View Single Post

Descole's Avatar


Descole
08.08.2012 , 09:23 AM | #39
Quinzième chapitre
Personnages:
-Longstride
-Hina
-(Ghen)
-Dalliah
-Itar
-Iskalios
-Les maîtres Jedi
-Satele Shan
-Balorr
-Sinners

Chapitre 15
Invincible

Les semaines passaient, à toute vitesse dans mon esprit, toutes plus horribles les unes que les autres. Soudain, le rythme ralentit pour redevenir normal.
La mère de Hina revint de son boulot à la cantina, je la suivais. La crasse et la misère de l'endroit d'ou elle revenait me tenait encore le cœur.
Elle aperçu, un peu après moi une étrange masse métallique dépasser de ma surface de l'eau. Nous nous approchâmes du rivage pour mieux l'observer. Un vaisseau, couvert de peintures rouges et grises venait d'ouvrir son sas, échoué en pleine mer.
Un homme imposant fit son apparition. Il était vêtu d'une bure à capuche qui cachait son visage.
La mère de Hina observait la scène cachée derrière un rocher. Je m'approchai de l'épave, pour identifier l'individu.
Ce dernier releva la capuche pour humer l'air d'Ord Mantell.
Un jeune homme, sabre laser à la ceinture, certainement padawan. Les yeux fermés, il respirait à pleines narines avec délice.
-Enfin de l'air frais.
-Je peux savoir pourquoi tu as atterri en pleine mer?
La voix provenait de l’intérieur du vaisseau, dont sortit un second Jedi, plus âgé, moins grand, et dont la voix grave et usée par les années me semblait familière.
Lorsqu'il releva lui aussi sa capuche de toile, je pus enfin le reconnaître.
-Iskalios!
Le grand père de Hina, dix sept ans plus tôt!
-Elle travaille à la cantina du village, on l'aurait averti de notre arrivée si on s'était amarrés au spatioport, maître.
-Peut être, mais l’atterrissage d'un vaisseau à cent mètres de sa maison n'est pas plus efficace. Bon, cessons de perdre du temps sur cette histoire et hâtons nous.
Lorsque la jeune femme parvint à identifier les Jedi, elle fut prise de panique et s'en retourna à toute allure vers sa maison en ruine, de la quelle elle ressortit avec l'enfant à bout de bras. Mais Iskalios et son padawan l'attendaient à la sortie.
Le regard de la mère était chargé de peur et de haine.
Le vieux Jedi prit la parole.
-Dalliah. Ça faisait longtemps.
-Pas assez longtemps, pourritures de Jedi! Jamais vous n'aurez ma fille!
-Calme toi...
-Non! Non!!! Je ne me calmerai pas! Jamais vous ne ferez de ma fille un être dépourvu de sentiments comme vous! Jamais!
Voyant la rage de la jeune femme augmenter, l'apprenti d'Iskalios haussa le ton.
-Même si elle ne devient pas Jedi, ce sera toujours mieux que la vie de misère que vous lui infligez!
D'un simple regard qui en disait plus qu'un discours entier, le vieux maître fit taire son padawan impulsif.
-Dalliah, je comprends ta haine envers nous, mais ta fille ne doit pas en faire les frais.
Sa rage décupla une fois de plus. C'est alors que je remarquai le blaster à sa ceinture. Comme moi, le jeune apprenti venait d'y prêter attention. Il jeta un regard inquiet à son maître, qui l'avais vu depuis longtemps.
-Je suis vraiment navré, Dalliah, mais tu ne me laisses pas le choix. Tu vas nous laisser Hinonomé et venir avec nous.
-Je vais vous laisser... Non... NON!!!
D'un hurlement de rage, elle brisa l'emprise d'Iskalios sur son esprit, et empoigna son blaster.
D'un réflexe vif, l'apprenti l’assomma d'un coup de manche de sabre. Elle s'effondra au sol, inerte.
Iskalios prit Hina, terrifiée dans ses bras et s'en fut vers son vaisseau, sur le rivage.
Un son strident freina sa progression, et la mienne. Un sabre laser venait de s'allumer.
L'apprenti d'Iskalios, toujours au côtés de Dalliah tenait son sabre, d'un bleu éclatant, au dessus du corps assommé.
-Itar! Qu'est ce que tu fais?!
Les larmes aux yeux, il se retourna vers son maître.
-Qu'est ce que vous m'avez toujours répété, maître?!
"Ce n'est pas le fait de prendre une vie qui est important, mais la raison pour laquelle on le fait"!

Le vieux Jedi contemplait la scène, plein d'espoir quand à la réaction de son apprenti.
-Cette femme va se réveiller sans ce qui a le plus d'importance pour elle! Sa vie était déjà un enfer! Que va-t-elle devenir maintenant?!
Maître! Que dois-je faire?!

-C'est toi qui tient le sabre, c'est à toi de faire ce choix, mon apprenti.
Une panique vive s'empara du jeune padawan. Sa lame tremblait. La sueur gouttait de son nez pour aller se vaporiser sur l'arme brûlante.
Il poussa un cri et rengaina son arme. Il s'en alla vers le vaisseau au pas de course, les larmes ruisselantes et le nez morveux. Il dépassa son maître sans le moindre signe et continua sa marche rapide.
Iskalios marmonna, bien que son apprenti ne puisse l'entendre.
-Je suis fier de toi, padawan.
Une fumée dense envahit soudain la plage. Une irruption volcanique?
Non. Lorsqu'elle se dissipa, j'étais dans la salle du conseil Jedi. Sur l'un des sièges, Iskalios tenait la jeune Hina sur ses genoux, endormie.
Chacun des maîtres présents était accompagné de son padawan, debout derrière son siège.
Soudain, une maître Jedi prit la parole.
-Je dois reconnaître que ce cas est inhabituel, mais de là à convoquer le conseil pour décider de son admission en tant qu'apprentie...
-Cette jeune fille a connu trois années des plus douloureuses! Comment pouvez vous prendre cela à la légère?!
-Calme toi, Itar. Excusez mon padawan, il est impulsif, mais il a raison.
Pour la première fois je voyais Satele Shan, le Grand Maître de l'Ordre Jedi. Elle se leva et pris la parole.
-Son lourd passé lui pèsera, qu'elle devienne Jedi ou non. Mais si elle ne rejoint pas l'ordre, plus rien ne lui restera. Somme nous tous d'accord sur ce point?
D'un air résigné, chacun des maître hocha la tête en signe d’acquiescement.
Soudain, Iskalios Marmonna dans sa barbe. Lorsqu'on lui demanda de répéter, il leva les yeux, au fond desquels on pouvait lire sa profonde tristesse.
-Nous devons effacer sa mémoire.
Bien que certaine feignirent la surprise, c'était bien la seule solution, aussi douloureuse soit elle.
Le vieux maître laissa échapper une larme, puis se leva, pour déclarer fermement sa décision à l'assemblée.
-Ces trois années n'ont jamais existé!
Il tenait Hina dans ses bras, encore endormie. Quand à moi, toujours invisible, je sentis une force me soulever. Je m'envolais dans les airs, traversai le toit du temple, m'élevais encore et encore au dessus des forêts de Tython, puis m'engouffrai dans un nuage.
Lorsque la fumé blanche se dissipa, Hina se tenait face à moi. Elle venait d'achever son récit.
Elle releva les yeux, baignés de larmes et me sourit.
-Merci. T'es la seule personne à qui j'aie pu en parler depuis que j'ai retrouvé la mémoire.
Elle se jeta sur moi et me serra contre elle de son unique bras, sa tête collée à ma poitrine, son oreille contre mon cœur. Elle souriait, les yeux clos, apaisée.
Comme c'était déjà arrivé à certains, sa mémoire avait du revenir peu à peu sous forme de rêves.
Elle se dégagea vivement lorsqu'elle entendit le pas lourd de Ghen qui arrivait.
-(Wyll! On est arrivés!)
-OK. Allons finir le boulot!
-(Je viens!)
-Si tu veux. Aller, on y va.
L'holonet nous avait fourni des infos sur l'arène de Balorr.
On avait atterri directement dans un hangar dans la roche.
Nous fumes accueillis par une escorte de géonosiens qui nous accompagnèrent vers l'arène.
En chemin, Ghen voulut me parler.
-(Wylliam. On dirait que tu sais pas dans quoi tu t'embarques.)
-De quoi tu parles?
-(J'ai l'impression que tu saisis pas les enjeux de cette compétition. Balorr est peut être effectivement un homme d'honneur mais tu as eu de la chance cette fois ci. L'honneur n'a pas sa place chez les mercenaires.)
-Et t'en fais quoi des mandaloriens?
-(Ils fonctionnent par clans, pas en solo. Si tu continues, ce sera plus qu'une question de jours avant qu'on te poignardes dans le dos.)
-Fiches moi la paix.
Bien que je ne supportais pas ce genre de discours, je savais que, quelque part, il avait raison...
On était arrivés. Le wookie resta près de l'entrée tandis que je m'avançai au milieu de l'arène.
Au centre de cet immense cercle de sable entouré d'une chaîne de roches pleines de géonosiens acclamant leur champion se tenait le gladiateur rattataki, sabres en main. Mes doutes se confirmèrent lorsque deux lames lumineuses rouges sortirent des manches qu'il tenait en main. Nous étions tous deux au centre de l'arène. Balorr s'approcha de moi.
-Quelle que soit l'issue de ce duel, t'as été l'adversaire le plus valeureux que j'aie pu combattre.
Donc, quelle qu'en soit l'issue, adieu.

Sur ces mots, il se recula jusqu'au bord du cercle, et se retrouva dos au mur de pierre.
Dès que j'eus fait de même, on s'est jetés l'un vers l'autre à toute vitesse. Les quelques centaines de mètres qui me séparaient du centre défilaient à une vitesse incroyable.
Chacun de nous deux, aidés de la Force, courait à une vitesse folle vers son adversaire. Une centaine de mètres nous séparaient a présent. L'affrontement était proche.
Dès qu'il fut à ma portée, je donnai un vif coup de sabre, et Balorr fit de même.
Nous nous étions croisés au centre et continuions notre course pour nous arrêter quelques mètres plus loin, dos à dos. Une intense douleur se réveilla dans ma hanche. Il m'avait touché.
Nous restions immobiles, dos à dos, attendant de savoir lequel tomberai le premier, annonçant la fin de cette joute.
La tension de Ghen était palpable d'ici tandis que le silence parcourait les gradins, chaque géonosien s'était tut.
Cet assourdissant silence fut brisé par le bruit de la chute de du gladiateur dans le sable. Je me retournai pour voir le rattataki, genoux à terre, contemplant une dernière fois le zénith et le sable de Géonosis.
Ainsi mourut Edo Balorr, Gladiateur émérite, emportant le secret de son passé avec lui.
Un mélange d’acclamations et de tristesse vint rompre le silence et le wookiee poussa un long soupir de soulagement.
Le chef de l'arène prononça un discours aussi bruyant qu'incompréhensible, mais il était clair qu'ils pleureraient la mort de leur champion, bien que je suis autorisé à emporter sa dépouille.
Au moment de conclure, une ombre gigantesque se profila sur le sol de l'arène.
Un vaisseau BT-7 de classe Ouragan traversait le ciel de Géonosis, en flammes, pour aller s'écraser dans le sable
En constatant le peu de dégâts sur le véhicule et les peintures dont était ornée sa carlingue, je devinai qu'il s'agissait d'un vaisseau volé et modifié par un chasseur. Les probabilités qu'il s'agisse de mon rival étaient plus ou moins proches de 100%.
L'ouverture laissa lentement apparaître une silhouette imposante, aux larges épaules, de forme humaine, mesurant plus de deux mètres et demi. Je pus mieux apercevoir le chasseur à sa sortie. Son imposante carrure était entièrement couverte par une lourde armure de duranium, couverte d'un long manteau en cuir de rancor un peu déchiré, on pouvait voir sous les bords de son casque de luisant yeux ambrés.
Le mercenaire s'approcha de nous, une étrange résonance saccadée dans sa voix
-Sinners, chasseur de primes! Rendez vous sans résistance, je ne tiens pas à faire couler le sang.
Il avait le mérite d'être direct...
-Moi non plus, mais je vais devoir faire couler le tien si tu refuses de me laisser cette proie.
-Désolé. Dans d'autres circonstances, j'aurais éventuellement pu négocier, mais Je ne peux abandonner la Grande Traque.
-Moi non plus. Pas d'issue pacifique possible alors.
On très long silence parcourut l'arène déserte.
-Si.
A peine avait il dit ça que le rattataki fut attiré vers mon rival mystérieux. Un grappin!
Le géant en armure de duranium emmenait sa proie à l’intérieur de son vaisseau à toute vitesse. Vraiment pacifiste...
Heureusement, Ghen, qui l'avait rattrapé, se jeta sur le colosse en grognant. Le corps de Balorr tomba à terre. Sinners parvint à le propulser contre un rocher et manqua d’assommer le pauvre wookiee. C'est alors qu'il dégaina deux fusils à induction une-main et les pointa vers moi.
L'instant d'après, mon corps tout entier fut paralysé par les décharges de ses armes. Immobilisé par la secousse, j'ai du rester dans les vapes quelques secondes.
Dans la panique, Ghen révéla au grand jour l'un des atouts de sa nouvelle cuirasse. Depuis son dos, un canon se déploya pour venir se placer à côté de la têtes du wookiee, lui plaçant in viseur devant l'œil gauche. Des six canons à rotation de l'arme jaillirent des bombes thermiques. La plupart, évitées par le géant, s'engouffrèrent par le sas béant du vaisseau pour y exploser à l’intérieur.
Une secousse puissante déferla dans le sable en provenance de l'Ouragan BT-7, qui volait en éclat, ne laissant qu'un cratère brûlé au fond duquel reposait une marre incandescente de liquide bleu et lumineux. Une grenade perdue avait du exploser l'hyperpropulseur.
Une clameur grandissante se faisait entendre dans les gradins. Les géonosiens avaient droit à un spectacle gratuit.
Déstabilisé par la secousse, le colosse ne parvint pas à éviter toutes les grenades. L'une d'entre elles réussit à exploser son avant bras, mais à notre grand étonnement, aucun sang ne coula...
Pire encore, son membre se régénérait à une vitesse hallucinante, laissant apparaître un bras imposant de couleur bleu indigo.
Les mandaloriens devaient en avoir après moi.
Sinon, ils m'auraient dit que mon rival était... Un gen'daï!
Malgré son attitude pacifiste, Sinners entra dans une rage folle et se jeta sur le wookiee, un techno bâton dans sa nouvelle main.
L'affrontement entre les deux colosses était serré. Ils enchaînaient tous deux leurs coups à une vitesse étonnante, par rapport à leur masse.
Le gen'daï pulvérisa le canon de son adversaire en y introduisant son bâton juste avant a salve suivante. Une explosion concentrée les projeta loin l'un de l'autre. Le wookiee, couvert de brûlures, demeurait au sol, épuisé.
Autour du centre de l'explosion étaient éparpillés des plaques de duranium calcinées, et notre adversaire se relevait une fois de plus. Son plastron avait été mis en pièce par l'explosion, seuls lui restaient ses houseaux, ses bottes et son long manteau de cuir noir.
Il se releva, son torse remuant comme un mollusque, et ramassa son casque intact, tombé non loin de lui.
Son buste se reconstituait particulièrement lentement, et cela semblait volontaire.
Il plongea la main dans sa poitrine pour en sortir un autre techno-bâton, plus court, cette fois.
-Abandonnez, chasseur! Ne gâchez pas votre vie!
Il fonçai vers moi, arme à la main, avec une célérité étonnante. Toujours abasourdi par la décharge, je me relevai et jetai mes armes à terre.
Il ralentit sa course à la vue de mes armes dans le sable. Espérant sans doute un abandon, il fut déçu de la suite des évènements.
-Toi qui est chasseur de primes, tu devrais savoir...
Il brandit son bâton et le fis tournoyer au dessus de sa tête, sur la défensive
-Que les chasseurs...
Je m'avançai lentement vers lui, le poing serré en vue d'une attaque au corps à corps.
-N'abandonnent...
Il l'avait compris. S'attendant à recevoir mon poing en plein dans le buste, et se préparait à le bloquer dans son propre corps.
-JAMAIS!
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...