View Single Post

Descole's Avatar


Descole
09.05.2012 , 10:10 AM | #43
Dix-septième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Rennock
-Sinners
-Anko Scaar
-Grany
-V7
-Les rêves
Le droïde chirurgien
-Deang Rah

Chapitre 17
Le choc des extrêmes

Je ne sais combien de temps a duré ma torpeur. Heures, jours, semaines? Mais le rythme lent du sommeil forcé fut interrompu un bref instant par une sensation étrange. Je venais de heurter ce qui semblait être le sol, bien que j'avais encore les yeux clos. Mais c'est en les ouvrant que ma surprise fut totale. L'obscurité demeurait. Une obscurité complète, noire, comme à l’intérieur d'une pièce sans porte ni fenêtres.
J'a un instant cru que j'étais devenu aveugle, puisque mes autres sens fonctionnaient à merveille. Mais je fus tiré de mon doute par quelqu'un, ou quelque chose dont j’ignore encore le nom.
-Eh bien, tu t'es perdu?
La voix venait de derrière moi.
Lorsque je me retournai, j'aperçu une silhouette, en long manteau ocre, et encapuchonné.
Tout, hormis cette entité, n'était que ténèbres. Je sentais le sol, parfaitement plane, j'entendais la voix, la respiration et les battement de cœur de l'être inconnu, je sentais une odeur d'explosion, de cendres, et une température très froide.
-Qui êtes vous?! C'est encore un de ces foutus rêves?!
-Je crois bien que oui...
Il me tourna le dos et se volatilisa, pour réapparaître dans mon dos, la bouche près de mon oreille.
-Mais est-ce pour cette raison...
Je dégainai mon sabre et tentai le blesser. Disparu...
Je ne le voyais plus nulle part, mais j'entendais sa voix bouger.
-Que ce que tu vis en ce moment...
Me fiant à mes oreilles, j'essayais d'atteindre cet homme étrange. Sans succès. Jusqu'à ce que sa tête apparaisse devant la mienne, en un éclair.
-Est irréel?
Sa capuche ombrageait toujours autant son visage, bien que je puisse apercevoir ses yeux, étincelants de rouge. Il disparut aussitôt. Sa voix résonnait maintenant depuis toutes les directions, résonnante, puissante.
-Aujourd'hui, Wylliam, je ne suis pas ton ennemi.
Je ne dispose que de peu de temps, c'est pourquoi je vas te donner un conseil.

-Ce n'est qu'un rêve! T'es qu'une création de mon cerveau!
-Effectivement. Mais tu sais bien que certaines zones de l'esprit de chacun sont nébuleuses, insaisissables, indéchiffrables. De ce faut, je suis comme un inconnu pour toi.
En toi sommeille une puissance sans égal. Une puissance que tu porte depuis l'aube de ta vie.

Il était apparu devant moi. Une angoisse profonde me serrait les entrailles, à propos de son discours sur l'inconscient. J'avais l'impression d'être mon propre ennemi.
-Puissance amplifiée par la chance que tu a eue de bénéficier de la formation Sith.
La rage déferla en moi sur ses derniers mots. Mon sabre laser avait disparu. Je pointai mon blaster sur son front, engouffrant mon canon dans l'ombre de sa capuche.
-De la chance?! DE LA CHANCE?!
Il sourit, laissant apparaître ses dents de fauve, blanches et grinçantes, dans sa barbe brune et dense.
-On se reverra très vite.
J'appuyais sur la détente, mais il était déjà parti. Je ne voyais plus mes mains. Seul mon tir de blaster, d'un violet profond, s'enfonçait dans le décor noir, toujours intense et lumineux.
Puis, une déchirure se fit entendre. Le tir avait atteint quelque chose, et, au loin, une longue ligne horizontale se dessina, blanche et lumineuse.
Elle s’élargit peu à peu pour prendre la forme d'un œil mi clos. C'était ma paupière qui s'ouvrait. Mes rêves étaient décidément de plus en plus bizarres.
L'intense lumière qui m'aveuglait se dissipa au bout de quelques secondes pour laisser paraître sa source: un spot de lumière chirurgical.
Un droïde médical se pencha sur moi, puis déclara peu après
-"Sujet=Réveillé//Sédatif supplémentaire=Administré"
-Qu'est ce que?...
Ma paupière se refermait, et je replongeait dans les ténèbres.
Quand je me suis réveillé, ma vue était trouble. Les sons que je parvenais à percevoir étaient atténués et imprécis. Devant moi, des centaines, des milliers de néons luisant d'une intense lumière, tous plus flous les uns que les autres. Ma vue revenait peu à peu. J'arrivais à distinguer le trafic de speeders. J'étais tout au bord d'une plateforme d'amarrage, protubérance d'un énorme bastion flottant au dessus du territoire de la Ronce de Sang. J'essayais de me lever, mais mes mains comme mes pieds étaient entravés de menottes. A mes côtés, tous mes compagnons, dans la même situation contemplaient le spectacle qui s'offrait à eux, ne sachant que faire. Quand je regardai ce paysage pour la seconde fois, une vive terreur s'empara de moi. Ces néons...ces bâtiments... Ces speeders... Nous étions à l'endroit exact de mon rêve. Cette fois ci, j'étais certain. Mais il était trop tard.
Les autres ne s'étaient pas aperçu de mon réveil. Sur cette plateforme, planant au dessus du sol de Nar Shadda, un silence de mort compensait le tumulte et l'agitation visibles en contrebas.
Ren fut le premier à s’apercevoir que j'étais conscient.
-Eh! Tous! Wylliam s'est réveillé!
Tous les regards se sont tournés vers moi. Hina semblait morte d'inquiétude.
-Il n'y a pas de mort... Il n'y a que...
Elle récitai le code Jedi à longueur de temps depuis quelques minutes.
Basculant vers l'arrière avec souplesse, Sinners parvint à se déplacer pour que, peu à peu, une ronde soit formée quand les autres l’eurent imité.
-Vous pensez qu'il va nous arriver quoi?
-Je sais pas... A vrai dire, je suis plutot étonné d'être encore en vie.
-Ils vont peut être nous laisser mourir ici.
Soudain, une voix résonna depuis l'autre bout de la passerelle.
-Ça m'étonnerais...
Une autre chasseuse de primes. Mandalorienne. Elle avait l'air particulièrement amochée.
-Toi, là. T'es mon rival, je suppose? T'as enfin fini par arriver.
-Qu'est ce que tu veux dire?
Étrangement, ses pieds étaient demeurés libres de mouvements. Ce dont elle profita pour se rapprocher de nous.
-Anko Scaar, mandalorienne. J'étais déjà sur Nar Shadda quand mon maître chasseur m'a annoncé ma cible. Je voyais cette avance comme une aubaine. C'était un mauvais tour du destin... Rien de plus.
-Expliquez vous.
-Voyez vous, l'armée de cette pourriture de wookiee est tellement étendue qu'il est scientifiquement impossible d'infiltrer son QG. La couverture était le seul moyen d'y pénétrer. Mais j'ai été grillée par une saloperie de Dashade. Je pensais qu'ils allaient me tuer. Mais c'est là que j'ai compris que mon avance allait se payer cher.
Toujours plus curieux, chacun des membres du groupe écoutait la mandalorienne avec la plus grande attention.
-Visiblement, cet enfoiré de wookiee aime le spectacle. Ils mon gardée prisonnière tout ce temps "en attendant que l'autre arrive"... Ils m'ont fait des choses... Atroces...Juste pour s'amuser!
Une terreur intense venait de s'emparer de chacun, vite remplacée par la colère.
De plus près, on pouvait en effet le voir. Elle était couverte de bleus et de cicatrices, vêtues de loques et la seule chose qui pouvait la rendre mandalorienne était le tatouage sur son front.
-Donc, s'ils ont tout arrangé pour qu'on se retrouve tous ici, ça m'étonnerais qu'ils nous laissent pourrir.
Et pourtant, si elle savait...
Le gang de la Ronce de Sang nous a laissé plusieurs jours sur cette plateforme, à crever de faim et de soif.
Je ne sais combien de temps ça a duré. Je suis resté des heure entières, dos au sol, à contempler le ciel rouge de Nar Shadda. J'avais déjà passé de longs moments sans manger, lors de ma période d'errance au fond de Coruscant, mais cette faim et cette soif ne me rappelaient qu'une chose: Korriban. Et cela ne faisait qu’accroître ma haine et ma frustration de m'être fait prendre.
Sous le ciel vermeil de Nar Shadda, il est difficile de compter les jours qui passent, et ce, particulièrement quand on est affamés, assoiffés, et laissés pour mort sur une plateforme isolée.
On n'a eu pratiquement aucune conversation durant ce long temps d'attente, comme si nos multiple maux et notre désespoir nous anésthésiait doucement.
Nous dormions à des rythmes irréguliers, enfin, quand on y arrivait... Les rares fois ou je parvenais à oublier ma faim et ma soif pour me réfugier dans le sommeil étaient telles des oasis en plein désert. Aucun de mes rêves, même les prémonitoires, n'avait eu l'air aussi réel que lors de l'apparition de cet être étrange.
Soudain, je me réveillais de nouveau sur cette même plateforme, les entrailles tailladées par la faim, et la sécheresse aux lèvres. Je voyais trouble, aveuglé par ma santé et par les millions de néons. Presque tous mes compagnons dormaient, Sinners demeurait dans la même position qu'à notre arrivée, en tailleur, la tête haute. A cet instant, mon seuil de douleur avait dépassé celui de Korriban, à tel point que mon envie d'en finir outrepassa de loin mes rêves et mon instinct de survie. Je réussis à ramper tant bien que mal vers le bord, jusqu'à ce que ma tête pende dans le vide.
Ce vide m'attirait, comme un aimant attire le métal ou comme un buffet attire un hutt. Ce vide m'apparaissait comme la clé de ma délivrance. Ma décision était prise. Je me préparais à basculer quand une voix retentissante m'interrompit dans mon élan.
-Longstride! Arrêtez immédiatement!
Cette voix était résonnante, hachurée et profonde. C'était celle de Sinners.
-La douleur vous rend fou! Ressaisissez vous!
-Qu'est ce que tu peux en savoir?! T'es quasiment invincible!
-Ce n'est pas parce que je n'ai aucun pont vital que je ne souffre pas de la torture! Cette constitution est peut être un atout, mais la douleur n'en est que plus vive et plus longue!
Je ne savais que dire. Il avait raison: La faim, la soif et l'épuisement m'avaient rendu à moitié fou.
-Ne détruisez pas ce que votre père a construit pour vous! Je vous l'interdis!!!
Il n'avait toujours pas bronché. Dans la même position depuis je ne sais combien de temps, n'ayant même pas tourné la tête pour parler. Ma fatigue finit par prendre le dessus une nouvelle fois, puis je sombrai dans un sommeil intense.
Quelques heures plus tard, j'eus un instant l'impression de me réveiller, mais le décor tout autour de moi n'indiquait qu'une chose: Je rêvais une fois de plus.
Atour de moi, d'immenses tours, et un ciel rouge-orangé éclatant, éclairé par un soleil à son crépuscule. Non loin se trouvait la tour du Sénat, sur Coruscant. C'est alors que je finis enfin par prêter attention à la situation improbable dans laquelle je me trouvait. J'étais debout, en équilibre sur le cockpit de mon vaisseau, à l’extérieur. Plus étrange encore: le temps semblait s'être arrêté. Tout était figé. Les speeders, les habitants, mon vaisseau, et même la traînée de fumé qui s'en échappait.
Le Tempête de Cendres était un récif dans cet océan de vide. Je n'avais nulle part où aller. Je devais donc me résoudre à attendre la suite de ce rêve sans doute prémonitoire. Presque une heure a semblé s'écouler dans ce silence parfait. Dans ce monde figé, une étrange atmosphère d'hostilité semblait régner. Comme si un ennemi insensible au gel du temps pouvait surgir à tout instant.
Soudain, le temps sembla reprendre son cours normal. Mon vaisseau continua sa course folle entre les tours de Coruscant. Je dus faire appel à la Force pour rester sur le vaisseau, qui ralentit soudain, alors que l'on approchait d'un bâtiment qui m'était familier. Je finis par me rendre compte que ce n'était pas mon vaisseau qui ralentissait, mais le cours du temps lui même. Cette baisse de vitesse me permis de récupérer mon équilibre. Je me retournai pour tenter de reconnaître les lieux, et pour au final m’apercevoir que j'étais pris en chasse par cinq chasseurs identiques, qui semblaient se comporter comme un seul.
Le ralentissement du temps me permettait d'esquiver sans problème les tirs de canon, contrairement à mon vaisseau. L'un des chasseurs poussa sur ses moteurs pour se rapprocher de moi. Lorsque nous fumes au même niveau, son cockpit explosa, et de la rafale de flamme bondit un mandalorien en armure brune, armé de deux longes lames effilées en cortose. Il se jeta sur moi et enchaîna les coups avec une vitesse effroyable. Je parvenais tant bien que mal à parer ses attaques de mon sabre mais il parvenait à me taillader l'armure, et bientôt, ce serait ma chair. Je réussis à bloquer ses lames, croisées entre mes gants, mais il fit exploser un engin qui nous propulsa chacun en arrière. Mes jambes basculèrent dans le vide. Je tentai de me hisser sur le vaisseau. Mais mon ennemi s'était déjà relevé. Il s'avança vers moi, et, sans perdre plus de temps, appuya mes doigts de sa semelle, et parvint à me faire lâcher une main. Il commençait à écraser la seconde, mais c'est alors que le vaisseau se mit soudain à monter verticalement le long de la tour. Plaqué contre la proue du Tempête de Cendres, j'avais peu de chances de tomber. Mais mon ennemi, debout sur le cockpit n'était pas dans le même cas. Il entama une chute libre, percuta un speeder et alla s'écraser dans les bas fonds. Un seul détail ne collait pas avec la situation: L'effroyable fou rire alors qu'il tombait.
Le vaisseau finit par traverser le toit vitré de la tour, et je me retrouvai propulsé à l'autre bout de la pièce. Une pièce... remplie de faune et de flore. Je parvins enfin à reconnaître cet environnement, pourtant si familier. J'étais dans la salle de médiation d'Iskalios. Alors que je tentais de reprendre mon souffle et d'évaluer les dégâts sur mon vaisseau, un mandalorien en armure bleue standard se jeta sur moi, sabres en main. Les mêmes armes que celles de mon précédent adversaire. La même stature, la même façon de se battre.
-Je t'ai vu mourir!
-Peut être. Je me souviens plus... Mais de tout façon, est ce que c'est une raison pour que je ne revienne pas?!
-Mais t'es taré, toi!
-Ouais! Et alors?!
Se servant des arbres comme appui, il se jetai sur moi, lames en avant, rebondissait, et chargeait encore.
Toujours plus fragile, mon armure tailladée n'allait plus tenir très longtemps. Je réussis à esquiver un de ses assauts et ses lames allèrent se planter dans un arbre, quelques mètres derrière. Tandis qu'il tentait de les retirer, je dégainais mon Peace Maker et le braquai sur sa nuque, il se figea, puis éclata de rire.
-Tu me laisses une petite minu...
Il n'eut pas le temps d'achever sa demande. Cette fois ci, je devais m'assurer de sa mort. Mais après tout... J'étais dans un rêve...
Mon vaisseau s'était pas écrasé chez Iskalios sans raison. Je courais dans les couloirs. Je n'avais qu'à suivre la piste: des cadavres de mandaloriens jonchaient le sol jusqu'au hall. Dix en tout. Dans la grande salle combattaient Iskalios et le mandalorien, équipé d'une armure encore différente. Non mandalorienne, cette fois... Ils se jetaient l'un sur l'autre, mais mon rêve s'interrompit brusquement par une voix familière dans les hauts parleurs de la plateforme. V7.
-Maître! Maître! Répondez, je vous en supplie! Un regrettable incident s'est produit il y a peu! Maî...
-Ta gueule V7! Wylliam! Si tu entends ce message, reviens au vaisseau immédiatement!
C'était la voix de Grany...
-On s'est fait enfermer dans la chambre! Quelqu'un a pris possession du vaisseau! On n'a pas de hublot et on peut pas savoir si le Tempête de Cendres et toujours sur Nar Shadda! On va tenir un maximum de temps avec les rations, mais dépêches toi!
Le gang avait du prendre mon holocom et passer ce message par les hauts parleurs. Ces méthodes ressemblaient presque à celles de Caldera...
Soudain, une voix, réelle cette fois ci, se fit entendre depuis la porte de la plateforme.
-Ah la la... C'est pas mignon, ce gosse qui se prend pour un grand?
La lumière ne me montrait que la silhouette de l'intéressé.
Un imposant corps de wookiee, entouré de gardes.
-La Ronce de Sang...
Scaar serrait les dents. Laissant paraître toute l'intensité de sa haine envers ce chef de gang.
Il se rapprochait d'un pas lent et lourd. Laissant peu à peu le ciel rouge et nuageux de Nar Shadda dévoiler son apparence.
Les gangsters se faisaient de plus en plus nombreux, comme pour assister à une exécution. Le dashade était présent, lui aussi.
Les gardes nous empoignèrent pour nous ranger en ligne au bord de la plateforme, dos au vide.
Daeng était enfin visible. Son poil était d'un noir de jais, couvert de ce qui ressemblait plus à un drapeau qu'à un manteau.
Il s'approcha de nous, laissant luire sous le ciel écarlate l'éclat de ses yeux vairons. Mais j'étais persuadé d'avoir déjà vu cette silhouette et cette démarche.
-Voici donc les quatre imbéciles qui ont cru intelligent de se faire passer pour des prisonniers pour arriver jusqu'à moi! Bravo, franchement bravo! Ha ha ha ha ha!
Cette voix ne faisait que renforcer mon doute, mais c'est quand j'ai compris qu'il en était de même pour chacun de mes compagnons que la terrible vérité m'est apparue.
-GHEN?!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...