View Single Post

Descole's Avatar


Descole
07.18.2012 , 12:24 PM | #35
Quatorzième chapitre!
Personnages:
-Longstride
-Hina
-Grany
-Ghen
-Rennock
-Balorr
-(Adar)
-Les twi'leks
-Zinny
-La mère de Hina

Chapitre 14
Gladiateur un jour...


Ne jamais faire confiance à un hutt!
Aussitôt Adar avait il donné l'ordre de nous exécuter que les gamoréens nous visèrent de leurs fusils.
Chacun de nous était alors couvert de points rouges lumineux, nos bourreaux attendaient visiblement un signal d leur maître.
Un silence accablant envahit le terrain. Les spectateurs se doutaient bien q'eux non plus ne devaient pas survivre.
Comme pour briser ce silence de glace, Ghen poussa un cri à réveiller les morts, puis se jeta dans les gradins à l'aide de son nouveau jetpack, Grany sous le bras.
La panique générale avait éclatée. Les gamoréens avaient beau tirer du mieux qu'ils pouvaient, ils n'arrivaient qu'à abattre leurs pairs tant ils étaient nombreux et leur ennemi rapide, malgré son armure lourde.
Profitant de la panique générale, Hina t moi en avons profité pour bondir dans les gradins, aidés de la Force.
Dans l'équipe adverse, la confusion venait également d'éclater.
Le mercenaire en armure noire puisa dans les réserves de son speeder pour décoller et rejoindre la bataille. Seuls restaient Balorr et le garde Kaleesh.
En voyant ces derniers se battre entre eux, mes derniers doutes s'envolèrent. Le rattataki et moi avions un ennemi commun.
Une fois le kaleesh neutralisé, j'ai voulu lui envoyer mon jetpack afin qu'il puisse nous prendre part au combat.
Quelle ne fut pas la surprise générale lorsqu'il bondit dans les airs avec une puissance digne d'un Sith ou d'un Jedi.
Le doute n'était plus permis: Edo Balorr avait un passé d'utilisateur de la Force.
Les gamoréens tombaient peu à peu sous les coups de ceux qu'ils tenaient en joue, quelques minutes auparavant.
Le gladiateur rattataki fonçait vers son ancien sponsor à la vitesse de la foudre, dégommant tout obstacle qui aurait le malheur de se trouver sur sa route.
Toujours étendu sur son siège, sûr de lui, le hutt s'adressa à son ancien champion.
-(Pourquoi te battre contre moi?! Tu avais gagné!
Ces nouvelles esclaves étaient un cadeau pour toi! Tu était à l'abri du besoin et avait une vie de roi!)

-La ferme, larve! Il y a des choses bien plus importantes que les crédits ou le confort! Vous le hutts, vous ne savez rien de l'honneur!
Vaincre avec l'aide de tes fusiliers est déjà insupportable, mais massacrer des innocents!...

-(Qu'il en soit ainsi... Puisque tu refuses de te soumettre, je me vois dans l’obligation de te mettre un collier d'esclave!)
-Voilà qui semble mal engagé... Je suis à un mètre de toi, Adar... Et mon sabre est plus près encore...
Le hutt appuya sur un bouton rouge non loin de son dossier te de nombreux écrans apparurent autour de son siège.
Loin d'être impressionné, le champion se jeta sur le hutt, sabre en main. Il fut repoussé par un tir de l'une des tourelles, apparues derrière Adar.
Il roula à terre, l'épaule brûlée.
La bataille faisait toujours rage dans les tribunes. Grany abattait un garde presque à chaque tir, Hina envoyait l'ennemi dans les pièges du terrain de huttball tandis que le dernier gladiateur tirait des missiles à carbonite depuis son speeder.
Dès qu'il vit Balorr tomber à terre, Ghen hurla de rage et se jeta sur Adar grâce à son jetpack, explosifs en main.
Le hutt commençait à s'énerver, et un tir de tourelle fit valser le casque du wookiee, qui l'esquiva juste à temps.
Face à son visage découvert, Adar eut soudain une expression de terreur sur son visage.
-(Toi! Non! NOOOOOO...)
-La ferme, sale larve!
Le wookiee balança tant d'explosifs que même une armure de campagne corellienne n'aurait pas tenu le coup.
Les boucliers cédèrent, puis le hutt mourut les yeux ouverts, le visage figé de peur.
Après avoir craché sur le cadavre, il ramassa son casque pour le remettre, après quoi il aida Balorr à se relever.
Ce dernier fit signe qu'il y arriverai sans aide.
Une fois debout, il contempla le corps de son ancien sponsor, cracha dessus à son tour, puis se retourna vers les tribunes, ou les quelques survivants gamoréens s'étaient rendus suite à la mort de leur employeur.
Le public criait de joie et de reconnaissance. Grany profitait une fois de plus de son instant de gloire.
Ghen revint vers le groupe qui se rassemblait peu à peu.
-Ghen? Pourquoi le hutt était à ce point terrifié quand il t'a vu?
Il semblait tout aussi perplexe que moi et se contenta de répondre avec humour.
-(Il savait que j'étais la main qui mettrait fin à son ignoble vie d'oisiveté et de bêtise!)---Pourquoi tu détestes autant les hutts?
-(Par principe!)
Ce fut le tour du chasseur en armure noire de venir vers nous. Bien que chaque membre du groupe se tienne sur la défensive, il s'approcha, puis se mit à rire aux éclats.
La langue avec laquelle il finit par nous parler me laissa perplexe.
Maintenant qu'il était si près de moi, j'ai pu remarquer un détail essentiel: Il portait un casque talz.
Il l'enleva la seconde qui suivit pour laisser paraître aux yeux de tous le visage de Rennock Corona.
-RENNOCK?!
-(Pourquoi es tu si surpris? Grany ne t'a rien dit?)
-Mais qu'est ce que?! Grany?!
Le jeune chasseur était trop occuper à s'imprégner des acclamations de la foule pour m'entendre. Je décidai de régler son cas plus tard. Le cas de Rennock était bien plus intéressant.
-Je pense que tu as quelques explications à nous donner, Ren. Je me trompe?
-(Non, t'as raison, y'a beaucoup à expliquer.)
Alors, pour commencer, le speeder que tu vois là, c'est l'ombre Gurian.
-(Tu t'es servi du Gurian?!)
-(No stress Ghen, j'en ai trouvé un pareil, et je l'ai amélioré, y'a que la peinture qui change. C'est un magnifique Cyclone Gurian.
J'ai puisé dans mon magot pour le trouver.)

-Pourquoi tu t'es pas servi de celui là alors?
-(Ben, en fait, quand j'ai vu le speeder dans ton vaisseau, j'ai pas résisté... Je voulais à tous prix me déplacer et combattre comme avant... Tu m'en veux pas, j'espère?)
Ça faisait beaucoup à avaler d'un seul coup... Le fait Que Rennock puisse de nouveau être mobile et se battre aussi bien qu'avant, qu'il ait bricolé mon speeder avec son armure, qu'il m'en ait trouvé et amélioré un pareil et tout ça en moins de 24 heures, qu'il ait rejoint l'équipe adverse pour nous aider, qu'il ait donné un message que Grany ne m'avais pas transmis et surtout que V7 avait encore merdé... Mais je n'avais strictement aucune raison d'être en colère contre lui.
-Pourquoi je t'en voudrais? Au final, je me retrouve avec le même speeder, et tu peux de nouveau te déplacer! C'est tout bénef'!
La joie d'avoir "retrouvé" ses fonctionnalités qu'éprouvait mon compagnon talz faisait chaud au cœur.
La bonne humeur régnait de nouveau dans le groupe quand Balorr s'approcha de nous, l'épaule bandée.
Il demanda à me parler en privé.
Tandis que le groupe continuait à s'émerveiller de l'ingéniosité de Rennock.
-Longstride. Le comportement d'Adar a souillé mon honneur. Je dois me racheter. C'est pourquoi je te propose un duel à mort dans une arène, une vraie.
Ça faisait vraiment plaisir de voir qu'il subsistait un minimum d'honneur sur une planète comme Hutta.
-Je relève ton défi, Balorr. Où est cette arène?
-Les seules vraies arènes sont sur Géonosis. C'est là bas que je suis né et c'est là bas que j'irai si je risque de mourir.
-Tu parles comme si tu devais mener ton dernier combat.
-Effectivement, Longstride. Et c'est peut être le cas.
Sans un mot, il s'en alla vers la sortie, puis se dirigea vers le spatioport. Me voyant l'observer se diriger vers le spatioport depuis une fenêtre, avec pour seul bagage son arme et un pass navette, il se retourna et cria.
Retrouve moi aux arènes de la Pierre Immortelle! Je t'attendrai là bas!
Puis le jeune rattataki s'en alla vers sa navette.
Tandis que je m'en retournai vers mon groupe, Ghen arriva vers moi, avec son habituelle bonne humeur, puis s'arrêta devant moi, à deux doigts de me bousculer.
-(Bon! On passe aux choses sérieuses, maintenant! Ou est notre cible?!)
Bien que je me sois douté de la réaction excessive du wookiee, il fallait dire la vérité.
-En partance pour Géonosis. On le retrouve là bas, pour son dernier duel.
J'avais à peine fini de prononcer "Géonosis" qu'il poussa un cri de rage et piétina le sol de ses jambes puissantes.
-(Mais c'est pas vrai!! Comment un mercenaire de ton gabarit peut il être aussi naïf?!)
Interpellés par l'emportement de leur compagnon, le reste de l'équipage vint vers nous, l'air interrogateur.
-(Cet abruti a laissé partir Balorr!!)
-C'est un homme d'honneur. Il ne tentera pas de nous doubler.
Comme prévu, Grany réagit au quart de tour.
Heureusement, Hina fut presque la seule à comprendre, en tant que Jedi.
Seul restait Rennock. Ne le connaissant pas encore très bien, il m'était difficile de sonder ses pensées.
D'un seul hochement de tête, le talz me fit chaud au cœur.
Comme pour calmer le jeu, il finit par annoncer:
-(Il y en a trop dans cette galaxie qui confondent l'honneur avec la faiblesse ou la naïveté.)
Sur ce, l'équipe s'est remise en chasse après que nos deux têtes brûlées se soient calmées.
En chemin, je fis signe aux autres de m'attendre au vaisseau, mais seule Hina resta avec moi.
-Il te reste quelque chose à faire?
Je lui fit un sourire moqueur.
-Ne me dit pas que tu a oublié.
-Les danseuses? Elles sont libres maintenant.
-Sur Hutta, seules, sans armes et à moitié à poil? Je crois pas, non. On dirait que je suis pas le seul à être naïf.
Suite à un éclat de rire, elle prit les devants et on retourna vers le palais d'Adar.
Les esclaves étaient restées là, près du cadavre de leur défunt propriétaire, sur lequel se trouvait la commande de désactivation de leurs colliers.
-Tu comptes faire quoi pour les aider?
Sans répondre, je les ai appelées à se regrouper.
-Vous êtes libres maintenant. Mais vous ne pouvez pas quitter Hutta.
Une profonde déception s'installa peu à peu dans leurs esprits de femmes libres, mais je ne comptai pas m'arrêter là.
Je tendis une carte sortie de ma poche. Hina semblait tout aussi surprise que les twi'leks.
-Prenez ceci, achetez vous des vêtements civils et allez ou bon vous semblera!
L'une d'entre elles s'empara doucement de l'objet, les mains tremblantes de joie. Lorsqu'elle voulu regarder le montant de la somme, ses yeux s'ouvrirent plus grands que des soleils. Elle nous lança un regard de remerciement, puis s'en alla avec le groupe vers la porte.
Ahurie, la mirialan essayait de comprendre.
-Y'avais combien sur cette carte?!
-L'héritage de mon père. Il me fallait une bonne occasion de l'utiliser.
Notre échange fut interrompu par l'une des twi'leks, tenant une enfant de onze ans par la main.
-S'il vous plait, chasseur. Pourriez vous nous rendre un dernier service?
-Ouaip?
-Cette pauvre petite s'est trouvée au mauvais endroit au mauvais moment... On ne connais pas ses parents... Pitié, pouvez vous la prendre avec vous?
Voir cette fillette du même âge que Grany en tenue de danse me donnait envie de gerber. Il fallait faire quelque chose pour elle. Mais, même si j'arrivais à vivre avec mon équipage, je ne savais pas comment m'occuper d'un gosse autre que le rejeton de Noess.
Je n'avais même pas fini de réfléchir qu'Hina lança subitement:
-On va s'en occuper et essayer de retrouver sa famille, ne vous en faites pas.
La twi'lek voulu s'incliner en remerciement, mais Hina lui fit signe qu'elle était libre et qu'elle devait fuir Hutta au plus vite.
Elle s'en alla, les larmes aux yeux, vers le reste de son groupe.
Alors q'on harpentai les spatioport, Hina, qui tenait la petite twi'lek par la main me demanda de m'arrêter quelques instants.
Elle avait la peau d'un bleu rappelant le ciel de Hoth, et se yeux du même azur magnifique. Le visage apeuré par les derniers évènements, bien que la Jedi tentait de la rassurer et de lui expliquer ce qui lui arrivait.
Puis elle s'est adressée à moi.
-Faudra qu'on parle de quelques chose le prochaine fois. D'accord?
Je dois avouer que j'ai été plutôt surpris.
Me reprochait elle d'avoir hésité à prendre la petite twi'lek?
-Comment tu t'appelles petite?
-Zinny
-Quel joli prénom. Dis, tu voudrais nous parler de ce qui c'est passé avant que tu viennes sur Hutta?
La petite s'accrochait au bras de Hina autant qu'elle pouvait, plus fermée encore qu'il y a quelques minutes.
-On devrait lui laisser un peu le temps.
-Tu as raison. Aller, les autres doivent nous attendre.
Nous avons tous les trois rejoint le vaisseau où nous attendait le reste de l'équipage, légèrement inquiet.
Sans prêter attention à l'effarement de Ghen, je suis allé voir Grany tandis que la Jedi expliquait la situation aux autres.
-Wyll? C'est qui elle?
-Une pauvre victime du commerce d'esclaves. On a garde avec nous le temps de retrouver sa famille... Si elle en a encore une...
Bien que le connaissait ayant l'estomac bien accroché, il sembla un peu choqué par ma dernière phrase.
-Bon, oublie ce que j'ai dit. Je voulais juste te demander un service.
La fièreté et l’excitation naturelles du togruta reprirent bientôt place au fond de ses yeux pourpres.
-Quoi? Une mission secrète? Un monstre à tuer? Une cible à chasser?
-Non, une gosse à occuper.
Sa déception ne fit aucun doute, presque autant que son incompréhension.
-Elle vient de vivre je ne sais combien de semaines d'enfer. Elle a besoin de pouvoir jouer avec quelqu'un de son âge. J'ai quelques jeux de pazaak dans ma malle, et autres jeux de ce genre.
Tu veux bien faire ça pour elle?

Le grognement étouffé qui sortit de sa bouche aurait pu paraître un refus, mais il se dirigea vers la malle, de laquelle il revint les bras chargé de boîtes diverses.
Il jouait les grands guerriers, mais il ne savait pas encore cacher ses émotions. Il était plus ravi que jamais de connaitre enfin un gosse de son âge.
Il s'en alla vers Zinny, recroquevillée dans un coin de la salle des machines.
Leur conversation, muette de loin, permettait néanmoins de lire sur leurs lèvres.
Toujours apeurée et timide, elle hésitait mais se laissa rapidement convaincre par Grany.
Ils se sont dirigés vers les appartements et n'en ont pas bougés de l'après midi.
Le vaisseau commençait à se remplir. Il était difficile de trouver un endroit calme en dehors des toilettes.
Même ma chambre était sans cesse occupée par un wookiee malodorant sous prétexte que mon lit était le plus confortable.
Rennock bricolait à l'atelier, Grany et Zinny jouaient dans la chambre de gauche, Ghen faisait la sieste sur mon lit et V7 s'attelait à la mission aussi épique qu'indispensable de décrasser le moteur. L'avant du vaisseau était désert, hormis Hina qui m'attendait dans le cockpit.
A travers les vitres de plastacier, les étoiles scintillaient comme autant de cristaux d'Ilum d'une pureté infinie.
La mirialan était penchée vers les ordinateurs et se tourna vers moi avec un grand sourire de satisfaction. Quelques larmes s'échappèrent de ses yeux. J'en étais déconcerté.
-Tu as pleuré?
-T'inquiète, c'est rien. C'est juste que sur Tython ou sur Coruscant, je n'ai jamais pu me confier à personne à part mon grand père, et maintenant qu'il est plus là, ça fait un trop plein.
Je l'écoutais sans prononcer mot.
-Mais ces quelques semaines avec toi m'ont prouvé que je pouvais te parler.
Je fus à la fois étonné et touché par cette marque de confiance.
-Tu peux tout me dire, Hina.
-En fait, c'est une histoire qui date d'il y a très longtemps, mais je ne l'ai jamais racontée, même pas à Grand père...
Bien qu'il la connaisse déjà...

J'écoutais, encore et encore, convaincu que cette suite d’informations incompréhensibles trouveraient un sens une fois son histoire terminée.
-Réponds moi sincèrement. Tu trouves que je fais mon âge?
Bien que Hina vienne d'avoir 17 ans, j'avais toujours trouvé qu'elle faisait une ou deux années de plus.
-Très sincèrement, tu as l'air d'avoir dans les 19 ans.
Pendant un instant, elle se tut. Elle baissa les yeux avec un sourire pour enfin "éclaircir" un minimum cette conversation.
-C'est normal puisque j'ai vingt ans en réalité.
Je ne sais pas ce qui ma le plus choqué dans ces quelques mots. Étais-ce le fait quelle aie trois ans de plus que son âge officiel? Qu'elle veuille le cacher? Ou encore cette éternelle question: Pourquoi?
-Ça remonte à la pire période de ma vie.
Je suis née sur Ord Mantell, dans un village non loin de fort Granik.
Un mois plus tard, un Jedi de passage a remarqué mon affinité avec la Force,sas doute héritée de mon grand père.
Le Jedi a convaincu mes deux parents de me laisser rejoindre l'ordre Jedi, et il devait m’emmener une semaine plus tard.
Mais ma mère avait accepté uniquement par peur du Jedi. Quelle ironie... C'est pas comme si elle avait eu affaire à un inquisiteur de l'empire.

Une pointe d'amertume et de colère se mêla à son récit.
-Elle insista pour m'accompagner dans la navette Ord Mantell-Tython. Mais c'était pour mieux disparaître avec moi au spatioport.
Elle me ramena dans un coin paumé d'Ord Mantell, et commença à boire et à se droguer.

Plus elle parlait, plus je percevais la scène dans ma tête, avec une exactitude étonnante. Peut être étais-je dans la tête de la mirialan.
J'assistai au récit tel un fantôme, que personne ne voit ni ne sent.
Au fond de la pièce unique d'une maison mantellienne en ruine, un gosse mirialan, enveloppé dans un amas de haillons criait tant qu'il pouvait.
Au dehors, des hurlements de femme se faisaient entendre.
A peine sorti, je failli entrer en collision avec une jeune femme mantellienne. Elle me traversa comme de la vapeur pour aller s'effondrer quelques mètres plus loin dans le sable.
Ce devait être la mère de Hina.
Elle se releva et s'en alla hurler face à l'océan, genoux à terre, les bras aux poings rageurs levés vers le ciel.
-Vous n'aurez pas mon enfant, enfoirés de Jedi! Vous ne l'aurez jamaaaaiiiiis!!!
A partir de cet instant, les jours, semaines, mois qui suivirent passèrent en quelques secondes, mais n'en étaient pas moins lents et douloureux.
Je plongeai tête baissée dans le passé de la jeune Jedi comme l'on plonge dans une abysse sans fond et obscure.
Tout ce dont vous rêvez, au
Marché du Cartel
...