Thread: Jedi Déchu.
View Single Post

Mirlina's Avatar


Mirlina
06.04.2012 , 03:47 AM | #33
(Merci ^^ Et bien, voilà la fin de la seconde trilogie )







Chapitre 6 : Secret de famille.





Phëbe découvrit rapidement que ramener un chien Kath n'était que le début de missions toutes plus ridicules les unes que les autres. Elle dû ramener d'autres animaux parmi des nexus et des akks mais également des plantes et s'occuper d'un ou deux présumé traître. La mercenaire n'avait jamais autant eu l'impression d'être inutile. Fort heureusement, la paye était bonne. Sa dernière mission avait cela dit été un peu plus existante. Elle avait dû se charger d'un maître Jedi pour soutenir les troupes qui attaquaient une usine de traitement du poison de Quesh. L'homme avait été assez puissant, mais manifestement, il ne représentait pas un défi à la hauteur pour la jeune femme. Phëbe bâilla dans l'antichambre du bunker, adossée à un mur. Elle ne savait plus depuis combien de temps elle attendait. Le Capitaine Quinn l'avait fait demandé après l'attaque et depuis elle poireautait. La chasseuse poussa un long soupir au moment où la porte coulissa, laissant apparaître l'officier.
- Chasseuse de prime. Entrez, je vous prie.
Quinn laissa la femme entrer avant de jeter un coup d'oeil à l'extérieur. Puis, après un hochement de tête quasi imperceptible, il verrouilla la porte. Phëbe fit semblant de n'avoir rien remarqué et s'installa dans le fauteuil des invités avec grâce.
- C'est joli chez vous.
Quinn s'installa à son tour derrière le bureau et la dévisagea.
- ça n'a pas changé depuis la dernière fois.
Phëbe opina.
- ça manque d'une présence féminine, pour sûr.
Quinn se racla la gorge et détourna le regard. La chasseuse sourit intérieurement. Elle l'avait troublé un instant.
- Votre dernière mission à été un franc succès et nous a apporté la victoire. Du moins pour le moment. Et je ne pense plus avoir besoin de vos services...
La chasseuse resta interdite un instant.
- Vous avez des commentaires à faire à ce sujet ?
- Je m'attendais à avoir un travail plus... Important que cela.
Quinn jeta quelques regards autour de lui, méfiant et tapota quelques secondes sur la console incrustée dans son bureau. Au bout d'un moment, il releva les yeux vers elle.
- Peut-être pourrais-je vous confier une nouvelle mission.
Elle sourit d'un air aguicheur.
- Aurais-je droit à un peu de détente avant cela ?
L'officier se passa la langue sur les lèvres dans un geste visible de stress.
- Et bien ? Qu'y a t-il cher Capitaine ? (Dit-elle avec un petit sourire qui ne fit que renforcer son air séducteur.)
- R-Rien... (Bredouilla t-il.)
Le sourire de la femme grandit. Elle se leva lentement.
- J'ai quelque chose à vous montrer, dans mon vaisseau.
Quinn plissa les yeux.
- Qu'est-ce que c'est ?
- Vous verrez bien... (Dit-elle avec un air mystérieux et amusé.)
- J'enverrais des soldats le chercher.
- Je ne préfère pas.
- Et pourquoi cela ? (Demanda t-il d'une voix tendue.)
- Car je veux que vous seul le... Voyez... (Dit-elle, soudain timide en détournant les yeux.)
Quinn resta silencieux un long moment, dévisageant la femme avec suspicion.
- Quand ?
Elle haussa les épaules et se rapprocha de la porte, entrant le code pour la déverrouiller.
- Quand vous voulez. Mon vaisseau vous est toujours ouvert vous savez..
La porte s'ouvrit en sifflant derrière elle, mettant ainsi fin à la discussion. Elle fit une petite moue puis fit un clin d'oeil avant de partir. La porte se referma, laissant Quinn seul, songeur.





Phëbe se remaquillait dans la chambre de son vaisseau. Mako était à coté d'elle, incrédule.
- Tu es sûre qu'il va mordre à l'hameçon ?
- Mon charme a t'il déjà faillit ?
Mako ne réfléchit qu'une seconde.
- Bah, il y a eu cette fois sur Nar Shadaa où...
Phëbe leva une main agacée.
- D'accord, d'accord...
- Et il y a également eu le Twilek sur Tatooïne... et.. (Poursuivit la jeune femme.)
- ça va ! (Cria Phëbe, énervée.)
Quelques coups sur la coque coupèrent court à la dispute. Phëbe alla regarder sur son écran et passa les caméras du vaisseau en revu jusqu'à tomber sur l'écoutille. Un homme attendait, en tenue impériale, visiblement un officier. Phëbe offrit un large sourire à sa partenaire.
- Je ne veux pas te voir.
Dit-elle en allant ouvrir. Mako haussa les épaules et s'enferma dans ses quartiers quand l'écoutille s'ouvrit. Quinn attendait là, mal à l'aise.
- M'Dame... (Dit-il d'une voix légèrement tremblante.)
- Oh, Capitaine, mais je ne vous attendais pas. (Elle s'écarta et lui montra l'intérieur.) Voulez-vous entrer ?
L'officier fit un bref signe de tête et pénétra dans le cargo. Phëbe lui proposa de la suivre dans sa chambre ce qu'il accepta après un instant d'hésitation. Discrètement, la chasseuse verrouilla la porte pendant que l'impérial détaillait la pièce.
- C'est très coquet...
Phëbe émit un petit rire en se dirigeant vers son bureau. Elle tapota sur quelques touches avant de faire face à son invité.
- Vous savez, je n'ai pas l'habitude de faire ça....
Elle lui sourit et s'approcha pour déposer un baiser sur sa joue avant de le repousser doucement vers le lit. Les mains de la chasseuse se posèrent sur ses hanches et commencèrent à les caresser. Ses lèvres effleuraient son oreille droite avec sensualité, donnant des frissons à l'officier. Elle lui mordilla le lobe, ses mains faisant le tour de son corps avec douceur et tendresse. Puis, elle le repoussa, faisant tomber l'officier sur le lit et le mit en joue avec son propre blaster.
- Je... (Quinn leva les mains en l'air, perplexe.) Qui vous envoie ?
Phëbe sourit.
- Sachez que je n'ai pas pour habitude de donner le nom de mon employeur. Mais vous avez fâché la mauvaise personne. Un Sith.
Le Capitaine déglutit sans faire de mouvement brusque.
- Donc tout n'était que salade.
- Hum, vous êtes plutôt mignon. Mais je ne mélange pas plaisir personnel et travail.
Elle se mit en position de tir d'un air menaçant. Quinn agita les mains.
- Woh woh woh ! Attendez... Qui es-ce ? Combien vous paie t-il ? Je vous donne le double !
Phëbe hésita une seconde.
- Dark Sornal... (Finit-elle par lâcher.) Et il paye trop pour vous. Plus de cinq millions de crédits.
Quinn déglutit.
- Je vous en offre douze ! Oui, vous m'avez bien entendu, douze millions de crédits !
Phëbe baissa le blaster et Quinn poussa un long soupir avant de se relever. La chasseuse le dévisagea.
- Vous avez une telle somme ?
- Bien sûr. Laissez moi juste... (Dit-il tout en s'approchant de son hôte.)
Phëbe ricana et plongea. Elle attrapa le bras de Malavai, le prenant par surprise une demi seconde de trop et avec une clé de bras, planta une seringue dans sa nuque. Il poussa un cri et tomba au sol, posant ses doigts sur la seringue. Il se l'arracha et remarqua qu'elle était vide.
- Un puissant somnifère. ça va vous plonger dans un coma artificiel. Je ne trahis jamais mes employeurs. (Lui dit-elle avec un sourire sardonique.)
Quinn ressentait déjà les effets de la drogue. Il avait du mal à entendre et encore plus à comprendre ce que lui disait son interlocutrice. Il commençait à voir double et ses membres devenaient insensibles. Il resta immobile quelques secondes, luttant contre l'injection avant de s'effondrer. Phëbe poussa un petit soupir et déverrouilla sa porte. Mako l'attendait de l'autre coté avec un blaster.
- Alors ?
- Je crois qu'il est littéralement tombé sous le charme. (Elle laissa Mako voir d'elle même.) Planque le, on va partir.
La chasseuse rejoignit le cockpit et demanda les autorisations de départs à l'Empire. Elle reçut un bip de confirmation et fut heureuse qu'on ne lui fasse pas subir un contrôle. Elle enclencha les moteurs et calcula la trajectoire pour Dromund Kass. Elle allait livrer son colis et obtenir son vrai boulot. Elle sourit et lança son vaisseau en hyper-espace.





Shanaràh se tenait droite dans la chambre qu'il lui avait été assignée à bord du vaisseau de Dark Sornal. Elle devait avouer qu'elle était impressionnée par la loyauté que lui vouait le personnel. La Sith avait tenté de contacter son véritable maître, mais Sornal était trop malin pour lui avoir laissé une véritable liberté. Ses communications étaient limitées au Tyrus. Elle fit la moue et contacta son maître provisoire.
- Dark Sornal ? J'aimerais vous parler.
Il n'y eut aucune réponse pendant un moment et Shanaràh put sentir à travers la Force l'offense qu'elle avait faite à Sornal. Ce qui lui donna des frissons de plaisir.
- Deux soldats vont vous escorter jusqu'à moi. (Finit-il par lâcher en coupant la communication.)
La sorcière attendit, satisfaite. Après un long moment qui lui parut durer une éternité, des coups rapides résonnèrent à sa porte. Elle ouvrit et découvrit deux soldats impériaux.
- Excellence. Veuillez nous suivre.
Shanaràh suivit les gardes jusqu'aux appartements privés de Dark Sornal et ils la laissèrent seule avec lui. Le guerrier ne fit pas le moindre geste et n'accorda pas le moindre regard à la femme. Il bouillonnait de colère, mais la sorcière était quasiment persuadée qu'elle n'en était pas l'unique raison.
- C'est moi qui prends les décisions ici. (Finit-il par lâcher d'un ton sec.)
- Bien sûr Maître. Loin de moi l'idée de remettre cela en question. (Déclara t-elle d'une voix soumise.) C'est juste que...
Sornal leva la main et la voix de la sorcière mourut dans sa gorge. Elle se prit la gorge entre les mains, suffocante. Sornal poursuivit quelques instants avant de baisser la main. Shanaràh tomba à genou et prit une grande bouffée d'air, haletante.
- Je ne suis pas sadique. Mais je ne suis pas idiot non plus, Shanaràh.
L'intéressée demeura silencieuse, reprenant son souffle, partagée en haine et terreur.
- Vous êtes à moi désormais. Malgus a déjà été prévenu de ce fait et il n'a pas cherché à négocier ou à nier cet état de fait.
- Vous mentez ! (Dit-elle d'une voix étranglée.)
- Que non. Je vous ai fait don de la vie, et je peux reprendre ce don. Ne l'oubliez jamais. (Il se retourna lentement, posant son regard incandescent sur la jeune femme, sans émotion si ce n'est un peu de mépris.) Je n'attend pas une obéissance aveugle. Je vous donnerai des raisons d'accepter mon autorité. Savez-vous pourquoi mes hommes sont tous prêt à mourir pour moi ?
Elle fit non de la tête.
- Car je leur donne du pouvoir et un minimum d'attention. Car je me soucis de leur santé et que je ne me débarrasse que rarement de quelqu'un. Suffisamment pour montrer que je suis impitoyable, mais pas trop pour ne pas les faire suivre par la peur. Car si la peur est une arme efficace, elle a le désagréable effet pervers d'être à double tranchant. Comprenez-vous ?
Elle hésita un instant, assimilant la leçon avant d'opiner. C'était brillant. Les soldats et le personnel suivaient plus efficacement quand ils avaient l'attention de leur chef, quand ils n'avaient pas constamment peur. Mais une chose continuait de la tracasser. Une vérité qu'elle avait du mal à admettre mais qui était évidente.
- Pourquoi ?... (Demanda t-elle, la voix à moitié brisée.)
Sornal eut un petit sourire.
- Pourquoi je vous ai laissé en vie ?
Elle opina en silence.
- Appelez cela un caprice. J'ai une ambition. Et je n'avais jamais jugé un seul Sith digne de mon intérêt. Sauf vous. (Il haussa les épaules.) Pourquoi, j'avoue que je ne suis pas encore sûr.
L'intercom bipa plusieurs fois. Sornal attendit quelques instants avant de se diriger vers l'appareil d'un pas lent. Il appuya sur le bouton de réception.
- Qu'y a t-il ?
- Excellence, le cargo de la chasseuse est de retour. Et nous n'avons plus de nouvelles du Capitaine depuis un jour.
Sornal sourit.
- Parfait. Que deux gardes aillent attendre la mercenaire dans les hangars et aidez là à amener son fardeau, avec beaucoup d'attention. Retrouvez moi sur le pont.
- Oui Excellence.
La communication se coupa et le silence retomba. Sornal tourna lentement son regard vers son apprentie rebelle. Il poussa un soupir en constatant qu'elle était toujours à genou, visiblement brisée. Cela le décevait.
- Relevez-vous. (Ordonna t-il d'un ton sec.)
Shanaràh lui adressa un regard haineux avant de se reprendre et de se relever docilement, ce qui le réconforta.
- Je ne demande pas de chien obéissant. Je ne veux juste pas de désobéissance. Savez-vous faire ça ?
Elle le dévisagea un instant sans comprendre.
- Vous voulez que je reste la même tout en me pliant à vos exigences ?
- En quelque sorte... (Il prit une inspiration.) Je vais vous confier un secret. Le plan de Malgus échouera.
La sorcière plissa les yeux, perplexe.
- Pourquoi ?
Le guerrier était satisfait. Elle ne demandait pas de confirmation, mais une raison.
- Car les Siths ne se rangeront jamais derrière quelqu'un d'aussi fanatique. Malgus n'a pas la poigne nécessaire et la compréhension suffisante pour dominer les Sith. Les querelles intestines reprendront rapidement le dessus chez ceux qui l'auront suivit. De plus, croyez-vous que seul l'Empire se sentira concerné par cette trahison ?
Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent.
- La République... (Lâcha t-elle dans un souffle.)
- Exactement. Il va diviser l'Empire et l'affaiblir. (Sornal se passa la langue sur les lèvres, en proie à l'excitation.)
- Il faut l'en empêcher alors !
- Non. L'Empire est tout autant sûr de s'écrouler en temps et en heure.
- Vous êtes un traître aux Siths et à l'Empire !
Il poussa un soupir amusé.
- Dixit celle qui voulait trahir l'Empire il n'y a pas si longtemps.
Shanaràh détourna le regard, furieuse, blessée.
- Je ne peux être un traître étant donné que je n'ai jamais été un patriote quelconque. Le seul camp qui compte, est le mien. (Il marqua une pause, et ferma les yeux un instant, sondant la Force.) Suivez-moi sur le pont.
Le guerrier sortit, son apprentie sur ses traces, méditant ce qu'elle venait d'apprendre. Elle voulait dénoncer son nouveau maître pour obtenir une place de choix dans la société Sith. Elle pouvait le faire ! Mais elle se rendit aussitôt compte de l'inutilité, voir du danger d'un tel acte. A qui pourrait-elle le confier ? Dark Sornal allait sûrement s'assurer d'avoir tous ce qu'il faut contre elle, si ce n'était pas déjà fait. Elle avait changé de maître, passant de l'un à l'autre. Quand tout le monde saurait ce que Malgus préparait, elle serait l'une des première à être visé. En réalité, son nouveau maître lui offrait une chance de salut, bien que mince. Si elle voulait rester en vie, ce qui était bien évidemment le cas, elle devrait se plier à sa volonté tant qu'elle n'était pas assez puissante. Et Shanaràh comprit soudain toute l'ampleur des paroles du guerrier. Les Sith était égoïste et ne pensait qu'à eux. Elle ne pensait pas aux autres et était prête à lâcher Dark Malgus au moindre danger. Les idées de ce dernier étaient folles et irréalisable. Les Siths ne se souciaient que d'eux mêmes et ils le faisaient déjà mal. Elle déglutit et stocka ces informations dans sa mémoire. Elle serait attentive et essayerait d'en apprendre le plus possible. Un jour, elle tuerait Sornal pour son propre pouvoir. Et l'Empire ? C'était le cadet de ses soucis.





Phëbe avançait d'une démarche presque solennelle le long du pont, vers son commanditaire. Derrière elle, légèrement en retrait avançait Mako. Un peu plus loin, deux gardes portaient un corps. Ils le déposèrent aux pieds de Sornal. Le Sith sourit largement, visiblement satisfait. Phëbe remarqua une autre manipulatrice de la Force, sur le coté, qui observait attentivement. Elle fit une très légère révérence avant de l'ignorer tout simplement.
- Réveillez-le.
La chasseuse s'exécuta immédiatement, injectant quelque chose dans la nuque du Capitaine. Il ne se passa rien durant quelques longues secondes, et au bout d'une minute, Quinn commença à grogner. Il remua légèrement et roula sur le dos. Il se prit la tête entre les mains.
- Réveil difficile Quinn ? (Ironisa Sornal.)
Quinn marmonna quelque chose avant de se forcer à se redresser puis à se mettre debout. Flageolant, il s'inclina devant son seigneur.
- Désolé, Excellence.
- Shanaràh ?
Surprise, la Sith fit un pas en avant.
- Oui, Seigneur ?
Celui-ci sourit.
- Soignez-le.
Elle bredouilla.
- Euh, ce... C'est à dire... Ce...
Il leva une main pour couper court à ce balbutiement.
- Faites-le.
La sorcière marmonna quelques mots bien sentis sous le regard interloqué d'un Quinn a moitié endormi. Elle concentra la Force en prenant une profonde inspiration et visualisa le corps du Capitaine grâce à ses sens. Elle canalisa l'énergie au bout de ses doigt et trouva un malaise dans le corps de l'homme, certainement dû à la drogue. Shanaràh déchargea la Force dans le corps du Capitaine, lui donnant un brusque afflux de puissance. Il grogna alors qu'il était légèrement soulevé de sol sous le regard intéressé de Sornal. L'officier poussa quelques gémissements alors qu'il se mettait à luire. Des vapeurs s'échappèrent de son corps, puis il y eut un petit flash de lumière, et il retomba au sol, essoufflé. Shanaràh secoua doucement la tête, en sueur.
- C'est fait... (Dit-elle d'une vois bien plus faible qu'elle ne l'aurait voulu.)
Quinn déglutit et se redressa maladroitement, testant ses doigts qui n'étaient plus engourdis.
- Vous allez mieux Quinn ?
Celui-ci tourna vivement la tête, comme s'il avait oublié la présence de son maître. Il fit oui de la tête.
- Beaucoup mieux Excellence.
- Bien. Votre rapport.
Phëbe fronça les sourcils, visiblement très surprise.
- Pardon ?!
Sornal la regarda sans émotion.
- Vous avez quelque chose à dire, mercenaire ?
- Vous... Je.. Il travaillait pour vous ?
- Oui. C'était un test. Cela vous pose t-il un problème ?
Phëbe se rendit soudainement compte qu'elle était allée trop loin. Elle recula d'un pas, mal à l'aise.
- N-Non... (Bredouilla t-elle.)
Elle déglutit. Mais qu'est-ce qui lui avait prit ? L'air était subitement devenu lourd et chargé. Jamais elle ne s'était sentie aussi nue et vulnérable. Sornal la dévisagea un instant avant de reporter son attention sur Quinn. La chasseuse se sentit aussitôt légèrement mieux.
- La chasseuse de primes a parfaitement rempli son rôle, faisant toutes les missions qui lui ont été confiées. toutes ont été un franc succès. Difficile à cerner, elle a réussit à me faire douter et à m'amener à venir la voir. Bien qu'elle se serve un peu trop de son corps comme d'un outil. Elle n'a pas été tentée de vous trahir.
Sornal hocha la tête.
- Bien. Allez vous reposer Capitaine. Faites vous un bilan complet.
Quinn s'inclina solennellement et s'en alla. Le guerrier fit face à la mercenaire.
- Vous avez passé les tests avec succès. Du travail vous intéresse toujours j'espère.
La femme demeura silencieuse et réfléchit une seconde avant d'opiner. Elle savait qu'un refus pourrait s'avérer très dangereux.
- Bien !
Dark Sornal claqua des doits. Aussitôt, un officier, jusque là en retrait, s'avança et tendit un datapad à la jeune femme. Celle-ci commença à faire défiler les informations contenues dedans avec intérêt, Mako regardant par dessus son épaule.
- Vous avez pour mission de combattre un Jedi. Mais, comme pour Quinn, vous avez la tâche de le me ramener vivant. Cela dit, vous avez le droit de le cabosser un peu, du moment que ce n'est pas permanent ou handicapant. Et bien entendu, vous n'en parlerez à personne.
Phëbe se contenta d'opiner en continuant de lire les documents.
- La meilleure façon d'attirer votre cible est de vous en prendre à sa femme. Kirasari Al'jin.
Phëbe releva subitement la tête de son datapad ce qui attira l'attention de Sornal.
- Y a t-il un problème ?
Elle déglutit et secoua négativement la tête avant de replonger dans ses fichiers. Sornal plissa les yeux, intrigué, mais reprit son exposé.
- Je vous déconseille fortement de la tuer ou de lui faire trop de mal. Son mari risquerait de devenir incontrôlable.
- Je croyais que les Jedis ne se mariaient pas et qu'ils devaient écarter toute émotion.
Dark Sornal eut l'ébauche d'un sourire sur le visage, mais demeura dur et froid.
- C'est un Jedi particulier.
Elle opina, signifiant qu'elle comprenait qu'il n'en dirait pas plus.
- Votre véritable cible est Keltal Al'jin.
Phëbe eut un petit mouvement nerveux, mais essaya de le masquer. Sornal la dévisagea avant de se désintéresser de la chose. La chasseuse poussa un soupir muet de remerciement et nota les informations dans un coin de sa tête. Keltal...
- D'après mes informateurs, il se trouve en ce moment même sur Tatooine. Avez-vous des questions ?
- Non.
- Alors partez sur le champ et ramenez le moi.
Elle opina, salua, et partit d'une démarche un peu raide et rapide. Elle voulait quitter ce vaisseau au plus vite. Soudain, elle se prit à espérer qu'après ce contrat, le Sith n'aurait plus besoin d'elle. Bien entendu, elle en doutait fortement.





Keltal buvait un verre de lait de bantha à la cantina d'Anachore. Ses yeux scrutèrent la salle bruyante. Sur sa gauche, un Weequay parlait véhément avec trois humains. Au vu de leurs tenues, ils s'agissaient certainement de pirates. Accoudé au bar se tenait un officier de la République en civile qui jetait des regards autour de lui, notant de temps à autre quelque chose sur des feuilles de flimsi. A droite, se tenait un groupe de musiciens. Les danseuses Twileks se déhanchaient avec grâce, sans parvenir à attirer l'attention de plus d'un ou deux poivreaux qui regardaient leurs courbes avec envie. Keltal poussa un soupir et ferma les yeux pour étendre ses sens et les limites de sa perception via la Force. Un mélange d'alcoolique notoire, de criminels en tout genre et... Une lumière, qui s'approchait. Il rouvrit les yeux et la vit, avançant vers lui avant de s'asseoir.
- Keltal.
- Maître Jeysà.
La Miralukka lui offrit un sourire un peu crispé.
- Alors, de quoi vouliez-vous me parler dans ce taudis ?
- Je voulais savoir pourquoi. (Dit-elle sans préambule.)
Keltal poussa un petit soupir.
- Pourquoi j'ai une fois de plus défié le conseil ?
Elle opina et il prit une petite inspiration.
- Je suis prêt à me plier à pas mal de règles. Mais je pense absurde cette idée de nous couper des émotions.
- C'est au contraire logique.
- Mais nous ne sommes pas des êtres de logique, mais d'émotions justement. Et vouloir s'y couper fait appel à une autre émotion, la peur. La peur de basculer, la peur de s'y perdre. La simple peur de ressentir, d'accepter le fait que nous sommes imparfaits, faillibles.
- Les Jedis n'ont pas le droit de faillir. Vous voyez bien les ravages que peuvent provoquer les utilisateurs de la Force quand ils ne sont pas soumis à des règles.
Elle avait l'air de vouloir autant le convaincre lui qu'elle même.
- A mon avis, c'est plus compliqué que ça.
Elle écarta la réponse d'un geste de la main.
- Et le mariage n'est pas la seule chose que le conseil vous reproche. Les missions qui vous ont été confiés...
Il poussa un long soupir exaspéré.
- Je sais, je sais, je sais. Je n'ai pas toujours respecté les prérogatives du conseil. J'ai fais de mon mieux. (Il se leva lentement en vidant son verre d'un trait.) Je suis faillible. Je l'accepte.
- Le conseil a décidé de vous mettre à pied... Ils ne vous confieront plus de missions.
Il haussa les épaules, visiblement peu atteint.
- Revenir chez les Jedis était certainement une erreur en fin de compte. Merci pour la discussion. (Il jeta deux jetons de crédits sur la table.) Prenez donc un verre, ça me fait plaisir. (Il s'arrêta.) Sachez que ce fut un plaisir de discuter avec vous. Vous m'êtes sympathique.
Elle opina doucement alors qu'il allait partir.
- Quel effet ça fait ? (Demanda t-elle doucement.)
Il se retourna lentement, surprit.
- Quoi donc ?
- D'aimer... Et d'être aimé... (Demanda t-elle, hésitante.)
Keltal considéra la question un instant.
- C'est quelque chose d'unique et de précieux, de merveilleux. Mais ça ne peut pas s'expliquer.
Elle releva la tête, intriguée et il lui sourit avec indulgence.
- Il faut le vivre pour comprendre, pour l'accepter...
Jeysà réfléchit avant d'acquiescer. Mais il n'était pas sûr qu'elle comprenne vraiment.
- Au revoir, mon ami.
Il s'inclina.
- A bientôt, mon amie.
Et il partit, la laissant seule avec ses pensées.





Phëbe regarda le vaisseau à travers ses jumelles ainsi que la jeune femme qui venait d'en sortir. Al'jin...
La femme savait qu'elle s'apprêtait à franchir un cap dangereux. Pourtant, après tant d'années à faire ce travail, elle pensait s'être totalement détaché de tout. Elle comprit que ce n'était pas le cas. Kirasari disparut du champ de vision de Phëbe, mais cette dernière n'esquissa pas le moindre geste. Elle resta là, le regard perdu dans le vide. Elle revit ces jeunes années, il y avait si longtemps, ainsi que son premier et unique amour. Barlar. Elle ferma les yeux et se perdit un moment dans son passé. Les minutes s'écoulèrent et elle remarqua un son grésillant dans son oreille.
- Phëbe ?
- Je te reçois Mako.
Depuis combien de temps tentait-elle de la contacter ?
- Ah ! Je me demandais s'il fallait que je me trouve un nouveau partenaire.
Phëbe ne releva pas la remarque.
- Elle est sortie ?
- Oui. depuis quelques temps déjà. Alors dépêche-toi.
La mercenaire acquiesça malgré que sa partenaire ne puisse la voir et descendit dans le hangar. Elle avait eu du mal à s'infiltrer ici, mais il y avait peu de porte que l'argent ne puisse ouvrir et de salle qu'il ne puisse vider. Par chance, les Jedis étaient assez naïfs pour laisser leurs vaisseaux ouverts. Elle le fouilla de fond en comble, juste par curiosité, mais n'y trouva que peu de chose digne d'intérêt. Phëbe plaça des petits dispositifs contre les plaques à l'entrée du vaisseau avant de reprendre son poste d'observation. Les minutes s'engrenèrent de nouveau jusqu'à ce que Mako ne la recontacte.
- Elle arrive.
- Et lui ?
- Toujours aucune trace.
- Compris.
Phëbe patienta jusqu'à l'arrivée de la Jedi. Celle-ci avança d'une démarche légère et en aucun cas sur la défensive. Elle s'arrêta pourtant en grimpant sur l'écoutille, le visage crispé.
- Trop tard... (Marmonna Phëbe.)
Elle appuya sur le détonateur à son poignet. Aussitôt, des filets de fumées s'échappèrent de quatre endroits autour de la Jedi. Du gaz anesthésiant. Elle recula et tenta de s'enfuir, mais il était trop tard. Kirasari s'écroula sans opposer de résistance.
- Le voilà. Tu as deux minutes pour filer avec elle.
La chasseuse ne répondit rien et descendit. Elle tira le corps et lui attacha les mains dans le dos avec du fil en duracier puis l'installa assise contre l'un des pieds du vaisseau et attendit.
- C'est bon, t'es dehors ?
- N'intervient pas.
- Quoi ? Phëbe ? Phëbe ?!
Celle-ci retira son comlink et le désactiva. Keltal apparut bientôt à l'entrée du hangar, le sabre désactivé à la main. Son air méfiant indiqua immédiatement à Phëbe qu'il avait sentit un problème. Il s'avança vers elle, d'un pas lent et méfiant. Ses yeux passèrent de la chasseuse à sa femme et il se mit en garde.
- Eloignez-vous d'elle. Sur le champ.
- Vous n'avez pas d'ordre à me donner, Jedi.
Il s'avança et elle sortit son blaster qu'elle pointa sur lui.
- Je vous le déconseille.
Keltal plissa les yeux.
- Tirez. Vous n'aurez doit qu'à un seul coup. Je vous conseille de ne pas le rater... (Dit-il d'un ton menaçant.)
Phëbe fit une petit grimace avant de répondre avec une pointe d'ironie.
- Merci pour le conseil. Mais j'ai plus de chance de toucher cette cible là.
Et elle pointa son canon vers Kirasari, toujours inconsciente. Le comportement de Keltal changea du tout au tout. Il leva les mains, en signe de soumission.
- Que voulez-vous ?
Keltal décela diverses choses dans le regard de son interlocutrice. De la haine, manifeste, et très certainement à l'égard des Jedis, mais aussi du dégoût, de la déception... et de l'impuissance. Bien que non utilisatrice de la Force, elle n'en restait pas moins une présence forte qui devait être particulièrement difficile à manipuler. Aussi décida t-il de ne pas tenter la chose.
- Des réponses... (Dit-elle à mi voix.)
Le gardien la dévisagea, perplexe. Que voulait-elle vraiment ? Et pourquoi se sentait-il mal à l'aise en sa présence ? Etait-ce simplement dû à la menace pesant sur sa femme ? Où...
- Je vous écoute.
Phëbe prit une profonde inspiration.
- Connaissez-vous Dark Sornal ?
Keltal poussa un long soupir.
- Oui. C'est donc lui qui vous envoie ?
Elle éluda la question et poursuivit.
- Qu'est-il pour vous ?
Il hésita un instant.
- ... Mon frère...
- Jumeau ?
Il opina.
La chasseuse déglutit et sentit des frissons parcourir son corps. Devait-elle continuer ? Elle était allée trop loin pour reculer maintenant ! Elle devait savoir !
- Quel âge avez-vous ?... (Demanda t-elle, la voix et les lèvres tremblante.)
Keltal ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait et commençait même à en avoir marre. Il fit un pas en avant.
- Mais en quoi cela vous regarde...
Phëbe fit un geste brusque avec son blaster vers Kirasari, indiquant qu'elle était prête à tirer à la moindre menace. Keltal se figea et montra ses mains pour signifier qu'il ne tenterait rien.
- Bientôt 35 ans...
Des larmes roulèrent sur les joues de Phëbe et elle baissa son arme, ébranlée. Keltal hésita un instant puis se précipita sur sa femme et la sonda brièvement via la Force pour connaître son état et décela les effets d'un simple gaz anesthésiant. Il poussa un soupir muet de reconnaissance et la détacha avant de se tourner vers la chasseuse qu'il dévisagea comme pour la première fois. Son impression n'avait pas changé du tout... Pourquoi cette femme lui donnait une impression aussi étrange ?
- Et vous alors ? Qui êtes vous ?
Elle le regarda à travers un rideau de larme et renifla.
- Je suis...
Sa voix se brisa. Elle avait voulu savoir. Maintenant elle savait. Mais qu'avait-elle espérée ?
- Je suis ta mère...
Keltal se figea, les yeux écarquillés, visiblement ébranlé.
- Ma mère ?... C'est impossible...
- Et pourtant... Je suis Phëbe Al'jin, et il y a presque 35 ans, j'ai mis au monde deux frères jumeaux... Keltal, et Sornal.
Keltal ne fit pas le moindre geste, digérant lentement l'information. Sa mère s'approcha avec maladresse et le prit dans ses bras en pleurant. Le Jedi ne savait pas comment réagir. Sa mère n'avait jamais été plus qu'une ombre dans son existence, un fantôme de sa mémoire, qui lui chantait des berceuses. Mais les Jedis lui avaient rapidement apprit à s'en détacher, insistant sur le fait qu'il devait l'oublier et que la présence de son frère à elle seule était déjà une entorse exceptionnelle et une difficulté pour tous les deux. Depuis, il n'avait jamais cherché à la retrouver. Par où aurait-il commencé ? La galaxie était tellement vaste... Et la guerre avait fait d'innombrables victimes. Sans s'en rendre compte, il la serra dans ses bras.
- Pourquoi ?
- Pourquoi quoi ? (Demanda t-elle d'une voix éraillée.)
- Ne jamais être revenue...
- Ils vous ont arrachés à moi, tous les deux et m'ont interdit de vous revoir... Si tu savais combien de temps je vous ai pleurés...
Il la serra encore plus fort. Ils restèrent ainsi durant de nombreuses minutes avant de se quitter d'un silence gêné.
- Viens avec moi...
Keltal dévisagea sa mère.
- Ou ça ? Chez Sornal ? Dans l'Empire ?
Elle se mordilla la lèvre.
- La République est mourante. Les Jedis sont des monstres qui se cachent sous de faux idéaux moraux, sponsorisés par la République !
- C'est plus nuancé que ça.
- Alors autre part ! Loin de cette fichue guerre. Je ne veux pas avoir à combattre l'un de mes fils.
Une pointe de dégoût passa dans le regard du Jedi.
- Car tu crois que l'Empire est mieux ? Oui, la République est corrompue. Oui, les Jedis ne sont pas des enfants de choeur. Oui, la République, ce ne sont pas les gentils innocents qui se font envahir par le méchant Empire. Mais l'Empire, c'est pire. Tu crois que si l'Empire gagne la guerre, la paix s'installera ? Non. Les Siths s'affronteront. D'autres guerres éclateront. D'autres conflits, d'autres morts, toujours plus... (Il déglutit et la regarda dans les yeux, la voix brisée par l'émotion.) Avec la République, il y aura un espoir. Mince... Mais un espoir quand même... Ce n'est pas l'idéal... Mais c'est toujours mieux. Nous avons tous beaucoup à apprendre. Les Jedis, les politiciens... Je ne soutiens pas la République, du moins, pas totalement. Mais je me bat contre l'Empire, ça c'est une certitude.
Phëbe opina doucement et recula d'un pas.
- Je comprends.
Il la regarda, gêné.
- Que vas-tu faire ?
Elle soupira.
- Je ne sais pas...
Et elle partit. Keltal la regarda s'éloigner, le coeur lourd. Mais il ne tenta pas de l'arrêter. ça n'aurait servit à rien. Il se contenta de lui dire :
- Je te conseille de ne pas retourner auprès de Sornal. Ce n'est plus ton fils...Ne t'attends pas à un accueil chaleureux.
Elle inclina la tête sur le coté pour le remercier et disparut quand l'ascenseur referma ses portes. Le Jedi resta un long moment sans bouger, gravant les images de sa mère dans sa mémoire. Il doutait de la revoir un jour. Il poussa un soupir et se pencha vers sa femme qui commençait doucement à reprendre conscience. Il déposa un baiser sur son front.
- Je vais prendre soin de toi.
- Qu'est-ce que c'était ? (Demanda t-elle d'une voix pâteuse.)
- Un souvenir...





Sornal attendait sur le pont de son vaisseau, les yeux rivés sur la baie vitrée, comme à son habitude. Il concentrait la Force autour de lui et la malaxait pour tester ses pouvoirs et les endurer. Des bruits de pas, des bottes claquants sur le sol, attirèrent son attention bien avant qu'une voix hésitante ne s'élève.
- Excellence... La chasseuse de prime est de retour.
- Faites-la venir immédiatement. (Dit-il d'une voix sèche.)
Sornal sonda la Force, et trouva la résonance d'un autre utilisateur, puis d'un second. Ses deux apprentis. Il balaya son destroyer et devina la présence de la mercenaire. flanquée de deux gardes, elle prenait un turbo élévateur pour venir à sa rencontre. Mais de Keltal, il n'y avait aucun signe. Il grimaça. Avait-elle échouée ? Dans ce cas là, il devait reconnaître qu'elle avait du cran de venir l'avouer.
Malavai Quinn se posta à son coté. Il avait lui aussi été mit au courant de l'arrivée de la chasseuse qui semblait lui avoir légèrement tapé dans l'oeil. Sornal poussa un soupir et attendit.
Phëbe arriva moins de cinq minutes après, visiblement tendue. Elle mit un genou à terre et patienta jusqu'à ce que Sornal se retourne. Le Sith la dévisagea et fit un geste pour lui donner l'ordre de se relever.
- Je vois la chasseuse. Mais je ne vois pas la proie.
Elle déglutit.
- Il y a eu... Des faits nouveaux, qui m'ont fait modifier mes plans, Excellence.
- Et quels sont-ils ? (Demanda celui-ci en haussant un sourcil, visiblement intrigué.)
- Je... Préférerais en parler en privé, Excellence.
Sornal poussa un long soupir d'ennui et fit un nouveau geste. Quinn ordonna aux personnes présentes de quitter le pont. Alors qu'il allait pour partir, la voix de son maître le retint.
- Non, pas vous Quinn. Restez.
Le Capitaine se posta légèrement en retrait et demeura silencieux.
- Parlez. (Ordonna Sornal.)
Phëbe se lécha les lèvres, anxieuse. Elle avait eu pas mal de temps pour réfléchir à la façon de présenter la chose. Pourtant, elle ne savait toujours pas quoi dire.
- J'ai appris que Keltal, était votre jumeau.
Sornal demeura de glace.
- Et ?
Elle prit une profonde inspiration, priant pour que sa voix ne soit pas inaudible, que son coeur n'éclate pas à force de battre aussi fort. La tension était palpable. Le coté obscur émanait de Sornal et rendait l'air lourd. Elle s'en voulait d'être aussi émotive. A force d'être chasseuse de prime, elle avait pensé s'être suffisamment endurci. Mais elle se rendit compte qu'elle ne s'était jamais préparée à ça, qu'elle n'avait jamais réellement fait son deuil. Aussi, en les retrouvant, une vieille blessure se rouvrait et la submergeait sans qu'elle puisse rien y faire.
- Je suis sa mère...
Sornal la dévisagea un instant en silence, perplexe.
- Et également la vôtre...
Sornal grimaça et se détourna.
- Quinn vous payera. Quittez mon vaisseau dans l'heure. Et ne parlez jamais de cela. Adieu.
Phëbe regarda le dos de son fils sans comprendre. Elle s'avança.
- Sornal, je suis ta mère...
Alors qu'elle allait poser la main sur son épaule, le Sith se retourna vivement, le sabre à la main. Il l'activa et la transperça au dessus du ventre. Phëbe écarquilla les yeux sous la douleur et l'incompréhension. Leurs visages étaient presque collés. Il murmura à son oreille.
- Je suis un Sith. Un Seigneur noir... Je n'ai pas de parent. Je ne peux pas me le permettre. (Annonça t-il d'une voix froide.)
Puis, il désactiva son sabre laser et la laissa tomber au sol sans plus s'en occuper. Quinn hésita un instant avant d'aller voir le corps. Il prit le pouls et constata, malgré sa faiblesse, qu'il était bien présent.
- Excellence. Elle est toujours vivante. Que souhaitez-vous que je fasse ?
- Quinn. M'avez-vous déjà vu ranger mon arme sans en finir avec une personne que j'aurais voulu tuer ?
- Non Excellence.
- Je vous laisse donc déduire la suite.
- A vos ordres Excellence.
Il s'inclina avec respect, même si son maître ne pouvait le voir, puis fit appeler deux gardes. Ceux-ci soulevèrent le corps de la chasseuse et la transportèrent à l'infirmerie.
Sornal se retira dans ses quartiers et trouva sa femme, dormant paisiblement sur leur lit. Il poussa un très léger soupir et caressa son visage du bout des doigts. Elle était déjà une trop grande faiblesse, un trop grand risque. Le fait qu'il ait un frère augmentait encore ces mêmes risques. Il ne pouvait se permettre d'avoir une mère. Sornal regarda les courbes de sa femme, sa poitrine qui se soulevaient de temps à autre. Vette. Sa Vette. Il savait qu'elle était sa faiblesse. Mais il était prêt à l'accepter. A quoi servait le pouvoir si c'était pour rester totalement seul ? Il espérait que le message était bien passé au près de sa mère. Il n'aimait pas les choses que la nouvelle avait réveillée en lui. Peut-être aurait-il dû la tuer, au cas où... Mais il n'était pas un animal, il avait un honneur. Quel genre d'homme serait-il s'il tuait sa mère ou son frère ? Il soupira et s'étendit au près de sa femme, songeur. Sa mère... Il la chassa de ses pensées. Il lui faudrait dénicher un autre chasseur de prime et oublier pour le moment Keltal. Le plan de Malgus avançait à grand pas. Le Sith s'occupait de projets sur Illum et Sornal savait par avance qu'il frapperait une fois les derniers vaisseaux impériaux prêts. Il avait fait sa part du travail, recruté des volontaires pour Malgus. Du moins, celui-ci le pensait-il. ça allait être un sacré foutoir. Il en exultait d'avance.
Sa mère... Il repensa à Phëbe et grimaça. Elle le hanterait encore un long moment. Il n'avait éprouvé aucun plaisir quand son arme avait pénétré le ventre de la femme. Sornal avait pourtant fait en sorte d'éviter tout organe, du moins vital, pour ne pas la tuer. Mais il ressentait quand même de très légers remords. Il haussa les épaules. Tant pis. Il vivrait avec ceci, comme avec les autres.





Phëbe rouvrit lentement les yeux et les cligna plusieurs fois. La lumière de l'infirmerie l'éblouit et lui donna mal au crâne. Elle se sentait faible et tout son corps était engourdi. Elle tourna lentement, avec difficulté, la tête sur le coté et surprit Mako, assoupie. La chasseuse essaya de se redresser, mais une violente douleur la transperça et l'obligea à se recoucher avec un grognement. Mako battit des paupières et se réveilla. Elle dévisagea son amie et poussa un soupir de soulagement.
- Hé... (Dit-elle d'une petite voix douce.)
- Cela fait combien de temps ? (Demanda Phëbe d'une voix faible.)
Les tuyaux dans le nez la faisait souffrir. Elle était sous assistance respiratoire, preuve qu'elle avait faillit mourir. Mais que c'était-il réellement passer ?
- Cela fait bientôt deux semaines.
Phëbe grimaça.
- Comment j'ai atterrit ici ?
Mako la regarda d'un air gêné.
- Je sais juste que... Enfin, il semblerait que tu aies contrarié Dark Sornal et...
- Et ?
La pirate fit la grimace.
- Et il t'a transpercé.. De son sabre laser.
Phëbe opina doucement. Elle se souvenait maintenant. Son propre fils...
- J'ai pris une importante décision Mako.
- Je t'écoute.
- Je ne travaillerais plus pour l'Empire.




Fin.
"Peu de personnes savent faire la différence entre chuter et se sacrifier."
Mon choix, mon fardeau. Si pour vaincre les ténèbres, je dois y succomber, qu'il en soit ainsi. J'agirais dans l'ombre. La mort sera ma compagne. Et je la nourrirais de mes lames...