique imposé à lui par ses compagnons. Ces derniers étaient pour la plupart des déserteurs de la république, et ils prirent part à l'éducation du jeune Aul.

Mais Aul avait également apprit à durcir son cœur, au point que rare étaient ceux à se douter qu'il en eu jamais un. Il commit son premier meurtre à 15 ans, exécutant une Zabrac de son age sur ordre du Baron. Il cacha sa douleur sous un professionnalisme naissant, se détachant de ses actes pour ne pas avoir à les affronter, et cela fit de lui le candidat idéal pour les troupes de choc du baron. Ce dernier arrivait tant bien que mal à faire son beurre malgré la guerre, trop insignifiant pour se faire remarquer dans le chaos. Cependant, il livrait une guerre sans merci à ses rivaux, recourant à des méthodes de plus en plus extrêmes pour garder le peu d'avance qu'il avait.
Les assauts chez ses concurrents étaient brutaux, violents et efficaces, mais même cela ne suffisait pas, car d'autres prenaient la place des prédécesseurs, redoublant d'ambition. Pour assoir sa domination, le Baron s'introduisit dans le commerce d'esclaves, devenant un ''Cueilleur'', le terme désignant ceux qui volent des esclaves aux autres pour les vendre eux même. Efficace, profitable, mais nécessitant des opérations soigneusement planifiée.
Aul faisait partit du groupe d'intervention, doué comme pas deux avec un blaster, n'hésitant jamais une seconde à tuer si on lui en donnai l'ordre. Il eu sa petite réputation, mais restait dans l'ombre de plus doué, ou de plus vantards, que lui.

A l'approche de sa trentaine, Aul était devenu un homme de main redouté. Son blaster avait tué plus d'un adversaire du baron, mais également plusieurs prétendant qui cherchaient à prendre sa place. Il était devenu instructeur, chargé de former les nouvelles recrues du groupe d'intervention, et il le faisait sans ménagement. Mais à part cette vie de tuerie et de crédit, il n'avait rien.
Et c'est pourquoi l'incident de la station 82 le bouleversa tellement.


Chapitre 2: La station 82 [-4 avTc]

Le Baron était devenu paranoïaque et mégalomane, rien de bien surprenant. Cependant, ses ordres étaient devenu fantasques, voir irréalistes. Il exécuta lui même plusieurs de ses employés, les accusant de trahison, ou pour une quelconque excuse. Aul'Nadek avait été épargné, étant le plus souvent en mission avec sa troupe qu'à la base à risquer la mort à chaque fois qu'il s'approchait des appartements du Baron.
Ces missions devenaient elles même plus dangereuses, plus osés, mais bien plus profitable. Dans le plus grand secret, ils avaient commencé à attaquer les colonies de l'Empire. Ils frappaient vite, sans laisser de trace ni de témoin, puis vendaient les esclaves via la station 82 situé en territoire républicain. Pendant des années, cela fonctionna. Jusqu'à l'incident.

Aul'Nadek venait tout juste de livrer la dernière moisson d'esclave quand toutes les alarmes de la stations se mirent à hurler. Se regardant dans les yeux, tout les membres du groupe d'intervention eurent le même regard sans surprise. Ils savaient que ce jour arriveraient et ils savaient ce qu'ils avaient à faire.
Chacun pour soi.
Aul bondit vers les hangars à vaisseaux alors que les criminels de la stations en étaient
encore à se demander ce qui se passait, un instant d'hésitation qui les tueraient de façon certaine. Il abattit froidement un technicien qui travaillait sur une navette de transport spatial et se jeta à l'intérieur avec la même urgence que s'il plongeait à couvert pour échapper à une grenade. Se mettant aux commandes, il fit péniblement se soulever la navette et s'engouffra dans l'espace.
De l'extérieur, il put voir ses soupçons confirmés alors que des croiseurs de l'empire sortaient de l'hyperespace et déchargeaient leurs canons sur la station. Ce jour devait arriver, tout ce qu'il pouvait espérer maintenant, c'était en réchapper vivant.

Mais alors qu'il entrait des coordonnés dans l'ordinateur de bord, un bruit le fit retourner subitement. Devant lui, une rattataki, la peau pâle, les tatouages bleu, 6 ans peut être 8, les yeux plein d'effrois. En d'autre circonstances, Aul ne lui aurai pas accordé la moindre attention avant d'être en hyperespace, mais en cet instant il la reconnu. C'était lui qui l'avait volé quelques heures plus tôt à une colonie de l'Empire. Elle ne pouvait le reconnaître, il avait gardé son casque durant toute l'opération, mais lui la reconnaissait parfaitement. Quelque chose se brisa en lui devant l'innocence bafouée de cette jeune fille.
Puis les chasseurs détruisirent son moteur droit.

Ramené à la réalité, Aul'Nadek regarda les senseurs seulement pour réaliser que la fuite n'était plus une option. Les chasseurs de l'Empire étaient déterminé à ne laisser aucun survivant s'échapper, ce qui ne laissait qu'une seule véritable solution. La station orbitait autour de la lune ex pénitentiaire Keno, couverte d'une jungle épaisse et d'une faune sauvage très dangereuse. Aucun colon ne s'y installait, et les criminels y envoyaient leurs victimes pour le sport. Mais maintenant, cette lune infernal était leurs... SA seule chance de survie.
Sans arme, sans bouclier, et avec deux moteurs en état de marche, Aul esquiva les chasseurs comme il put, encaissant de sérieux coups, mais tenant la distance suffisamment longtemps pour entrer dans l'atmosphère de la lune.
Et ils s'y écrasèrent.


Chapitre 3: Vivre et survivre [-4 avTc à 8 apTC]

La première chose que ressentie Aul lors de son réveil, ce fut le froid et l'humidité. Il eu du mal à se rappeler pourquoi il était la. Dans ses souvenirs, il n'avait pas eu la moindre chance de survie alors que sa navette s'était enfoncé dans la jungle, arrachant tout sur son passage. Il se souvenait distinctement ce bruit atroce du craquement de ses os, et pourtant il ne ressentait pas la moindre douleur.
Quand il ouvrit les yeux, il vit l'obscurité d'une grotte, et au loin vers la lumière, des arbres et de la verdure. C'est quand il essaya de bouger qu'il sut pourquoi il n'avait pas mal. Dans l'accident, toute la partie droite de son corps avait été paralysée, insensibilisée. Il n'avait plus le contrôle de la moitié de son corps.
Le choc fut si fort et si profond qu'il n'arriva pas à aligner deux pensées cohérentes, se laissant tomber sur le dos. Il allait mourir... Mais... pourquoi n'était il pas déjà mort?
Regardant à ses coté il vit la jeune Rattaka, endormie profondément dans ses vêtements trempés de sang et déchirés. Aul se rendit alors compte que ses blessures avaient été bandées, que c'était elle qui avait trainée sa carcasse hors du vaisseau écrasé et trouvée cette grotte. Et combien de temps cela avait il duré, combien de temps avait il été inconscient? Lui, il lui avait volé sa vie, et c'était à cause de lui qu'elle allait mourir sur cette planète avant même d'avoir vécu. Et elle lui avait sauvé la vie.

Pour la première fois depuis ses 15 ans, Aul'Nadek pleura.

Quand la rattataki se réveilla, Aul était de nouveau en pierre. Ils se regardèrent intensément tout les deux pendant un long moment sans dire un mot. Le regard de la jeune fille était emplit de peur, mais les traits de son visage traduisait également une grande faim.

«*Dans l'épave du vaisseau, sous le siège du pilote, il y a un compartiment. Dedans il doit y avoir des vivres et des armes. …. …. Qu'est-ce que tu attend?*»

Et ce fut la première chose qu'il lui dit, et la première mission qu'elle accomplie sous sa direction. Il ne lui demanda pas son nom ni donna le sien, n'expliqua pas qu'il était paralysé et totalement dépendant d'elle, ne lui fit aucun chantage. La seule chose qui avait la moindre importance, c'était survivre.
Et Aul'Nadek ne leur donnais pas deux mois.


Sept ans plus tard, les deux survivants étaient encore vivant, et bien vivant.
La Rattataki, qui s'était présentée sous le nom de Aurhinahel, ou tout simplement Auri, s'était avéré d'une efficacité remarquable pour son age. Sous la direction et l'entrainement de l'ex guerrier, elle avait apprit à se déplacer sans se faire remarquer, à faire attention au moindre bruit, à faire confiance à son instinct et à savoir abandonner quand la mission était trop risqué, quitte à ne pas manger pendant deux jours.
Aul'Nadek ne pouvait se déplacer correctement et n'était jamais sortit de la grotte. Mais il l'avait aménagé avec le temps, camouflant son entrée, explorant chaque recoin à l'intérieur, fabriquant de la main gauche tout se dont ils avaient besoin. Vêtements, outils, bandages pièges, tout, alors qu'Auri était dehors à chasser et à protéger leur petit territoire.
Aucun des deux n'avaient vraiment eux le temps en sept ans de se parler, trop occupé à survivre et à s'installer. Mais même les pires catastrophes ne peuvent empêcher une ado en herbe d'avoir ses propres fantaisies, et Aul'Nadek s'exaspérait de plus en plus de ses ******* alors qu'elle flânait un peu, profitait de la solitude ou explorait de nouveaux territoires. Mais sous sa dureté, il était toujours soulagé de la voir revenir, même blessée, car sur cette planète le danger était très réel.

Au bout de sept ans cependant, les choses changèrent. Les explorations d'Auri l'avait amené vers une incroyable découverte: ils n'étaient pas les seuls sur cette planète! D'autres survivants, plus nombreux, s'étaient organisé en communauté, se servant des restes de leur vaisseau pour construire leur camp de fortune. Auri était toute excitée, mais Aul'Nadek était des plus inquiets. Au vu des descriptions d'Auri, ces vaisseaux portaient la marque des marchands d'esclaves auquel lui même avait fait partie.
Il savait que ce genre d'individu pouvait se révéler au moins aussi dangereux que les monstres de cette planète, surtout s'ils le savaient dans une telle position de faiblesse. Mais il ne pouvait prévenir Auri si ouvertement. Il ne lui avait jamais avoué que c'était lui qui lui avait tout prit, et révéler qu'il savait de quoi ces gens étaient capable ou même les rencontrer ferai éclater le non-dit au grand jour. Et il ne pouvait supporter l'idée d'être hait par elle. Il se contenta d'être détesté.
Car quand il lui interdit d'aller vers eux, elle le détesta. Mais elle n'abandonna pas si facilement, elle insista, menaça, fit tout ce qu'il fallait pour le faire plier et face à son insistance, Aul'Nadek sut qu'il ne saurai la retenir. Il lui fit promettre de garder la position de la caverne secrète, et elle lui promis de continuer à lui envoyer de la nourriture.

Ils se quittèrent ainsi, pour un temps.
L'ex homme de main vivait chaque jour dans l'angoisse et le désespoir. Infirme, il ne pouvait aller protéger Auri, il ne pouvait même pas s'assurer qu'elle allait bien. Ses seuls moments de lumière étaient quand elle lui rendait visite pour lui rapporter de la nourriture. Elle parlait alors, de tout, de combien la vie était meilleur la bas, des garçons, des garces et du confort d'avoir quelqu'un qui surveille votre sommeil.
Aul avait des difficultés à être heureux pour elle étant donné que chaque merveille qu'elle comptait était un coup qu'elle lui portait, car cela rendait de plus en plus évident qu'il ne pouvait plus rien lui offrir. Mais il s'était tue, restant dans son mutisme.

Les années passèrent et Aul'Nadek changea avec les absences d'Auri. Désormais ''libre'' de son éducation, il se focalisa sur son rétablissement. Il était de nouveau seul désormais, et devait être capable de se défendre. Il avait toujours un pistolet laser sur lui, le même sur lequel Auri s'était entrainé sous sa directive, et il recommença à pratiquer.
S'aidant d'une canne, il reprit une forme physique acceptable pour ceux de son age, mais exceptionnelle pour ceux de sa condition. Il arrivait presque à se déplacer sans mal dans la grotte et s'était aventuré plus d'une fois dans la jungle. Auri venait régulièrement, comme toujours, mais à la 9ème année sur cette lune, ce fut lui qui l'invita à partager sa chasse.
La fierté dans le regard d'Auri fut la plus belle chose qu'il vit jamais.
Humans are born, then made.

Contevent's Avatar


Contevent
04.05.2012 , 05:06 AM | #2
Chapitre 4: Le destin reprend ses droits [-8 apTC]

12 ans de survie sur la lune infernale de Keno.
L'enfant esclave était devenu une femme forte et l'infirme un ermite redoutable.
Avec les années qui passaient, l'un et l'autre avaient cultivé leur propre vie. Auri avait cessé de donner de la nourriture à Aul, car celui ci chassait la sienne par ses pièges et sa ruse, et ce malgré son infirmité. Auri vivait en communauté avec les autres, gardant ce qui se passait dans le camps sous un voile de secret, et si Aul'Nadek savait que des choses très durs s'y déroulaient, jamais il ne posa la question.

Cependant, la situation devint trop explosive pour qu'Auri ne puisse se débrouiller seule, et une nuit, elle entra dans la grotte, déjouant les pièges qu'elle connaissait par cœur, et réveilla Aul.
Elle lui expliqua alors que quelque chose de terrible arrivait. Le groupe initial s'était divisé en plusieurs petits clans, chacun vivant en équilibre, même précaire, avec l'autre. Mais l'un des clans, le clan Chacal, le plus violent d'entre eux, menaçait la survit de tous. Un petit miracle s'était produit, des ingénieurs avaient détectés via des senseurs de vaisseaux rafistolé des unités de récupération républicaine dans l'espace, récupérant ce qui restait de la station 82.
Une opportunité unique de s'enfuir était apparu, mais les Chacals ne le voyait pas ainsi. Ils voulaient que tous restent sur cette lune et deviennent aussi sauvage qu'elle. Auri avait réussit à envoyé un signal de détresse, mais les chefs de clans s'étaient accordés pour tuer les arrivants et demeurer à jamais sur cette lune.

[Vous ne comprenez pas grand chose? Vous inquiétez pas, tout sera détaillé dans la section consacrée à Aurhinahel Endac ^^]

Elle était désespérée et elle avait besoin d'aide.

Et Aul la lui fournit.
Auri avait fournit dans son signal de détresse les coordonnés de la grotte d'Aul'Nadek, dont le secret n'avait pas été violé. Le plan était qu'elle ramènerai avec elle toutes les personnes qui ne souhaitait pas rester sur la lune, les guidant au travers des pièges, tandis que Aul ferai en sorte que personne ne puisse atteindre la navette avant qu'elle ne décolle.
Sur son insistance, Aul'Nadek serait le dernier à monter dans la navette, mais elle le convainquit de maintenir le contact via un comlink qu'ils avaient récupéré dans une épave.

Et trois jours plus tard, ce fut le jour du départ.
L'ermite infirme s'était installé à l'orée de son territoire, observant silencieusement la vingtaine de personne progresser vers lui, Auri à leur tête. Elle avait fière allure, menant des hommes, des femmes et des enfants au travers de la jungle hostile vers la liberté. Quand elle passa à coté de sa position, elle lui adressa un sourire radieux, mais lui restait professionnel. Il avait un très, très mauvais pressentiment.
Quelques heures plus tard, il entendit le bruit d'une navette qui atterrissait non loin de la grotte, comme prévu, et presque aussitôt un clameur venant des camps au loin. L'ermite prit sa canne et se retrancha sur ses positions, son arme prête, ses pièges tendus. Il comptait faire en sorte qu'aucun assaillant ne puisse les suivre.

La première personne qu'il vit mourir fut un homme torse nu, puissamment musclé, avec une crête huilée en guise de cheveux et un long couteau à la main. Il s'engouffra entièrement dans le nid des buzzards, une espèce d'insecte local très nombreuse, très vorace vivant dans des trous dans le sol. Ses cris ne durèrent qu'une fraction de secondes avant d'être couvert par les bruits des mandibules festoyant sur sa chaire dans un vacarme sinistre.
D'autre périrent ce jour sans qu'Aul'Nadek n'eut à bouger. Venin mortel, épieux caché, plantes carnivores, tous tombèrent les uns après les autres. Ceux que la panique ne fit pas s'enfuir connurent un destin cruel sur le territoire de l'ermite.

Et c'est alors que retentit le claquement sec des tirs de blasters. Dans le comlink. La où la navette s'était posé.
Son cœur s'arrêta un instant, puis il se précipita comme il put vers Auri. Les tirs étaient nombreux, les cris de douleurs et de terreurs les accompagnaient. Que se passait il! Personne n'avait put traverser les pièges! Ça n'est que lorsqu'il arriva sur place qu'il comprit. Dans la clairière, autour du vaisseau républicain, quatre hommes se tenaient debout, des fusils en mains. Aul les reconnu, Auri les avaient mené avec les autres. Ils avaient patiemment attendu que les portes s'ouvrent pour s'emparer des armes à l'intérieur. Et ils avaient massacré tout le monde. Des corps partout.
Et au pied de l'un d'eux, au sourire haineux, Auri.

Le blaster vola dans sa main et le tir carbonisa la nuque, puis la tête entière du meurtrier. Les trois autres se tournèrent vers l'infirme, d'abord sous le choc de la surprise, puis ils pointèrent leurs armes vers Aul. Ce dernier plongea derrière un arbre comme il put, abandonnant sa canne au passage et évitant de justesse des tirs de blaster. L'ancien guerrier jeta un regard entre les racines de l'arbre pour observer ses adversaires. Il allait les tuer, tous, même s'il en mourrait.
Il vit leurs jambes courir vers lui, leurs tirs incessants menaçant de bruler l'arbre derrière lequel il se cachait. Et c'est alors qu'Auri releva la tête.

Elle souffrait visiblement, accablé par la douleur et le chagrin mais elle était vivante. Le regard des deux se croisèrent. Un instant d'éternité.
Puis Aul'Nadek traina son corps comme il s'était entrainé à le faire 5 ans durant au travers de la jungle, usant de chaque astuce qu'il avait apprit, de chaque particularité du terrain qu'il connaissait par cœur pour garder la distance avec ses poursuivants. Il arriva en premier à sa grotte alors qu'un tir venait de lui bruler l'épaule droite, déjà insensible. Il sauta à l'intérieur de sa grotte et en verrouilla l'accès en coupant un cordon qui retenait une porte de fortune faite de troncs noués ensemble.

-Aul? Aul tu m'entend?
-Je te reçois Auri!
Répondit L'homme en saisissant son comlink. Ca va?
-Je... vais bien. Tu es à la grotte? J'arrive!
-Non! Part maintenant! Prend le vaisseau et part!
-Je ne peux pas! Je ne peux pas t'abandonner!
-Je suis déjà mort Auri! Je... je ne vais pas m'en sortir... et c'est très bien comme ça.
-Qu'est-ce que tu raconte!


Les tirs de blasters commencèrent à percer le bois qui mugissait sous les assauts répétés.

-Quand on s'est écrasé, quand tu m'a sauvé... C'était moi. C'est moi qui t'ai amené à la station. C'est moi qui t'a forcé à vivre dans ce cauchemar. C'est moi le responsable de tout tes malheurs... J'ai passé les 14 dernières années à te voir grandir, murir, devenir forte, devenir belle, devenir toi même. J'ai tout fait pour me rattraper Auri, pour que tu ait une vie. Parce que c'est moi... c'est moi qui t'ai arraché à ta famille.

Il y eu un long silence, seulement entrecoupé de tirs de blaster contre la porte. Cela faisait 14 ans qu'il avait cela sur le cœur, 14 ans qu'il n'avait rien dis de peur de perdre la seule personne qui comptait pour lui dans tout ce damné univers. Mais maintenant c'était la fin. Maintenant il n'avait plus rien a perdre.
Il entendit les moteurs de la navette vrombirent via le comlink. Auri s'en allait. Elle le haïssait sans doute, mais c'était la meilleur chose qui pouvait lui arrivé à elle. Lui... il était mort.

-Imbécile... fit une voix sanglotante dans le comlink, C'est toi ma famille, c'est toi mon père! Papa... je... je t'aime!

Puis la porte vola en éclat dans une gerbe de flamme. Le souffle projeta Aul sur le coté, le faisant lâcher le comlink. Les trois meurtriers se tenaient la, devant lui, arme en main et un sourire sadique collé au visage. Aul'Nadek était à terre, impuissant, mais il n'avait pas peur. Il roula sur le dos pour pouvoir les voir en face avant de mourir. Et il vit.
Et il commença à rire doucement, puis franchement.
Les assassins furent un peu prit de court. Pourquoi le vieil homme riait? De quoi riait il?
Il riait à l'ironie du monde, de cette planète. Il riait parce que dans leur petite combine, ils avaient oublié où ils étaient. Et que le bruit attire toujours les prédateurs, et que l'un d'eux se trouvait juste derrière les meurtriers.

Le premier mourut instantanément alors qu'une créature semblable à une longue panthère au bec tranchant comme un rasoir lui bondit sur le dos, le faisant chuter en avant, et lui arracha la tête. Les autres eurent un mouvement de recul d'horreur alors que le sang éclaboussa Aul'Nadek et peignit le bec de la créature de rouge. Le deuxième à mourir fut celui qui pointa son arme vers le monstre. Ce dernier, réagissant instinctivement au mouvement, lui passa entre les jambes en un éclair, lui déchirant les mollets de ses griffes. Ses hurlements de douleurs résonnèrent dans la grotte, juste avant qu'il ne soit achevé d'un coup de bec qui lui transperça le torse.
Aul'Nadek se rua sur l'arme que le premier mort avait lâché tandis que l'autre tirait désespérément sur la créature tout en reculant, ne faisant que mitrailler le cadavre de son compagnon. Quand il heurta la parois de la caverne derrière lui, il eu un instant d'inattention qui lui coûta ses bras. Son fusil tomba à terre, ses bras continuant à tirer des rafales comme s'ils obéissaient encore à leur propriétaire paniqué, dont la vie fut rapidement écourté.

Et ce fut au tour de l'ermite. Il tira un coup, et manqua l'agile créature. Ces prédateurs étaient parmi les plus dangereux des environs, mais l'ancien homme de main avait fait une croix sur ses chances de survie. Il ne mourrai pas sans combattre.
La créature bondit sur lui, toutes griffes dehors, et Aul'Nadek lui présenta son coté droit. Il entendit les griffes déchirer sa chaire, mais aucune douleur ne vint perturber ses réflexes de chasseur. Il agrippa fermement le fusil qu'il avait dans les mains et donna un coup de crosse pitoyable sur le coté de la tête de la créature. Celle ci mordit à à l'hameçon et fit claquer ses mâchoires sur le fusil.
Le chargeur de gaz sous pression explosa dans la bouche du prédateur, le faisant reculer de surprise et de douleur. Aul'Nadek roula sur le coté en direction de son pistolet qui gisait sur le sol non loin. Mais le temps de le récupérer, et de se mettre dos au sol, la créature était déjà sur lui.
Tout se passa au ralentie.

Il vit la créature suspendu dans les airs ses griffes et son bec ensanglanté se ruant vers lui. Il sentit sa jambe valide se lever toute seule dans un réflexe instinctif et venir s'appuyer sur le thorax de la créature en l'air. Aul'Nadek vit la créature plier souplement sous la pression alors qu'il la poussait au dessus de lui, laissant son élan la projeter derrière lui. Mais malgré tout, ses griffes s'approchaient quand même, il vit les trois aiguilles acérée venir disparaître de son champs de vision alors qu'elles passaient au dessus de son sourcil gauche.
Et d'un mouvement violent, elles labourèrent sa chaire sur sourcil à la joue, frôlant l'œil au passage, faisant exploser une douleur sourde dans tout le corps de l'ermite.

Puis la créature, emporté par son élan, vola au dessus d'Aul'Nadek qui, en un éclair, pointa son arme sur la créature encore occupé à se réceptionner et tira rafales après rafales, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un tas de chaire en feu, hurlant à la mort.

C'était... finit.
Il avait gagné son ultime bataille, mais gisait, blessé, seul, au milieu d'une lune hostile.
Mais elle... elle était en vie. Et c'était tout ce qui importait.

Lentement, il se laissa sombrer dans le sommeil.


Chapitre 5: Épilogue [8-10apTC]

Aul'Nadek se réveilla dans le seul endroit où il pouvait se réveiller: une cuve de kolto. Nu, un masque sur le visage, il repris peu à peu conscience de son corps. Tout son corps, même le coté droit.
Il apprit plus tard que la navette de secours avait eu le temps d'envoyer un appel de détresse avant que son équipage ne soit massacré. Les secours étaient arrivé et avaient découvert le massacre. Fouillant la zone, ils avaient trouvé Aul'Nadek, a peine en vie, mais encore récupérable, et lui avait prodigué les soins nécessaires. Après plusieurs jours dans le kolto, et quelques opérations effectué par le droïde médical, l'homme avait recouvré l'usage de tout son corps et était enfin tiré d'affaire.

L'une des premières chose qu'il demanda était s'ils avaient trouvé la première navette, celle qui avait lancé le signal de détresse. Ils répondirent que oui, elle avait été vendu dans un spatioport non loin, et que son voleur courrait toujours.
Aul'Nadek accueillit la nouvelle avec un grand sourire.

Il apprit alors tout ce qui s'était passé depuis son crash. Le traité de coruscant, la guerre froide, les Hutts... Il apprit, non sans surprise que le Baron avait été tué. Les Hutts s'étaient chargé de lui comme signe de bonne volonté envers l'Empire, et avait récupéré au passage tout les contrats que le Baron avait auparavant signé.
Aul'Nadek n'avait plus rien à faire dans cette galaxie. Il savait sa fille libre,et c'était tout ce qui lui importait.

Il prit alors une navette pour Hutta, afin de reprendre son ancien travail après une longue, longue absence. Il travaillerai pour les Hutts, puisqu'ils avaient récupéré son contrat, mais au fond de lui, l'homme de main aspirait à quelque chose de plus... libérateur.
Ce qu'il fit, après avoir terminé son contrat avec les Hutts et s'être fait une solide réputation au passage, Aul'Nadek se mit à son propre compte et devint alors, officiellement Chasseur de Prime.




A suivre, les autres membres du clan Endac


Aurhinahel Endac, la contrebandière la plus chanceuse de ce coté de la galaxie Thème
Sejinhel Endac, soeur d'Auri, resté du coté impérial. Entrainée dans l'art du coté obscure... Thème
Lann Endac, ami intime d'Auri et rival de Seji, secrètement adepte de l'holocron perdu de Meetra Surik...
Humans are born, then made.