View Single Post

Ariesmu's Avatar


Ariesmu
04.15.2012 , 03:17 AM | #3
La nuit était calme sur l’ensemble du vaisseau. Pas de rêves, les compagnons dormaient très peu. Leur faction était sur l’eau qui vive.
Ils n' étaient pas à l’abri d’un sale coup.
Après le communiqué tridimensionnelle, Suliya et sa sœur avaient envoyé l’appréciation du maître du conseil sur Tatooïne par le biais du service d’un astro-droïde de la flotte.

Le Twil'lek se tenait sur la dune de sable qui permettait de voir Anachore sous son plus bel angle.
Ce nom suscitait la même image dans l’esprit de la forme drapée du jedi que du droïde de protocole qui se tenait légèrement en retrait.
La capitale de la planète au milieu de cet immense relief déchirait ce décors comme une oasis qui apaisait la soif. Entourée de nappes dorés sculptés par les vents, cette mer de sable semblait s'étendre à l'infini. ressentais à travers la Force un sentiment de circonspection envers un tel climat qui pouvait être pur et mortel pour tout être de la galaxie.
Un genoux en sable, il releva la tête et promena son regard vers le champ d'étoiles et songea silencieusement par où il devait commencer pour retrouver maître Kiwiks.
Ce mentor n'avait donné aucun contacte depuis quelques temps. C2-N2 se rapprocha du jedi pensif.
- Tout va bien monsieur ?

L'éclat de la voûte céleste soulignait le crépuscule froid de Tatooïne.
-Crois-tu C2 que toute chose est gravé dans l'âme du monde et y reste pour toujours...?
Le ton de sa voix laissait penser qu'il était autre part...

Ses yeux se perdirent un instant au-delà des rafales tumultueuses jusqu'au sommet des parois des dunes. Elles étaient envahie de petits tourbillons de sable dont émergeait à intervalle saccadée des esquilles luminescentes, tantôt de la couleur de l' ambre, tantôt virant à la topaze doré.
Le fidèle droïde pensa qu'il n'était pas rare que le comportement spirituel des jedi faisait parti intégrante de leur existence particulière. Il influençait et pouvait engourdir brusquement leurs facultés et leurs sentiments comme une sorte de choc et de deuil des sens, de façon qu'ils devaient être détachés où retirés du mode de vie des autres races de la galaxie.
Il suivit la direction de son maître énigmatique et tâcha de répondre du mieux qu'il pouvait.
Cela faisait parti de ses contributions protocolaires, il pouvait et devait fournir des réponses mêmes aux questions et aux arguments les plus invraisemblables. Le droïde avait du mal à voir la lourde couverture sablonneuse qui commençait à occulter ses circuits et largement les quelques rayons des deux soleils couchant de Tatooïne.
Il sentit à différents endroits de son système cybernétique l'abrasion grossière des grains de sable et contrairement à sa cécité naissante il pouvait percevoir l'effet que pouvait infliger les particules s'il devait être amené à rester là plus longtemps. Cela pourrait déclencher par la suite une difficulté à ses fonctions motrices d'où son problème visuel.
- Votre savoir m'est inconnu maître mais si je puis rétorquer d'une manière scientifique qui se prête si je puis dire au jeu métaphorique je vous dirais ceci: si ce que vous avez trouvé est fait de matière pure, cela ne périra jamais. Et vous pourrez y revenir un jour. Si ce n'est qu'un instant de lumière comme l'explosion d'une étoile, alors vous ne retrouverez rien à votre retour.
Mais dans tous les cas vous aurez vu une explosion de lumière ! Et cela seul aura déjà valu la peine d'être vécu. Mais je vous parle dans le langage de bienséance humain-cyborg.
Mais je suis votre humble serviteur messire et comme si je n'étais votre compagnon depuis peu je dirais que vous faites allusion à votre inquiétude envers maître Kiwiks et maître Orgus et à mademoiselle Carsen votre padawan.


Le jeune jedi se redressa et réajusta ses gants en souriant.
- J'estime ton argument intéressant C2-N2, allez viens retournons dans la cité.