View Single Post

EMDRAX's Avatar


EMDRAX
03.19.2012 , 07:27 PM | #1
Texte I : Géonosis & Dromund Kaas




«J’ai… Chef… J’ai froid chef… »

« Garde ton souffle. Tais-toi. »

« Chef… Je vais mourir hein, chef ? »

« Bien sûr que non crétin. Tu es entre les mains du meilleur toubib de la section ! »

Le caporal se trompait. Bien sûr qu’il allait mourir, c’était certain. On survie pas à une hémorragie interne sur le champ de bataille. Ca, même le pire toubib de la section le savait.

« Chef… »

La chaleur de la main du sergent aura accompagné le malheureux jusqu’à la fin. Le sang coulait, à flot régulier, noir comme le pinot, sur l’armure du soldat, en traçant un sillon écarlate, pour venir goutter, sur le sol, petit a petit. Ses doigts glacés se crispèrent presque immédiatement, et dans un dernier sursaut nerveux, les yeux du soldat s’éteignirent.

« Chef que fait-on ? On va tous y passer si ça continue ! »

Le caporal avait raison, cette fois. Juste derrière eux, de l’autre côté de la paroi de roche rouge, les tirs s’écrasaient sur les rochers qui servait de couverture a l’escouade, dans un concert assourdissant de sifflement et de fracas.

- Bien compris caporal,le sergent lâchait désormais la main du soldat mort, je veux un tir de suppression. Je vais marquer ces saloperies et avec un peu de chance l’artillerie saura quoi faire. Caporal, vous et le soldat Grams vous vous déployez de chaque côté pendant que je monte sur ces rochers. Allez nom d’un sith on se bouge, c’est un ORDRE ! »

« Ay ay » répondirent en chœurs les deux derniers membres de l’escouade. En un éclair, les deux soldats avaient roulé sur les côtés, sorti la tête de leur cachette, puis ouvert le feu ; dans la confusion, le sergent D%&! bondit au sommet de leur cachette, s’accroupit derrière un roc. Elle saisit son pointeur laser en direction du couchant, en direction de l’ennemi… Le soleil l’éblouit, semble dévorer le ciel couleur rouge sang… Elle prend son temps, met la main au-dessus de ses yeux pour se cacher de la lumière… Elle les distingue… Ce sont eux… Enregistrement des données… Transmission…

« Chef ! C’est un piège ! Sergent !! Ser… Gent… »

- … Gent vous m’entendez ? Agent ? »

La tête lourde, l’esprit embrumé, l’Agent Dallas reprend ses esprits, se resitue… Les murs noir... Les étendards rouges...

- Ca va agent ? C’est pas le moment de vous évanouir, on va sonner l’assaut d’un instant à l’autre. S’il le faut je vous mets sur la touche cette fois… »

Le ministère des services secrets.

- Non, pardon monsieur. J’étais ailleurs, voilà tout, monsieur.»

- Bien. Dans ce cas... Je récapitule. Dépanneur Orange met en place les explosifs sur la porte blindée de service, pendant que la section de démolition mène l’opération de harcèlement à l’entrée du bâtiment. A ce moment-là, l’agent Shienen et Dallas font sauter les explosifs, entrent directement dans le hall principal, puis s’engouffrent en rappel dans la cage d’ascenseur ; c’est là que les observateurs Reeg et Cold prennent le contrôle du système d’auto-défense du complexe, au niveau principal. Normalement, une fois que vous serez arrivés au dernier niveau, on aurait déjà dû neutraliser les preneurs d’otages. Si ce n’est pas le cas,

- Un tir, un mort. On sait déjà ça, Cerbère, interrompit l’agent Shienen.

- Très bien. Agent Dallas je veux que vous vous assuriez de la bonne santé des otages. Leurs vies sont capitales pour le succès de l’opération.

- Ce sera fait, monsieur.

- Dans ce cas préparez-vous. Je vous veux en arme et prêt pour l’opération dans 5 minutes. Rompez.

- Chef oui chef !




Texte 2 : Dromund Kaas et Dromund VII



*clic* Vous me recevez ? L’opération débutera dans 30 secondes. Soyez attentif. »

La voix de Cerbère était entendue de tous les membres de l’opération. Pendant que le dépanneur Orange installait les charges de dix kilos d’explosifs sur la lourde porte blindée, l’agent Shienen vérifiait son arme (un superbe fusil à lunette de type U-49) et l’agent Dallas, toujours impeccable dans son uniforme de chirurgien, briefait une dernière fois les observateurs sous son commandement ;

- J’espère que c’est bien compris, observateurs, vous n’entrez dans le bâtiment qu’une fois la zone sécurisée, est-ce bien clair ? Vous attendez patiemment le signal… Aucune perte n’est acceptée !

- Chef oui chef, répondirent en même temps les deux sous-officiers,

Des tirs à l’arme lourde et des explosions se firent entendre. Le groupe de harcèlement avait reçu l’ordre de débuter l’opération. Les agents se mirent immédiatement au travail

- Ecartez-vous dépanneur, dit l’agent Shienen en saisissant le détonateur. C’est ici que le spectacle commence ; prête, Dallas ?

- Toujours, répondit l’agent médical, tout en retirant la sécurité de son fusil d’assaut Armtech-69

- Alors c’est parti

La détonation fût incroyable. Si les boulevard de Dromund Kaas sont célèbre pour leur largeur, l’étroitesse des ruelles derrière les colossaux buildings est quant à elle surprenante. Le souffle de l’explosion eu sitôt fait de pulvériser les ordures et les quelques speeders stationnés là, tandis que les flammes léchaient la cachette de fortune des agents des services secret.

- Allez go go go !!

Fonçant à travers le nuage de poussière, de débris et de fumée, l’agent Shienen prit la tête ; se faisant, elle fût la première à se faufiler entre les restes défoncés de la petite porte blindée. Immédiatement les premiers tirs se firent entendre ; un, puis deux, puis trois, et ce fût la réponse des assiégés ;

Dallas, qui suivait son partenaire tireur d’élite, fût immédiatement la cible de rafale de blasters qui vinrent éclater contre la surface du mur qu’elle longeait ; suivant le protocole, elle fit une roulade sur le côté et vint se réfugier dans le coin gauche du hall d’entrée, derrière une table qu’elle fit retourner d’un seul coup de pied ;
La pièce était haute de plafond. La porte de service était tout à fait en face de la porte d’entrée, où se massaient la majorité de l’ennemi, déjà occupé par les troupes a l'extérieur du bâtiment ; un escalier descendait de la plateforme où se trouvait le secrétariat, derrière lequel l’agent Schienen s’était déployée ; elle avait déjà abattu huit personnes.

Sur les côtés, six statues, trois à droite, trois à gauche, pour ne pas déroger a l'architecture protocolaire impériale ; et, derrière l’une des statues qui représentait le seigneur Dark Novac, l’un des terroristes visait le partenaire de Dallas

- Cin’ !! A terre, eut-elle le temps de crier

Automatiquement l’agent Shienen se plaquait au sol, et ce fût a l’agent Dallas d’abattre la cible ; trois tirs, deux au but, l’un a l’épaule, l’autre a la joue, le dernier avait frôlé la cible et fût amorti par la paroi, derrière elle.

- Il va vraiment falloir que tu suives des séances d’entrainement au tir, ma belle, plaisantait l’agent Shienen

- Pas le temps de rire, ferme les yeux, répondit Dallas tout en jetant une grenade flash dégoupillée.



Dehors le commlink des observateurs Cold et Reegs s’allumait : « RAS. Zone sécurisée. A vous de jouer. Terminé. »



- Bien, agents, faites-moi sauter les portes de cet ascenseur ! Nous nous occupons de prendre le contrôle de…

L’observateur Reegs n’eut pas le temps de finir sa phrase, un tir de blaster lui avait déjà perforé la gorge. Le sang jaillit et vint éclabousser son partenaire, l’observateur Cold, qui ne pût s’empêcher de s’effondrer de panique.

L’un des ennemis, un rodien, avait survécu à la précision chirurgicale de l’agent Shienen. Mais plus pour très longtemps ; trois tirs vinrent lui faire littéralement sauter la tête, qui fît un bond spectaculaire avant de retomber mollement sur le sol, quelques mètres plus loin.





- Chef, chef, vous pouvez encore le sauver, hein, chef ? Vous pouvez le sauver, bien sûr, chef…. Répétait l’observateur Cold, tout en serrant les mains de son partenaire, le visage et ses propres mains maculés du sang de son ami, qui se répandait sur le sol a une vitesse alarmante.

Dallas fit tout pour stopper l’hémorragie, en vain.

- Heure du décès, 23h, 54 minutes et 12 secondes. Toutes mes condoléances, Cold, sincèrement ça n'aurait pas dû se passer comme ça...

La voix de l’agent était serrée et pleine de chagrin ; l’observateur Cold fondit en larme, accroupi, ou recroquevillé, la gorge inondée de pleurs, hoquetant, bavant ; on aurait dit que lui aussi, était mort.

- Putain Dallas !! Bouge ton cul !! La mission avant tout !!





- Papaaaa ! Y a quelqu’un qui veut te voir !!

- De quoi parles tu chérie, je n’attends personne…

- Un monsieur en noir. Il dit qu’il veut te parler très vite

La petite fille avait soufflée cette dernière parole tout en bousculant son père ; l’enfant de huit ans était pressée de retourner jouer.
Sur le pas de la porte, un homme, en uniforme impérial, non armé, accompagné de deux gardes de l’armée impérial. L’uniforme impeccable de l’officier tranchait avec netteté avec la saleté coutumière de la colonie minière Dromund VII.

La petite fille jouait tranquillement avec sa poupée de chiffon dans l’unique pièce que comptait la maison depuis plusieurs minutes déjà. Son père revint vers elle.

- Ma chérie, papa va devoir s’absenter quelques heures, pas plus. Sois sage en attendant tes frères, d’accord ?

Et à la fillette d’acquiescer avant de se remettre à jouer.






Son père ne devait jamais rentrer.


A suivre